Où je vous parle de mon amour pour Being Human. (Attention, spoilers)

J’en ai parlé un peu par ici, beaucoup là et encore plus là. Si vous me suivez sur l’un ou l’autre, vous y avez eu droit : j’ai fait une rechute Being Human.
La faute à la nouvelle saison sans doute.
Ou pas.

being-human-uk-bbc-three-intertitle_zps3a975bda.jpg

C’est drôle quand même, parce qu’au fond, cette série n’a rien d’exceptionnel. Elle est même pleine de défauts – très inégale surtout (il y a de très bons épisodes, comme de très mauvais)(enfin non, pas mauvais, juste moins bien). Le budget effets-spéciaux est limité tandis que le budget hémoglobine décolle à chaque saison. Mais elle a tout de même quelque chose qui la rend formidable : ses personnages. 

Je ne sais pas si c’est dû aux personnages en eux-mêmes ou plutôt aux acteurs qui les incarnent, aux scénaristes ou à la mise en scène mais cette série, je l’aime.

Je l’aime même plus que Doctor Who (c’est pas compliqué depuis la saison 5). Voire de Torchwood (c’est pas compliqué non plus depuis la saison 4). C’est peut-être pour ça que je l’aime autant en fait : la série a su rester fidèle à elle-même pendant 5 saisons (ok 4, la 5ème démarre juste), même lorsque le cast original a laissé la place à des petits nouveaux.

tumblr_mgc8bdlxHQ1rdvp5ro1_1280_zps6fb243d5.png

Mitchell: I’m an animal! I don’t deserve mercy or forgiveness! I’m a murderer! I couldn’t help myself; I loved it. The sensation, the power… I was dead but I never felt so alive. I wasn’t human anymore. I lost my conscience, I was free, and that’s what I was addicted to. I hacked my way through the world… I left a trail of blood, a thousand miles long… and I loved it. I’m a disease. I’m a plague. I’m sorry. I’m so sorry.

Je pensais ne jamais me remettre du départ de Mitchell. Ses mitaines me manqueraient ainsi que ses tee-shirts, son petit sourire en coin si craquant, son regard assassin et son amour pour les humains.
Et puis Hal, sa radio et ses dominos sont arrivés
et dès qu’il a parlé de stations-services placées sur le mauvais côté de la route, j’étais foutue : un “Old One” plein de TOC ! Il n’a pas confiance en lui, il est encore plus dangereux que Mitchell, il sortait rarement de chez Léo et Pearl. Et alors il est arrivé à Barry, il a été intégré au “rota” et commencé à faire le ménage, des pompes et à s’occuper de Eve. Son amitié avec Tom est l’une des plus belles qu’il m’ait été donné de voir dans une série.

657442-high_res-being-human_zpsa7e06b65.jpg

Hal: Why are you doing this?
Tom: ‘Cos you’re my best mate.

Je pensais aussi ne jamais me remettre du départ de George. Parce que George c’est le plus génial des loups-garous et qu’avec Nina ils forment un couple parfait. On lui doit une grande partie des scènes cultes de la série, mais aussi une grande partie des scènes les plus agaçantes. Je crois que son départ a été le plus difficile à gérer – tellement inattendu, tellement dur à voir.
Et puis Tom est resté
. Il est tellement fort et adorable, naif et si loyal – impossible de ne pas s’y attacher. Il a souffert : McNair était sa seule famille, et puis Annie, Mitchell, George, Nina, Eve sont arrivés; et repartis. Tom a tenu le coup et a réussi à aller de l’avant. Et en plus Tom, il sait comment traiter une “lady”.

tumblr_lgr6xadkEw1qbn19xo1_500_zps4d805024.png

Je pensais ne jamais me remettre du départ de Annie. Parce qu’au bout de 4 saisons, j’ai fini par l’apprécier à sa juste valeur. Je la trouvais pleurnicheuse au début, agaçante aussi; dans la saison 3, elle était même insupportable la moitié du temps (quelle idée aussi de la mettre en couple avec Mitchell ?). Et puis il y a eu la saison 4. Perfect Annie is perfect.
Et puis Alex est arrivée
. Je ne l’appréciais pas vraiment jusqu’à ce que je vois l’épisode 1 de la nouvelle saison. Je n’adhérais pas à son côté rebelle et à son franc-parlé dans la saison précédente. Cet épisode m’a fait changer d’avis. La suite s’annonce bien.

BeingHumanAnnieAlex_thumb_zpse8431b7f.jpg

Annie: My name is Annie Clare Sawyer and two years ago I died. But in so many ways, that’s when my life began. In the company of horrors, I learned about friendship and loyalty, sacrifice and courage. Humanity isn’t a species, it’s a state of mind. It can’t be defeated, it moves mountains, it saves souls. We were blessed as much as we were cursed. In this little enclave of the lost I witnessed the very best of being human.

Et puis, il y a tous les autres : Ivan, Daisy, Lauren, Herrick, Gilbert, Lia, McNair, Adam, Eve, Allison, mon cher Cutler (et son addiction à Twitter) et j’en passe. Principaux, secondaires, trois saisons ou une saison, trois épisodes ou un épisode – chacun d’eux à laissé sa marque.

tumblr_m51ajeSxIE1rsheyao1_r2_1280_zps37dd60eb.png

Cutler: You could go straight back to the top of the pile. That’s cool. That’s your rightful place. All I ask for in return is that when they write the history of what’s about to happen, they give me a mention, and a statue. And maybe Brazil.

Being Human a beau raconter le quotidien de trois êtres surnaturels (un vampire, un loup-garou et une fantôme pour ceux qui n’auraient pas suivi), on a plutôt l’impression de suivre le quotidien de trois colocs aussi “normaux” que vous et moi – agaçants, idiots, drôles, touchants. Elle manie habilement humour, drame et hémoglobine. Toute seule devant mon écran, j’ai rigolé, j’ai pleuré, j’ai crié de joie et d’effroi, j’ai sursauté, j’ai voulu en consoler certains et en gifler d’autres – parfois, tout ça dans un même épisode.

J’aime cette série. J’aime ses personnages, ses acteurs, ses créateurs (Toby Whithouse rules), sa musique, son humour, ses villes de tournage (Barry!), ses défauts… Pour tout ça je dis : Long Live Being Human !

tumblr_l9ija42kRZ1qdj852o1_500_zpsfd85635f.png

KateBracken-BeingHuman_zps4417421a.jpg

You may also like

9 commentaires

  1. Oh mais elle est sur la télé française ! Enfin, à peu près : la saison 1 a été diffusée il y a un peu plus de deux ans sur France 4. Depuis, plus rien. Pour la voir, il faut être abonné au bouquet OCS de chez Orange (la saison 4 a commencé il y a peu dessus). Avec un peu de chance, France 4 diffusera la suite… un jour. Si tu t’en sors en anglais, mieux vaut profiter de l’intégral à 25£ (ou alors m’envoyer un mail, je peux te prêter les miens 😉 )

  2. Ton enthousiasme pour Being Human me donne toujours envie de continuer, mais je n’y arrive pas !
    Je me disais que peut-être, je pourrais passer direct aux petits nouveaux : est-ce que je peux, à ton avis, faire mon hérétique, zapper la moitié de la saison 2 et la saison 3 et commencer la saison 4 ?^^

  3. Oh oui, tu peux tout à fait passer directement à la saison 4 ! Regarde quand même l’épisode “The Pack” de la saison 3, pour que tu rencontres Tom 🙂 (bon, il apparait dans l’épisode 1 de la S3, mais ce n’est qu’une brève apparition sans grande incidence sur la suite) Et peut-être le tout dernier pour savoir pourquoi/comment est mort Mitchell (mais tu peux aussi laisser tomber et me demander si tu ne comprends pas quelque chose 😉 )
    Et je pense que tu accrocheras bien plus facilement à Hal et Tom qu’à Mitchell et George (et Nina). Même Annie est plus cool avec Hal et Tom à la maison ^^ Donc oui, tu as ma bénédiction : tu peux te lancer dans la saison 4 =D

  4. Ce qui est bien, c’est que ce n’est pas encore fini : il reste la scène supplémentaire du DVD. Et puis on se fera des marathons Being Human pour passer le temps… quand on sera en manque… genre, la semaine prochaine…

  5. Ça y est, j’ai enfin vu la s5. Non pas que je rechignais, mais euh, je voyais d’autres trucs 🙂
    Je n’ai pas re-regardé la s4 avant de voir cette s5 et je pense que c’est mieux. La s4 m’avait laissé un goût de dépression monstrueux : elle était si sombre cette saison, si triste, si déprimante pour des tas de raisons, qu’il valait mieux que je l’oublie un peu. Bon, avec ma mémoire de Dory, j’ai tout oublié en fait, mais c’est pas grave, j’ai fait un fresh start sur la s5, ce qui m’a permis de l’apprécier sans regrets, sans pleurer à chaque fois que je pensais à George, bref, mon level émotions était stabilisé 🙂
    J’ai un peu tiqué sur le postulat de départ (ou alors j’avais oublié qu’on nous avait déjà parlé du curse from the Devil ? C’est tout à fait possible hein, je rappelle le syndrome Dory), mais finalement ça s’est plutôt bien goupillé.
    En définitive, une conclusion pas du tout honteuse pour une série qui m’aura fait ressentir aussi fort que Doctor Who (jusqu’à la 4 s’entend). Le départ de George m’a fait le même effet que le depart de Rose dans Doomsday, j’ai tellement pleuré que j’ai dû arrêté mon visionnage. J’ai passionnément vécu cette série, I regret nothing 🙂

Laisser un commentaire