[BBC] The Crimson Petal and the White

vlcsnap-2012-11-29-10h38m41s88.png

Cette mini-série diffusée en 2011 est l’adaptation du roman du même nom de Michel Faber, traduit chez nous par La Rose Pourpre et le Lys. N’ayant pas (encore) lu le roman, je ne peux dire si c’est une bonne adaptation. Je peux cependant dire que c’est une excellente mini-série.

L’histoire ? Celle du roman :

Londres, 1874. Quelque part dans Church Lane, à l’écart du tumulte de ce quartier sordide, une jeune fille attend. Elle s’appelle Sugar, elle a dix-huit ans. C’est une prostituée d’un genre particulier : sa beauté, sa vivacité, son intelligence – elle sait lire, écrire et pratique l’art de la conversation – semblent la promettre à un destin différent. Elle est remarquée par un riche parfumeur, William Rackham, qui fait d’elle sa maîtresse. William Rackham est ambitieux. Pour maintenir son train de vie et échapper aux humiliations financières que lui inflige son père, il doit encore gravir quelques échelons. Et puis il y a sa femme, Agnes, une grande bourgeoise neurasthénique qui ignore tout du mal qui la ronge. Ensemble, Sugar et William décident de braver les interdits et de vivre une vie plus conforme à leurs grandes espérances, loin du bordel et de la médiocrité petite-bourgeoise.

Continue Reading

Hawking – Philip Martin (BBC)

Je n’aurais pas du demander Hawking au dernier DVDtrafic. Parce qu’il est difficile de ne pas faire la comparaison avec le si merveilleux The Theory of Everything. Mais on peut y arriver, ne serait-ce que parce que les deux films ne racontent pas la même histoire : The Theory of Everything raconte l’histoire de Jane et Stephen Hawking sur plus de 30 ans. Hawking raconte l’histoire de Stephen Hawking sur trois ans.

Continue Reading

[Trailer interactif] « A lifetime of Original British Drama » (BBC)

Le mois dernier la BBC a sorti un trailer spécial intitulé A lifetime of Original British Drama. On y voit Benedict Cumberbatch déclamer le monologue de Jaques au début de As you like it de William Shakespeare, chaque réplique étant illustrée par des extraits des créations originales de la BBC, passées, présentes et futures.

bbcben_zps81ffe7d2.png

Il y a quelques jours, la BBC a remis ce trailer en ligne, mais en version interactive cette fois ! Il est désormais possible de cliquer sur le nom de certaines productions pour avoir accès à des clips exclusifs.

Continue Reading

BBC | The Hour (Saison 1)

Comme je le dis souvent, il n’est jamais trop tard pour bien faire…

The Hour (BBC), deux saisons de 6 épisodes, créée par Abi Morgan.
Avec : Ben Whishaw (Freddie Lyon), Romola Garai (Bel Rowley), Dominic West (Hector Madden), Anna Chancelor (Lix Storm), Oona Chaplin (Marnie Madden), Julian Rhind-Tutt (Angus McCain), etc…

tumblr_mht9qcb9kH1qailw8o1_1280_zps2b4f0f89.jpg

La série nous emmène dans les années 50, dans les coulisses de l’émission The Hour. Sur fond de guerre froide et de crise du canal de Suez, The Hour mêle espionnage, secrets politiques, meurtre mystérieux… Même si les premiers épisodes sont inégaux et que la série cherche encore un peu ses marques, ne sachant pas très bien ce qui prime le plus entre l’émission The Hour, le meurtre mystérieux ou les agents doubles, le potentiel est là.

Continue Reading

Luther – Saison 1 et 2 [ BBC ]

Je ne sais plus pourquoi j’ai commencé à regarder cette série. Je crois que c’est parce que j’aimais les images que je voyais sur Tumblr, tout simplement. Je ne connaissais rien de la série, juste le nom du (anti) héros et le fait qu’il ne respectait pas toujours les règles en faisant son job.

tumblr_lu8059z5YM1ql7za3o1_r1_500_zps34e04f35.png

Pour être franche, le premier épisode m’a ennuyée. Je l’ai trouvé long et lent. J’ai attendu un mois au moins avant de m’y remettre. J’ai regardé l’épisode 2 et puis le 3. Et puis c’est bon, j’étais dedans. A la fin de la saison 1, Luther était déjà entrée au panthéon de mes séries préférées !

Luther, pour John Luther, inspecteur de police aux méthodes peu conventionnelles mais qui parvient toujours à ses fins pour arrêter les tueurs en séries. Car oui, John s’est un peu perfectionné dans la capture de tueurs en séries. Ce qui fait la merveille de cette série c’est qu’à la différence d’autres séries du genre, comme par exemple Esprits Criminels, où on cherche en même temps que l’équipe qui est le coupable, dans Luther, on le sait souvent depuis le début et on le voit même commettre ses crimes.

tumblr_lu8ak7Dy0B1ql7za3o1_r1_500_zpse6aa7310.png

La série se veut réaliste et c’est réussi. L‘atmosphère est lourde sans être sombre, les crimes sont crédibles, sans être sanglants (un épisode fait office d’exception qui confirme la règle) à tel point qu’ils pourraient s’apparenter à de simples faits divers – si on fait abstraction du fait que ce sont des crimes en série.

Tout l’intérêt réside alors dans le fait de voir John rentrer dans la tête de ces tueurs, à la façon d’un profiler, pour savoir, non pas qui ils sont, mais où ils vont attaquer ensuite, et surtout pourquoi. Et souvent, c’est le pourquoi le plus violent (oh le double épisode final de la saison 2! Vous n’en ressortirez pas indemne). John Luther, c’est un peu le Sherlock Holmes des tueurs en séries. A la différence qu’il est encore plus intelligent que Sherlock (si si, c’est possible, le double épisode final de la saison 2 vous le prouvera !)

tumblr_lpslrgInVN1ql7za3o1_500_zps25ce8530.png

La série ne serait rien sans ses personnages. Certaines séries misent tout sur l’intrigue ou la réalisation au détriment des personnages. Ce n’est pas le cas dans Luther (ni dans la majorité des séries britanniques que je regarde d’ailleurs). Tout le long de la série, l’accent est mis sur les personnages, sur leur personnalité, leur rapport aux évènements, et puis surtout sur les relations entre eux.

tumblr_lojnu6xvOP1ql7za3o1_500_zpscd519257.png

Il y a tout d’abord l’amitié entre John et Justin Ripley, sergent qui a fait pression pour devenir son équipier, en envoyant trois lettres par semaine pendant 9 mois. Et puis la relation de jet’aimemoinonplus avec Zoe, sa (future ex) femme qui aura profité de leur séparation et de sa mise à pied pour se trouver un autre compagnon. Il y a la relation tendue entre John et Mark North, le nouveau copain de sa femme, qui finira par passer de la haine à un mutuel respect profond, pour ne pas dire à l’amitié. Et puis il y a Jenny, la jeune fille rebelle qui réussira malgré tout à rendre John un peu plus humain. Et bien sûr, il y a la fascination mutuelle entre John et Alice Morgan, victime et meutrière de ses parents, celle qui aura réussi le crime parfait et que John n’aura pas réussi à confondre (l’aurait-il fait s’il avait pu ?)

tumblr_lpd5h1ed7Q1ql7za3o1_500_zps3c59506e.png

L’autre atout majeur de la série est sans conteste son casting. Avec en tête, son acteur principal, Idris Elba. Et le seul mot qui me vient pour le décrire c’est captivant. Il attire, il fascine, il a ce petit_truc_qui_fait_que. Il partage l’affiche avec Warren Brown, le touchant et fidèle Justin (et que certaines ont pu voir en copain délaissé dans Single Father) et Ruth Wilson (la formidable Jane Eyre) en Alice Morgan, génie, psychopathe, capable de tuer quand elle s’attache. Auxquels on peut ajouter, entre tant d’autres, Saskia Reeves (Island at War), Indira Varma (Suzie dans Torchwood), David Dawson (l’adorable Byron de Secret Diary) ou encore Paul McGann (le 8ème Docteur !); et Aimee-Ffion Edwards  dont j’ai une réelle affection pour le personnage que je découvrais véritablement pour la première fois ici.

tumblr_lmi4864e6B1ql7za3o1_500_zps6888807c.png

En bref, voilà une série captivante dont les personnages et les intrigues ne laisseront personne indifférent. A voir !

Et bonne nouvelle : diffusée tout d’abord sur Canal +, c’est maintenant Jimmy qui reprend la série. La première saison sera diffusée à partir du mercredi 24 octobre, à 20h45 (ce soir donc !), à raison de 2 épisodes par soirée. Je ne sais pas ce que vaut le doublage, mais n’hésitez pas à jeter un oeil !

Women in Love – William Ivory [BBC Four]

vlcsnap-2011-09-17-22h06m40s41.png

Women in Love est une adaptation des romans The Rainbow (L’arc en ciel en VF) et Women in Love (Femmes amoureuses en VF) de DH Lawrence. Deux épisodes de 1h30 chacun – rapide à voir donc. Ajoutez à cela un casting étoilé (Rosamund Pike, Rachael Stirling, Joseph Mawle, Rory Kinnear, Ben Daniels, et Saskia Reeves pour ne citez que les principaux), et une histoire se passant dans les années 10 et il n’en faut pas plus pour me tenter.

Au final, un très bon moment de passé mais avec une légère pointe de déception. J’ai aimé, mais j’ai trouvé qu’il manquait le « petit truc qui fait que ».

Women in love nous emmène à la rencontre de 2 générations de femmes – celle de Lydia, et de ses deux filles Ursula et Gudrun. 3 femmes, 3 façons de vivre, 3 façons d’aimer et d’être aimé. On s’en doute au vu du titre et sachant que c’est adapté de D.H Lawrence, Women in love traitera essentiellement d’amour… et le plus souvent charnel. Et pour le coup, de l’amour charnel on en voit, un peu au détriment du reste. (Les scènes de ce genre ne me dérangent pas, mais je les trouve vraiment inutiles là plupart du temps)

110323_UrsulaRupertGerald_500.jpg

Le problème de Women in love vient plus du traitement de l’intrigue. Il est étonnant de voir qu’il n’y a que deux épisodes de 1H30 alors que c’est une adaptation de deux romans ! La série aurait beaucoup gagné avec ne serait-ce que deux épisodes de plus. Cela aurait permis un meilleur développement des personnages, du contexte, de la chronologie… Il y a beaucoup de non-dits, on passe un peu du coq à l’âne et c’est un peu déstabilisant – on en vient souvent à se demander « c’est qui lui par rapport à elle » ? ou bien « il fait quoi déjà lui » ? Au final, on passe plus de temps à essayer de comprendre l’état d’esprit des personnages, et les implications de chacun d’eux par rapport aux autres pour réussir à vraiment rentrer dans l’histoire.

Des deux parties, si je ne devais en garder qu’une, ce serait la seconde. Beaucoup plus concentrée sur les deux couples formés par Gudrun et Gerald et Ursula et Rupert, elle permet une meilleure mise en avant des relations entre les personnages, et offre de belles scènes entre les deux soeurs. A telle point que cette seconde partie pourrait presquer fonctionner à elle seule, et se regarder indépendamment de la première.

rosamund-pike-women-in-love-still.jpg

Malheureusement, même ainsi, le manque de développement des personnages persiste. A cause de ça, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. A part peut-être Ursula… et encore, dans la première partie essentiellement… Même si cela s’améliore un peu dans la seconde partie je n’ai pas réussi à savoir s’il y avait vraiment de l’amour entre chacun des couples, ce que les sœurs pensaient l’une de l’autre… Impossible de me faire un avis sur rien !

Ceci mis à part, Women in love est une très belle mini-série. Les acteurs sont vraiment tous fantastiques – Rosamund Pike est toujours aussi magnifique, tout autant que Rachael Stirling que je n’avais vu que dans Boy Meets Girl (avec choupi Martin Freeman ^^). Et il en va de même pour tous les autres. J’avoue avoir été particulièrement ravie de retrouver Ben Daniels après l’avoir vu en vrai de vrai un mois plus tôt. Les acteurs sont des plus convaincants, vraiment à fond dans leur personnage.

wilzvn.jpg

Côté réalisation, là encore, rien à redire. En termes d’images, c’est magnifique, et les lieux de tournage font rêver – tout particulièrement lorsqu’ils partent en Afrique du Sud ! Il en va de même pour la musique et tous les costumes, décors, coiffures… J’ai aussi vraiment beaucoup aimé l’atmosphère qui s’en dégage – plutôt lourde, et on sent qu’on aura pas de fin heureuse – mais assez fascinante en même temps. Je sais que même si j’ai trouvé le temps un peu long à des moments, je n’arrivais ni à bouger de mon canapé, ni à faire autre chose en même temps. 

Bref, pas convaincue à 100% mais un bon moment de passé quand même. Women in love fait partie de ces films et séries qu’il faut regarder pour tout, sauf son intrigue ! Je vais peut-être tenter la lecture des romans avant de revoir ces deux épisodes.

Follow

Get the latest posts delivered to your mailbox: