3 pièces pour la Journée Mondiale du Théâtre

En cette Journée Mondiale du Théâtre, retour sur trois de mes pièces préférées.

Hamlet – William Shakespeare
hamlet william shakespeare

Je ne saurais clairement expliquer pourquoi cette tragédie est ma préférée de Shakespeare. Peut-être à cause de toute la réflexion autour de la folie, de l’action et de l’inaction. Peut-être parce qu’elle est fascinante. Peut-être parce c’est sa plus longue, et par extension plus approfondie. Peut-être parce que les personnages sont captivants. Peut-être parce qu’elle est pleine de subtilités. Peut-être parce qu’Hamlet est un acteur et que le théâtre a une grande importance dans l’intrigue.

Arcadie – Tom Stoppard
arcadie tom stoppard

Deux époques : 1809 et le présent, chaque scène alternant entre l’une ou l’autre époque, parfois même mélange les deux dans un habile jeu de miroirs où les personnages de 1993 ont une conversation avec ceux de 1809, où les personnages de 1809 écrivent ce que ceux de 1993 lisent au même moment, où l’on boit en 1993 l’eau versée dans un verre en 1809. Les questions que se posent les héros du présent dans une scène trouvent leurs réponses dans les actions des héros du passé dans la scène suivante.

Une comédie ingénieuse et pleine de verve ; un texte drôle et intelligent avec une multitude de références scientifiques, culturelles, historiques, où les personnages (surtout du passé) jouent avec les mots, ironisent, se moquent, nous font lire entre les lignes.

La ménagerie de verre – Tennessee Williams
la ménagerie de verre tennessee williams

Cette pièce a changé ma vie.
L’histoire d’un jeune homme qui ne se sent pas à sa place, coincé dans un travail qui ne le satisfait plus mais obligé de s’y conformer pour sa famille, contraint de renoncer à ses projets tant que sa sœur n’a personne pour prendre soin d’elle. Jusqu’au jour où le sentiment d’étouffement le pousse à partir, pour faire sa vie, réaliser ses rêves – ou non, seul l’avenir le dira. Il étouffait tant que sa solution a été de prendre la fuite, peu importe où cela le mène.

Un huis-clos familial à l’atmosphère lourde et oppressante dont les thèmes intemporels résonnent en beaucoup de nous.

1 Comment

  1. Je découvre et note La ménagerie de verre !

Laisser un commentaire