Lockwood & Co : L’escalier hurleur – Jonathan Stroud

Aujourd’hui le thème du mois anglais c’est « Fantômes » et j’ai le livre parfait pour l’occasion : « L’escalier hurleur » de Jonathan Stroud, le premier tome de la saga « Lockwood & Co ». Un roman pas si jeunesse que ça et bien plus sombre qu’il n’y parait.

Déjà il faut savoir que je suis totalement fan de Jonathan Stroud, sa trilogie de Bartiméus fait partie de mes meilleures découvertes littéraires. C’est donc un réel plaisir à chaque fois de me plonger dans un de ses romans. Lockwood & Co ne fait pas exception à la règle.

Continue Reading

Black Widow : Forever Red – Margaret Stohl

IMG_1790

Lors du New-York Comic Con de 2014, Marvel a profité du panel Women of Marvel pour annoncer la publication d’un nouveau roman young adult consacré à Black Widow et écrit par Margaret Stohl. Marvel Press avait déjà publié deux romans en 2013 : She-Hulk Diaries de Marta Acosta et Rogue Touch de Christine Woodward, mais ils étaient quelque peu passés inaperçus – sans doute à cause de l’aspect un peu trop chick-lit de la chose ou le fait qu’ils s’intéressent à des personnages peu connus du grand public.

Avec le succès grandissant des films et l’envie de toujours toucher un nouveau public, Marvel a décidé de relancer les romans, mais cette fois pour un lectorat plus (ou moins) jeune et en le reliant à son univers cinématographique. En effet, contrairement à She-Hulk Diaries et Rogue Touch, Black Widow : Forever Red s’inscrit directement dans le MCU (même si ceux qui ne suivent pas les séries, risquent de trouver étrange la présence de Phil Coulson).

Continue Reading

Je t’ai rêvé – Francesca Zappia

img_0722202_zps1afecqae

Je t’ai rêvé de Francesca Zappia a été l’un de mes derniers coups de cœur de 2015. Je l’avais commencé par curiosité, ne sachant pas vraiment à quoi m’attendre si ce n’est au fait que l’héroïne était atteinte de schizophrénie paranoïde.
Pour résumer en deux mots : j’ai adoré

Continue Reading

Persuasion – Jane Austen

Persuasion est mon roman préféré de Jane Austen pour plusieurs raisons : son histoire, ses personnages, son « atmosphère », la vision qu’on a de l’époque, son intemporalité … 

Je trouve que l’histoire d’Anne et Frederick est – avec celle d’Elinor et Edward – l’une de ses plus belles histoires. Ils se sont rencontrés, il se sont aimés, ils se sont séparés. En lisant le résumé, et en connaissant Jane Austen on devine d’avance que tout se finira bien. Mais on doute quand même. 8 ans après, Frederick Wentworth en veut encore à Anne Elliot de l’avoir rejeté comme elle l’a fait. Il l’aimait énormément, et avoir ainsi rompût leurs fiançailles pour la simple raison qu’il n’était pas assez gradé pour elle lui brisa littéralement le coeur. Pendant ces 8 années il n’a vécu que pour la mer et l’oublier. Cela aura au moins eu le mérite de l’avoir fait monter en grade et devenir un Capitaine fortuné. Pour autant, il se sent encore trahi par elle, à tel point que lorsqu’ils se retrouvent enfin, Wentworth l’évite le plus possible et commence même à s’intéresser de très près à la jeune Louisa Musgrove. Anne de son côté, se sent toujours aussi coupable que 8 ans auparavant et angoisse à l’idée de revoir son cher Frederick Wentworth, et le fait qu’il l’évite ne l’aide pas à se sentir mieux.

Donc ouion doute. Le Capitaine se sent beaucoup trop trahi et Anne beaucoup trop coupable pour faire comme si de rien n’était. Aussi, ils s’en tiennent aux politesses d’usage. L’orgueil et la fierté vont même pousser le Capitaine à faire souffrir Anne inconsciemment. Comment alors vont-ils faire pour nous offrir notre happy end? C’est là toute la beauté du roman ! 

Mais Persuasion ne se contente pas de nous narrer l’histoire tragique au dénouement heureux de Anne et Frederick – Jane Austen en profite aussi pour critiquer la société de l’époque où tout n’est que réputation, fortune, rang social, apparence et faux-semblants. Ses personnages secondaires, surtout le père et les soeurs de Anne, sont le miroir parfait de la société de l’époque. Tout en finesse et sous-entendus habiles, Jane Austen attaque les conventions de l’époque et nous offre l’un de ses romans les plus « matures ».

Anne Elliot avait 19 ans lorsqu’elle a rencontré Frederick, elle en a 27 lorsqu’ils se revoient. Elle est toujours célibataire et la tristesse lui a fait perdre de sa beauté – Frederick avoue même ne pas l’avoir reconnu. Mais il avoue aussi que pour ce qui est de l’esprit, elle est toujours la Anne dont il est tombé amoureux 8 ans plus tôt. Car oui, Anne sous ses airs de « vieille fille » fragile est en fait quelqu’un de fort et qui ne fait jamais deux fois les mêmes erreurs. Elle se moque des statuts sociaux, elle se comportera aussi dignement avec une personne de haut rang que de bas rang. Elle sait garder la tête sur les épaules dans les moments graves et c’est toujours vers elle que les gens se tournent quand ils ont un problème. Entre un père et une soeur ainée qui la dénigrent et une autre soeur hypocondriaque qui aime être le centre de l’attention, Anne n’a pas eu une vie facile, mais sa gentilllesse, sa force et sa bonté en font une personne exceptionnelle.

Frederick Wentworth est quant à lui un capitaine fortuné, qui cherche maintenant à s’établir. Il a ses qualités bien sûr, mais il a aussi ses défauts et n’a pas peur de les montrer. Il ne rejette pas la faute sur les autres et prend ses responsabilités. Il ose même dire en arrivant qu’un mariage de convenance lui suffirait ! Frederick Wentworth c’est un homme d’action, il a lutté contre Napoléon et a gagné son rang à la sueur de son front (donc le Darcy qui ne fait que monter à cheval et se baigner dans le lac, il ne sert pas à grand chose en fait). Mais c’est aussi un homme tout court, et qui perd tous ses moyens face à la femme qu’il aime. (Oh cette lettre. Je la connais par coeur, mais je ne m’en lasse jamais.)

Beaucoup trouvent Persuasion inférieur à ses autres romans, car un rythme trop lent, trop peu de dialogues, des personnages passifs, une intrigue longue à démarrer, pas assez d’humour…. Possible oui. Mais cela va aussi avec son histoire. Nous ne sommes pas ici dans un roman aux mille aventures, avec pléthore de personnages. Non, ici c’est juste Anne, Frederick et comment 8 ans après ils se rencontrent à nouveau et retombent amoureux. Ce n’est pas niais, ce n’est pas guimauvesque, c’est juste… beau.

Je me suis concentrée sur Anne et Frederick car ce sont les personnages principaux et leur histoire est la principale chose que les gens retiennent, mais Persuasion c’est bien plus qu’une simple histoire de seconde chance. C’est surtout un roman bien trop riche pour juste en « parler ».

Il faut le lire, au moins une fois. On peut aimer ou ne pas aimer Persuasion, mais il faut le lire, tout simplement. 

Continue Reading

Café givré – Suzanne Selfors

L’histoire se passe à Nordby, un village scandinavien purement fictif, mais librement inspiré de la vraie ville de Poulsbo (Washington). On y suit Katrina, 16 ans, lycéenne sans talent si ce n’est servir les clients du café de sa grand-mère Anna et faire la conversation aux plus agés. Elle n’a peut-être pas de talent, mais une grande qualité : sa gentilesse. Aussi, lorsqu’un matin avant l’ouverture du café elle voit un jeune homme recroquevillé contre la porte, elle n’hésite pas à lui offrir une boisson chaude et des douceurs – et ce, même si ce type l’effraye un peu… Qu’il soit un psychopathe ou un simple sans domicile, il fait froid dehors, tout le monde devrait avoir droit à un café.

Continue Reading