Kingsman : Services Secrets – Matthew Vaughn

Kingsman

Le trio gagnant de Kick-AssMark Millar (comics), Matthew Vaughn (réalisation et scénario) et Jane Goldman (scénario) – a frappé une fois de plus. Après les super-héros, voilà qu’ils s’attaquent aux super-espions.

Adapté du comics The Secret Service de Mark Millar et Dave Gibbons, le film ne reprend cependant la trame principale que dans les grandes lignes : Gary, le délinquant au QI élevé qu’un super espion va former au métier d’agent secret et qui va devoir déjouer les machinations du riche mégalomane. Avec style et bonnes manières, of course. Mais avant ça, il devra passer « l’entretien d’embauche le plus violent qui soit », montrer sa valeur, protéger JB et ne pas se laisser démoraliser par les remarques de ses camarades bien plus fortunés.

Le comics est déjà un petit bijou d’humour noir et d’ironie. Mais le film va bien plus loin. Il est encore plus déjanté, encore plus violent, encore plus classe !

Continue Reading

I, Frankenstein – Stuart Beattie

Avant de lancer le film, je me suis demandé s’il serait digne de Légion. La réponse est non.

i-frank-banner_zps83608215.jpg

Pourtant, ça partait plutôt bien avec un début dans la continuité du roman de Mary Shelley : le film commence avec Victor Frankenstein qui poursuit sa créature pour se venger de la mort de se femme mais meurt de froid avant d’avoir pu assouvir sa vengeance. La créature s’en veut quand même un peu et décide de ramener le docteur chez lui pour l’enterrer.

Continue Reading

Jersey Boys – Clint Eastwood

Je suis donc allée voir Jersey Boys hier. Et j’ai aimé. Énormément.

b35f7a6d-fa8f-4543-9b72-4e2ee6c86268_zpsa775f6f9.jpg

Jersey Boys est l’adaptation du musical de Broadway au succès triomphant depuis sa création en 2005 : pas moins de 8 awards gagnés en 3 ans, dont 4 Tony Awards en 2006 (sur 8 nominations).

Jersey Boys, c’est l’histoire de Frankie Valli, Tommy DeVito, Bob Gaudio et Nick Massi – aka The Lovers aka The Four Seasons.

26112156-f41e-40e9-8842-e530a07212ce_zpsac4fdb4d.jpg

Le film de Clint Eastwood reprend fidèlement toute la trame du musical, aussi bien au niveau de la chronologie des évènements, que des dialogues et la mise en scène (les acteurs qui s’adressent au spectateur). Et parce qu’on sent que Clint Eastwood a du respect pour le groupe original (et pour le spectateur), il n’a pas misé sur la célébrité des acteurs (qui a dit Les Misérables ?) mais plutôt sur leur talent : trois des acteurs principaux connaissaient leur rôle à la perfection, chacun d’eux ayant déjà joué ce rôle sur les planches à Broadway, que ce soit lors du tout premier spectacle comme John Lloyd Young (Frankie Valli) ou de la tournée pour Erich Bergen (Bob) et Michael Lomenda (Nick). Seul Vincent Piazza (Tommy) découvrait le rôle, et comme ils le racontaient dans une interview pour Parade cette ignorance se révéla l’ingrédient clé pour rendre le tout encore plus crédible. 

Continue Reading

La Stratégie Ender – Gavin Hood

Ender-Bandeau_zps2548f449.jpg

Pendant toute ma lecture du roman, je me suis demandée comment ils allaient adapter tel ou tel passage, et après avoir vu le film, j’en suis venue à la conclusion que La Stratégie Ender fait partie de ces romans qui ne devraient en aucun cas être adapté… pas en film en tout cas, et encore moins en un film qui dure 1h40.

Je dois dire que j’ai été vraiment très surprise quand après 1h20 de film, Ender faisait déjà face à la grande bataille finale. Car c’est là le gros défaut du film : c’est trop court. Et qui dit court, dit rapide. Pourtant, ça partait bien : la situation était clairement expliquée, Peter et Valentine étaient tels qu’ils devaient être, Alai et Bean aussi – même s’il les rencontrait dans un autre contexte – mais à partir du moment où Ender intègre les Salamandre, tout s’enchaîne. Certes, si on fait bien attention au texte on comprend pourquoi Ender est si particulier par rapport aux autres élèves, mais il n’empêche qu’il monte bien trop vite en grade. 

Continue Reading

Parkland – Peter Landesman

parkland_ver4_xlg_zpsca11aa31.jpg

Sorti en novembre dernier à l’occasion des 50 ans de l’assassinat de Kennedy, ce film est pourtant passé assez inaperçu – moi même je n’en ai entendu parler qu’à l’occasion de la dernière opération Cinetrafic (alors que pourtant, il y a Zac Efron au casting).

Peter Landesman adapte ici le livre de Vincent Bugliosi, Four days in november, qui retrace les jours qui suivirent l’assassinat du Président Kennedy en 1963. Là où d’autres suivent le couple présidentiel, Peter Landesman lui s’intéresse aux « civils » – aux docteurs et infirmières du Parkland Memorial Hospital qui ont essayé de sauver le Président; aux agents secrets qui ont perdu plus qu’un homme; à Robert Oswald, le frère de Lee Harvey Oswald; aux agents du FBI qui auraient pu arrêter Lee Oswald, à Abraham Zapruder, l’homme qui a filmé toute la scène.

Continue Reading