Jersey Boys – Clint Eastwood

Je suis donc allée voir Jersey Boys hier. Et j’ai aimé. Énormément.

b35f7a6d-fa8f-4543-9b72-4e2ee6c86268_zpsa775f6f9.jpg

Jersey Boys est l’adaptation du musical de Broadway au succès triomphant depuis sa création en 2005 : pas moins de 8 awards gagnés en 3 ans, dont 4 Tony Awards en 2006 (sur 8 nominations).

Jersey Boys, c’est l’histoire de Frankie Valli, Tommy DeVito, Bob Gaudio et Nick Massi – aka The Lovers aka The Four Seasons.

26112156-f41e-40e9-8842-e530a07212ce_zpsac4fdb4d.jpg

Le film de Clint Eastwood reprend fidèlement toute la trame du musical, aussi bien au niveau de la chronologie des évènements, que des dialogues et la mise en scène (les acteurs qui s’adressent au spectateur). Et parce qu’on sent que Clint Eastwood a du respect pour le groupe original (et pour le spectateur), il n’a pas misé sur la célébrité des acteurs (qui a dit Les Misérables ?) mais plutôt sur leur talent : trois des acteurs principaux connaissaient leur rôle à la perfection, chacun d’eux ayant déjà joué ce rôle sur les planches à Broadway, que ce soit lors du tout premier spectacle comme John Lloyd Young (Frankie Valli) ou de la tournée pour Erich Bergen (Bob) et Michael Lomenda (Nick). Seul Vincent Piazza (Tommy) découvrait le rôle, et comme ils le racontaient dans une interview pour Parade cette ignorance se révéla l’ingrédient clé pour rendre le tout encore plus crédible. 

71d4d8da-7932-4e52-b102-d67b5be9fc41_zpsca7707ae.jpg

Simplement et sans fioritures, Clint Eastwood nous raconte leur rencontre, leur succès, leur séparation, leurs hauts et surtout leurs bas. La vie d’artiste n’a pas que des bons côtés, car avec le succès viennent aussi les tournées et ce qu’elles entrainent comme conséquences sur la vie de famille et l’amitié. Les Four Seasons ont pu quitter leur New Jersey natal, ils ont gagné gloire et fortune, mais ont perdu tellement plus.

Je ne sais pas ce que j’ai préféré dans le film : le fantastique vol d’un coffre-fort par Tommy, Nicky et Frankie; Tommy, Nicky, Gyp qui disent toujours à Frankie de travailler ses vocalises; le premier rendez-vous de Frankie et Mary; la robe de Mary; l’insouciante stupidité de Tommy; les contrats à la New Jersey; le bon sens de Frankie; l’amitié de Frankie et Bobby; la bonne humeur de Bob Crewe; Tommy qui veut casser la tête à Vivaldi; le type de la radio qui ne passe que leurs chansons et s’enferme dans la station; la tête de Bobby qui découvre son cadeau de Noël et sa réaction le lendemain; la musique; la scène finale qui m’a donné l’impression d’être dans une salle de spectacle ? Tout ça, et plus encore.

59492743-cf59-435f-830f-a08723d6a5e8_zps29892308.jpg

Plus qu’un divertissement, Jersey Boys est un film indispensable : tellement de chansons qu’on connait et aime ont été composées et interprétées par The Four Seasons. Oh what a night ? Non, ce n’est pas une reprise de Claude François! Can’t take my eyes off you ? Composée par Bob Gaudio et Bob Crewe ! Cette chanson a même failli ne jamais être enregistrée ! Beggin’ de Madcon ? Frankie Valli & The Four Seasons ! Bye Bye Baby des Bay City Rollers ? Four Seasons ! On connait les chansons mais pourtant les “Jersey Boys” à l’origine de ces chansons cultes restent méconnus. Jersey Boys – aussi bien le musical que le film – c’est un peu une façon de rendre à César ce qui lui appartient…

1a086882-1e54-4795-8dcd-d8525fe5b7d0_zpsab3311a5.jpg

Jersey Boys c’est 136min de (re)découverte musicale et de bonne humeur. Malgré la mélancolie qui se dégage tout le long du film, on ressort de la salle le sourire aux lèvres et avec une furieuse envie de danser.

Vous l’aurez compris, je vous conseille vivement d’aller voir Jersey Boys !

De mon côté, je réfléchis à une date pour aller voir le musical…

Jersey Boys de Clint Eastwood – 2014 – avec John Lloyd Young, Vincent Piazza, Michael Lomenda, Erich Bergen, Christopher Walken, Mike Doyle, Renée Marino…

Quatre garçons du New Jersey, issus d’un milieu modeste, montent le groupe “The Four Seasons” qui deviendra mythique dans les années 60. Leurs épreuves et leurs triomphes sont ponctués par les tubes emblématiques de toute une génération qui sont repris aujourd’hui par les fans de la comédie musicale…

You may also like

7 commentaires

  1. Je plussoie tout l’article! Quant à la comédie musicale, à défaut d’une virée à Broadway, Londres en septembre ? 😀

  2. Octobre probablement, comme ça on fera aussi Made in Dagenham 😀 avec des belles robes ! Oh SHERRY BABY ♪
    Et sinon je suis d’accord, c’était un bien chouette biopic. Ce que j’ai préféré au fond c’est la transition naturelle d’une époque à l’autre, on a presque l’impression d’enchaîner des mini films qui datent de chaque époque, contrairement à certaines productions qui font dans la lourdeur et le cliché “vintage”. Bon et puis on est d’accord que la robe de Mary est une tuerie.

  3. Ah la la mais c’est que tu viens de me donner l’idée géniale d’aller voir le muscial à London cet été! oui j’ai beaucoup aimé le film aussi!

  4. Oui, c’est vrai qu’on peut porter nos sublimes robes pour les deux shows !
    Et n’oublions pas Shakespeare in Love avec choupi-David-Oakes !
    Je dirais même des “tableaux”, comme dans le spectacle. On sent très bien que Clint Eastwood a suivi la mise en scène du musical, et c’est je pense ce qui permet au film de marcher aussi bien ! On voit le temps passer à l’écran, mais pas dans la salle, et ça c’est bien.
    Trop ! Je me retiens d’aller sur le site de Collectif depuis hier…

Laisser un commentaire