Spider-Man : Homecoming – Jon Watts

J’ai eu la chance d’assister à la projection presse de Spider-Man : Homecoming la semaine dernière et je ne remercierais jamais assez Sony Pictures pour l’invitation.

Je suis une adepte de la trilogie de Sam Raimi, je ne renie même pas le 3ème film. Et si j’ai trouvé inutile et médiocre le reboot de Marc Webb, j’étais relativement contente que Marvel récupère enfin les droits sur l’Homme araignée et puisse l’intégrer à son Cinematic Universe. Le choix de Tom Holland pour le rôle n’avait fait qu’intensifier ma curiosité : enfin un acteur jeune pour camper le lycéen (Tom Holland avait 19 ans lorsqu’il a été casté).

Spider-Man : Homecoming est le teen movie super héroïque qu’on nous avait présenté pendant la promo. Après un court vlog de Peter qui documente les événements qui ont menés à sa participation à Civil War, on se retrouve quelques mois plus tard, avec un Peter de retour à New-York et au lycée, prêt à reprendre une vie normale. Ainsi, la majorité de l’action se concentre autour de scènes où les camarades de classe de Peter sont présents. Et c’est là le point qui marche le mieux dans le film. 

Continue Reading

London Film and Comic Con | 29-31 juillet 2016

Si en 2015 je ne suis allée au London Film and Comic Con que le dimanche, cette année j’ai décidé d’y aller les trois jours afin de pouvoir pleinement profiter des animations et panels proposés autant par la Comic Con que la YALC (dont je parlerais dans un article à part).

S’il y a bien un point que j’admire à la LFCC, c’est l’organisation. La convention a lieu à l’Olympia Kensington, un grand parc des expositions sur 4 étages qui permet d’avoir des espaces bien séparés pour toute la convention : les panels ont tous lieu dans la même grande salle, les photoshoots et autographes sont tous regroupés dans une zone spéciale. On trouve aussi des panneaux un peu partout indiquant les horaires des animations. En ce qui concerne les photoshoots, ils sont organisés en « batch » numérotés, le matin ou l’après-midi, chaque « batch » est ensuite appelé dans l’ordre. Cela permet à chacun de bien organiser sa journée et de ne pas avoir à faire la queue pendant des heures. Le seul moment où nous avons eu à faire la queue longtemps c’était pour le panel de Jeremy Renner, mais c’était un choix personnel, nous voulions être sûres d’être bien placées.

Continue Reading

Black Widow : Forever Red – Margaret Stohl

IMG_1790

Lors du New-York Comic Con de 2014, Marvel a profité du panel Women of Marvel pour annoncer la publication d’un nouveau roman young adult consacré à Black Widow et écrit par Margaret Stohl. Marvel Press avait déjà publié deux romans en 2013 : She-Hulk Diaries de Marta Acosta et Rogue Touch de Christine Woodward, mais ils étaient quelque peu passés inaperçus – sans doute à cause de l’aspect un peu trop chick-lit de la chose ou le fait qu’ils s’intéressent à des personnages peu connus du grand public.

Avec le succès grandissant des films et l’envie de toujours toucher un nouveau public, Marvel a décidé de relancer les romans, mais cette fois pour un lectorat plus (ou moins) jeune et en le reliant à son univers cinématographique. En effet, contrairement à She-Hulk Diaries et Rogue Touch, Black Widow : Forever Red s’inscrit directement dans le MCU (même si ceux qui ne suivent pas les séries, risquent de trouver étrange la présence de Phil Coulson).

Continue Reading

Captain America : Civil War – Joe et Anthony Russo

13064563_10209271258078808_106493653224367572_o

Ceux qui me suivent partout savent que j’ai eu la chance d’assister à la grande avant-première de Captain America : Civil War au Grand Rex le 18 avril dernier, en présence de la #TeamIronMan : Emily VanCamp, Don Cheadle et Robert Downey Jr. Et si j’étais ravie de les voir (10min tout au plus, Paris ce n’est pas Londres), j’y allais vraiment avant tout pour le film, parce que sincèrement, l’attente était de plus en plus difficile.

Lorsque j’ai su que Civil War allait servir de base au troisième Captain America j’étais surprise et curieuse et impatiente. Je me demandais ce qu’ils comptaient faire avec cette histoire. Allait-on vraiment avoir droit à une bataille épique entre des centaines de héros ? Cap allait-il vraiment diriger une résistance super-héroïque ? Steve Rogers allait-il vraiment finir par se rendre puis mourir sur les marches du tribunal ? Jusqu’où allaient-ils aller dans le conflit opposant les deux camps? 

Attention, gifs et citations et potentielles références à des événements à venir ! 

Continue Reading

Avengers : L’ère d’Ultron – Joss Whedon

Je pensais ne pas écrire d’article sur Avengers : Age of Ultron (plus tard raccourci en AoU) car je me disais que tout avait été déjà un peu dit, mais en fait non. Beaucoup de choses ont été dites, mais pas forcément celles que je voulais.

J’ai donc vu AoU. Et j’avoue avoir passé un excellent moment et l’avoir trouvé bien meilleur que le premier, malgré ses nombreux défauts.

Attention, ce qui va suivre contient des citations du film et des mentions à des événements.

Continue Reading

Marvel’s Daredevil – Netflix

J’ai été juré n°1 le week-end dernier. Impossible pour moi de quitter Hell’s Kitchen entre le 10 et le 13 avril. Des mois d’attentes pour un résultat au-delà de mes espérances.

On ne parle pas assez de Daredevil, the man without fear, alors qu’il est l’un des personnages les plus fascinants de l’univers Marvel. La faute du film de 2003 sans doute, qui ne lui rend guère justice dans l’ensemble. Remercions donc Marvel et Netflix d’avoir eu l’excellente idée de remettre le justicier aveugle sur le devant de la scène ! Et d’avance aussi merci pour les autres outsiders – Jessica Jones, Luke Cage et Iron Fist. Les Défenseurs de New-York.

Continue Reading

Captain America : The First Avenger – Joe Johnston

Ce qui est bien avec les vacances au Portugal, c’est que parfois les films y sortent plus tôt. Comme celui-là, qui est sorti la semaine dernière et que je suis allée voir avant-hier.

Titre : Captain America – The First Avenger
Réalisé par : Joe Johnston
Avec : Chris Evans, Hayley Atwell, Hugo Weaving, Tommy Lee Jones…

images?q=tbn:ANd9GcRJCnClkzDe4hLXpYDooiu3QurMwzler9j3HCH824heWixuH3V5Aw

Résumé : Captain America: First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy Carter, il sera confronté à la diabolique organisation HYDRA dirigée par le redoutable Red Skull.

Pour être franche, Captain America n’a jamais été mon héros Marvel préféré. Les ailes sur son casque et son costume m’ont toujours fait un peu peur. Je lui ai toujours préféré le spandex noir et jaune des mutants, et les toiles d’araignées. Pourtant, au moment où j’écris je regrette fort de ne pas avoir un Album ou un Forbidden Planet pour rattraper ce retard.

Parce qu’il faut dire ce qui est Captain America est bon. Très bon. Excellent même. Sans aucun doute l’un des meilleurs Marvels de ces dernières années.

Le film pourrait se découper en deux parties: l’avant Cap’ et l’après Cap‘ (En précisant que pour moi, il ne devient vraiment Cap’, qu’après la libération des soldats en Italie) Laquelle est mieux ? L’avant Cap’ je dirais, l’après Cap’ ne servant de galerie qu’à une suite de scènes semblables, avec bien sur Cap’ vainqueur à chaque fois. L’avant Cap’ est bien plus belle, plus subtile avec ce Steve Rogers au cœur aussi grand que sa taille est petite, qui n’abandonne jamais la partie, et qui veut aller tâter du nazi lui aussi… pas parce qu’il veut être un héros – ça ne l’intéresse pas – mais parce qu’il ne voit pas pourquoi lui devrait rester sur la touche pendant que d’autres vont risquer leur vie. Steve est un jeune homme courageux, qui ne fuit jamais et toujours prêt à aider les autres – même si cela veut dire se jeter sur une grenade pour éviter que l’explosion ne blesse tout le monde.

captain-america-first-avenger-movie-8.jpg

L’un des points forts de Captain America, est qu‘avant d’être un film de « super-héros », il est surtout un film de « héros ». La scène où Steve devient un objet de propagande et se voit attribué le joli nom de Captain America et le costume qui va avec, est l’une des plus emblématiques, qui sous ses airs de grosse farce montre non seulement l’état d’esprit de l’Amérique de l’époque, mais aussi ce qu’un homme est prêt à faire pour son pays. De plus, même lorsque le sérum fait son effet, et que Steve devient plus grand, le film ne devient pas un film d’action, enchaînant les scènes pleines d’effets spéciaux dans le seul but de montrer les nouvelles capacités de Cap’ – dans l’avant Cap, ça équivaut à une très bonne scène de poursuite dans la rue, dans l’après Cap’ par contre, il y en a bien plus mais là encore, on revient vite aux personnages.

Captain-America-first-avenger-movie-film.jpg

Personnages qui sont d’ailleurs des plus estimés, avec pour chacun des acteurs de prestige. Chris Evans en tête bien sur, qui arrive à être aussi touchant en Steve Rogers qu’en Cap’. Hayley Atwell, quant à elle confirme tout le bien que je pense d’elle depuis longtemps : sa Peggy est vraiment fabuleuse, elle a énormément de charme et de classe, c’est une femme forte qui a ses principes, et son histoire avec Cap’ est l’une des plus belles du genre, tout en finesse. Dominic Cooper joue Howard Stark, sorte de savant fou, qui en plus de bien porter la moustache , aime autant la fondue que piloter des avions (et aussi le papa de Tony Stark, et une chose est sûre : tel père, tel fils ! ) Hugo Weaving lui, joue bien les psychopathes qui voudraient être Hitler à la place d’Hitler – de plus, le rouge lui va bien au teint.

captain-america-first-avenger-movie-71.jpg

Captain America est, comme l’indique le sous-titre, le premier des Avengers. On pourrait donc s’attendre à toute une histoire autour de ces Avengers, un peu dans la veine de Iron Man 2. Et bonne nouvelle : il n’en est rien. Il n’est fait référence au groupe d’élite qu’à la fin (fin qui ne me plaît guère, mais nécessaire à la suite) (et une référence à Thor)(enfin, c’est plutôt Odin, et aucun rapport direct avec le dieu au marteau) Le scénariste a pris le parti de raconter l’histoire de Steve Rogers, devenu Captain America en gardant le contexte historique : 1942, en pleine Seconde Guerre Mondiale, mais sans pour autant mettre cet aspect en avant. Là où par exemple X-Men : First Class a vraiment ancré son histoire pendant la guerre froide, avec les images d’archives et tout, Captain America se contente de l’effleurer, mentionnant ici et là Hitler, préférant un méchant fictif Hydra, et un nouveau homme à abattre, Red Skull, son « dirigeant ».

captain.america.first.avenger.movie.10.cbr.jpg

En bref, Captain America est vraiment un film à voir (et revoir). Que vous soyez ou non amateurs de super-héros, vous apprécierez sans aucun doute ce nouveau Marvel. Son casting étoilé, et sa réalisation soignée en font un des meilleurs du genre, et pour ne rien gâcher, le film ne manque pas d’humour – essentiellement lorsque Stark Sr est dans le coin – et certaines scènes et répliques risquent de vite devenir cultes.

Il sort mercredi en France, courrez-y ! Que ce soit pour vous protéger de la pluie, que de la canicule (ah non, ça c’est ici… 36°C, ça chauffe!)

Continue Reading