Death comes to Pemberley – [BBC]

death-comes-to-pemberley-pride-prejudice-refresher-icon-hires

Pemberley se passe 6 ans après Pride & Prejudice. La vie a fait son chemin, Lizzie et Darcy sont désormais bien installés avec leurs enfants à Pemberley et Georgiana qui vit avec eux. Les Darcy organisent un grand bal pour Noël auquel sont conviés tous leurs proches. L’organisation prend un tour funeste quand une Lydia en détresse débarque en criant que son cher Wickham a été tué. Finalement, on découvre que Wickham n’est pas mort mais malheureusement, tout l’accuse. A partir de là on part dans une enquête classique où les petits secrets de chacun sont révélés, les scandales menacent d’éclater, la quiétude de Langbourne est mise en péril. Wickham a-t-il sû se racheter une conduite ces dernières années ? Quels sombres secrets cache Darcy ? Georgina et Alverton vont-ils enfin s’avouer leur amour ?

La série vaut surtout pour son casting car une fois n’est pas coutume, les responsables de casting ont particulièrement bien fait leur travail. Je ne suis pas une grande fan de Lizzie et Darcy, et jusqu’à présent, ma version préférée a été celle vue au Regent’s Park Open Air Theatre il y a quelques années. C’est donc toujours avec un œil neuf que je découvre une nouvelle version du couple phare de Jane Austen, et je dois dire que celui formé par Anna Maxwell Martin et Matthew Rhys m’a plus que séduite.

death-comes-to-pemberley-ep2-hires

J’ai aussi beaucoup aimé Jenna Coleman en Lydia, qui surjoue à la perfection cette jeune écervelée aveuglée par son amour et son besoin de popularité. Matthew Goode est l’équivalent du Willoughby de Dominic Cooper : tellement excellent et capable de faux-semblants qu’on a du mal à ne pas l’apprécier. James Norton, qui n’avait pas encore été touché par la grâce de Grantchester et Happy Valley, est touchant en avocat énamouré, gentleman jusqu’au bout.

Visuellement c’est une réussite. Peu importe le coin d’Angleterre choisit pour représenter Pemberley, cela reste magnifique et donne envie d’aller se perdre dans les jardins et les nombreuses pièces de la propriété.

Programme Name: Death Comes to Pemberley - TX: n/a - Episode: n/a (No. n/a) - Embargoed for publication until: n/a - Picture Shows: Henry Alveston (JAMES NORTON), Georgiana Darcy (ELEANOR TOMLINSON) - (C) Origina Pictures - Photographer: Robert Viglasky

(C) Origina Pictures – Photographer: Robert Viglasky

Si Pemberley n’a pas l’humour et l’esprit de Jane Austen cela n’en reste pas moins une histoire sympathique où il est question de sentiments et de crime à résoudre. N’ayant pas lu le livre je ne peux juger de la fidélité de l’adaptation, mais en tant que mini-série, j’ai trouvé cela particulièrement divertissant ! L’intrigue est classique et loin d’être mémorable, mais on ne voit pas passer les trois épisodes, en grande partie grâce au charme des acteurs.

Pemberley (Death comes to Pemberley) | Sortie DVD le 12 octobre 2017 | Koba

This entry was posted in Séries.

Où je fangirle sur les Animaux Fantastiques.

fantastic-beasts-where-find-them-movie-2016-redmayne

Les Animaux Fantastiques sort dans une dizaine de jours et mon impatience est de plus en plus difficile à mesurer. Non, ce n’est pas parce que je suis une Potterhead – je n’ai jamais été aussi impatiente pour les précédents films, ni même pour Harry Potter and the Cursed Child. Ce n’est pas non plus à cause d’Eddie Redmayne (j’ai milité pour que le rôle revienne à Luke Newberrybien que je l’aime d’un amour immodéré depuis… euh… je ne sais plus très bien. 2008 peut-être.

Non, si je suis impatiente c’est simplement parce que c’est une nouvelle histoire. Une vraie de vraie. Pas simplement une suite comme The Cursed Child. On reste dans l’univers d’Harry Potter, mais c’est un tout nouveau monde que l’on découvre !  Continue reading →

Comic Con Paris | 21 – 23 octobre 2016

img_2945

Du 21 au 23 octobre, les super-héros ont de nouveau envahi la Grande Halle de la Villette ! Si l’événement souffre encore de quelques problèmes d’organisation, dans l’ensemble cette deuxième édition était à la hauteur. Si l’année dernière je n’ai pu y aller que le vendredi et le samedi, j’ai cette année décidé d’y aller les trois jours afin d’être sûre de pouvoir pleinement profiter des conférences et des invités. Continue reading →

Tu ne tueras point [Hacksaw Ridge] – Mel Gibson

tunetueraspoint-800x445

Le 12 octobre 1945 Desmond Doss recevait des mains du président Harry Truman la Congressional Medal of Honor, devenant ainsi le premier non-combattant à recevoir une telle distinction. Je n’avais jamais entendu parler de Desmond Doss jusqu’à l’annonce du film. Et je le regrette. Infiniment. Merci donc à Bill Mechanic, Robert Schenkkan et Mel Gibson pour ce film.

Continue reading →

London Film and Comic Con | 29-31 juillet 2016

Si en 2015 je ne suis allée au London Film and Comic Con que le dimanche, cette année j’ai décidé d’y aller les trois jours afin de pouvoir pleinement profiter des animations et panels proposés autant par la Comic Con que la YALC (dont je parlerais dans un article à part).

S’il y a bien un point que j’admire à la LFCC, c’est l’organisation. La convention a lieu à l’Olympia Kensington, un grand parc des expositions sur 4 étages qui permet d’avoir des espaces bien séparés pour toute la convention : les panels ont tous lieu dans la même grande salle, les photoshoots et autographes sont tous regroupés dans une zone spéciale. On trouve aussi des panneaux un peu partout indiquant les horaires des animations. En ce qui concerne les photoshoots, ils sont organisés en « batch » numérotés, le matin ou l’après-midi, chaque « batch » est ensuite appelé dans l’ordre. Cela permet à chacun de bien organiser sa journée et de ne pas avoir à faire la queue pendant des heures. Le seul moment où nous avons eu à faire la queue longtemps c’était pour le panel de Jeremy Renner, mais c’était un choix personnel, nous voulions être sûres d’être bien placées.

Continue reading →