Les aventures d’un apprenti gentleman – Mackenzi Lee

aventures d'un apprenti mackenzi lee gentleman

Après des mois (des années même pour la VO) à prendre la poussière dans ma bibliothèque, en juillet dernier je me suis enfin plongée dans Les aventures d’un apprenti gentleman et ah que c’était bien !


C’est fun, les personnages sont attachants, la relation entre Percy et Monty est touchante, Felicity est la meilleure (ce moment où elle se recoud toute seule !).

On voyage à travers l’Europe, il y a des pirates, des fêtes à Versailles, des soirées à l’Opéra, des parties de cartes (et de jambes en l’air), de l’alchimie, beaucoup d’humour, autant d’amour – bref, tout ce qu’il faut pour passer un excellent moment !

Mais ce qui m’a vraiment fait adorer ce roman ce sont les thèmes sous-jacents. Sous couvert d’un roadtrip déjanté, Mackenzi Lee aborde avec finesse et sensibilité de nombreux thèmes importants tels que la place des femmes et des noirs dans la société, l’esclavage, la maladie et l’homosexualité.

Le roman se passe au 18e siècle, mais on se rend vite compte que beaucoup des réflexions et situations vécues par nos trois héros sont encore d’actualité en 2020. Le ton moderne employé par Mackenzi Lee, en contraste avec le contexte historique, est un excellent moyen de montrer que les choses n’ont (malheureusement) pas changé tant que ça en trois siècles.

À travers Monty, Mackenzi Lee dénonce les discriminations envers les noirs et les femmes, mais aussi le concept de white savior. Monty a beaucoup de bonne volonté mais la majeure partie du temps, il agit dans son propre intérêt. C’est un personnage très contradictoire, ce qui le rend d’autant plus intéressant. Il est conscient de ses défauts et de son statut privilégié mais son désir de mettre tout le monde sur un pied d’égalité, peu importe sa couleur ou son sexe, le rend aveugle face aux vrais problèmes de l’époque. La scène sur le bateau avec Scipio est par ailleurs une excellente représentation de cet aveuglement.

À la fin du roman, Mackenzi Lee a rajouté plusieurs pages de notes où elle raconte comment lui est venue l’idée d’écrire un roman sur le Grand Tour. Elle revient aussi sur le contexte historique et la situation politique de l’époque, et ne manque pas de parler aussi de trois thèmes abordés dans le roman : l’épilepsie, les relations interraciales dans l’Europe du XVIIIe siècle et l’homosexualité. C’est vraiment très intéressant et cela renforce l’aspect didactique du roman. 

Si vous cherchez un roman fun mais qui pousse à la reflexion, avec de la diversité en tout genre (Percy est métisse, Monty est bisexuel) et une héroïne féminine et féministe qui déchire tout (parfois littéralement)(et y compris des oreilles)(elle gère Felicity !), alors ne passez pas à côté !

Les aventures d’un apprenti gentleman – Mackenzi Lee

2019 – Disponible chez Pocket Jeunesse 
4e de couverture : Jusqu’ici, personne n’a réussi à dompter Henry Montague, dit « Monty ». Son père ne sait plus quoi faire de cet héritier volage dont les seules passions sont le jeu et la boisson, et qui aime par-dessus tout se réveiller entre des bras différents. Cette fois pourtant, c’est décidé : après son tour d’Europe, il devrait reprendre les rênes du domaine familial. 
Déterminé à conquérir tous les plaisirs que pourra lui offrir le Vieux Continent – ainsi que le coeur de Percy, son meilleur ami -, Monty fait fi des attentes de son père. Le voyage se transforme alors en chasse à l’homme, avec Monty dans le rôle de la proie… 

You may also like

5 commentaires

  1. Qu’est-ce que j’aime ce roman !!! C’est vraiment l’un de mes coups de cœur de l’année dernière. Je l’avais tellement aimé en bibliothèque que je l’ai acheté pour moi même. Tu le mentionnes en passant, mais ce roman a aussi une des meilleures représentations de ce que c’est de vivre avec une maladie chronique qu’il m’ait été donné de voir avec le personnage de Percy.

Laisser un commentaire