Anges et démons

Je suis allée voir Anges et démons vendredi dernier et j’ai trouvé ça très…drôle. Mais avant d’aller plus loin dans les détails, resituons l’histoire :

19079650_w434_h_q80.jpgFiche d’identité :
Titre : Anges et démons (Angels and demons en VO)
Réalisé par : Ron Howard
Avec : Tom Hanks,  Ewan McGregor, Stellan Skarsgard, Ayelet Zurer…
Résumé : Une antique confrérie secrète parmi les plus puissantes de l’Histoire, les « Illuminati », qui s’était juré autrefois d’anéantir l’Eglise catholique, est de retour. Cette fois, elle est sur le point de parvenir à son but : Robert Langdon, expert en religions d’Harvard, en a la certitude.
Langdon a peu de temps pour comprendre ce qui se trame contre le Vatican et déjouer ces nouveaux crimes. Une course contre la montre et contre les tueurs qui démarre tel un jeu de piste : des églises romaines aux cryptes enfouies, des catacombes les plus profondes aux majestueuses cathédrales…
Pour l’aider à comprendre toutes ces énigmes, Langdon va rencontrer Vittoria Vetra, une scientifique aussi belle que mystérieuse.
Cette fois, il sait à qui il se confronte. Cette enquête diabolique est un piège, chaque secret est une clé, chaque révélation un danger…

Bon, on va commencer par les remarques subjectives comme ça quand vous arriverez à la partie « objective » vous aurez oublié ce que j’ai dit avant ^^ (Attention, ce qui suit peut contenir des spoilers !!!!)(en fait c’est même quasiment certain)

I/ Esprit tordu quand tu nous tiens !

A la base je suis allée voir le film pour 3 raisons :

  1. J’ai vu Da Vinci Code et j’étais curieuse de savoir si celui-ci serait meilleur (ou au moins, moins ennuyeux )(ce qui a été le cas, j’ai tellement rigolé que je me suis pas ennuyée une seconde)
  2. Obi-Wan Kenobi Ewan McGregor en robe longue prêtre, impossible de résister ^^
  3. Euh… m’en souviens pas

J’avais été tellement déçue par le Da Vinci Code, que cette fois, pour laisser toutes ses chances au film, je n’ai pas lu le livre avant. Je me suis dit que comme ça, j’arriverais à être surprise (même si au fond je savais que ça serait difficile). Et ben j’avais raison ! Même sans avoir lu le livre, et sans connaître l’histoire, les scènes sont de plus en plus prévisibles. Je ne sais pas si le problème vient de Dan Brown ou des scénaristes, mais en tout cas, dès le début, on pouvait aisément deviner la fin !

Les scènes d’action se suivent et se ressemblent et le suspense n’est absolument pas haletant (comme j’ai lu sur Allocine). Mais je crois que le pire c’est les nombreuses scènes « comme de par hasard » ! Nan mais vraiment, la voiture qui explose quand le type met le contact, Robert Langdon qui « comme de par hasard » non seulement arrive à échapper au vilain méchant pas beau en se cachant dans une crypte mais en plus « comme de par hasard » elle est pleine de crânes… (qui a dit prévisible ?)

Okay, je vais être franche, le film a quand même réussi à me surprendre une fois : à la fin, j’ai vraiment cru que Obi-Wan Kenobi le camerlingue, allait exploser avec l’hélicoptère. Et ben naaaaan, son parachute sa foi en Dieu l’a sauvé!

Comme je disais plus haut, j’ai trouvé le film très drôle, entre les scènes prévisibles, l’humour pas drôle de Robert Langdon (même ma soeur a pas capté qu’il voulait faire de l’humour), et les scènes de « gores » toutes plus originales les unes que les autres et ben j’ai passé un bon moment ( j’ai encore plus rigolé que pour Sweeney Todd)(quand je vous disais que j’avais l’esprit tordu, je rigole quand les types se font egorger)(en même temps c’est devenu tellement commun que ça fait plus rien!)

19100174.jpg
(Mais il y a quoi la-dessous?)

 II / Un peu d’objectivité for God’s sake!

Je peux dire en tout objectivité que les paysages sont magnifiques. Bon, c’est l’Italie, c’est Rome, le Vatican, la Chapelle Sixtine, les italiens alors avis objectifs et subjectifs sont pareils : c’est une ville sublime !

Et puis sinon, il y a les effets-spéciaux qui sont tout simplement wouaaaah ! Surtout l’explosion à la fin. Le ciel était littérallement Burn en feu ! C’était impressionnant !!

Et tout aussi objectivement, j’ai vraiment beaucoup aimé la musique. Certains morceaux m’ont fait penser aux compositeurs Ben Foster et Murray Gold… (d’ailleurs au bout d’un moment, je faisais plus attention à la musique qu’au film…)

J’aurais aimé vous dire que côté intrigue le suspense était intenable, mais ce serait mentir. Tout comme vous dire que les acteurs étaient très bons. J’ai trouvé Tom Hanks plus crédible dans Da Vinci Code que dans celui-là. Mais bon, il y a Obi-Wan Kenobi Ewan McGregor et ça rattrape tout ^^ (même si c’est absolument pas son meilleur rôle!)(d’ailleurs je me demande ce qu’il fichait là)

19100167.jpg
(Mais où diable est mon sabre-laser ?)

III/ Le *toutélié* a encore frappé !

Première manifestation de *toutélié* : le film commence en Suisse. Au CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire). Les membres du Whoniverse auront (sans doute) fait le rapprochement.
Pour les autres, petite explication : Vous connaissez Torchwood n’est-ce pas ? Et bien, le 11/09/08 un épisode audio de la série a été diffusé à la radio. Cet épisode, intitulé Lost Souls fait directement suite à la fin de la saison 2.
Dans cet épisode radiophonique nous retrouvons le Captain Jack Harkness, Gwen Cooper et Ianto Jones qui sont appellés à l’aide par Martha Jones. Cette dernière travaille en Suisse. Au CERN ! C’est bien ce que je disais *toutélié*

Seconde manifestation du *toutélié* (Attention, vous entrez dans une zone de spoilers ! Pour lire, surlignez la zone!) <<< A la fin, Obi-Wan Kenobi le camerlingue meurt brûlé. Il ne voulait pas aller en prison alors il a décidé de s’homicider par le feu. Et là, j’ai la fin de Star Wars Episode 3 qui m’est revenu en mémoire, lorsque Dark pas encore Vador est retrouvé agonisant. Lui aussi allaît être homicidé par le feu ! Quelle coincidence ! Obi-Wan Kenobi qui meurt par le feu comme ça a faillit être le cas pour son apprenti Anakin Skywalker !!  >>>

19019542.jpg
(Oh my God ! The sky is Burn(ing) !)

Si vous l’avez-vu ou que vous connaissez quelqu’un qui l’a vu, dites-le moi, je serais plus que ravie de connaître un avis autre que le mien :o)

Continue Reading

« Si c’était une pomme, ce serait une ‘Delicious’! »

De retour du ciné. Je suis allée voir 17 ans encore parce que j’avais des places gratuites. Et ben, contrairement à OSS 117 que j’ai vu aussi gratuitement la semaine dernière, là ça m’aurait absolument pas dérangé de payer la place!

 

19053470.jpgFiche d’identité :

Titre : 17 ans encore (17 again en VO)
Réalisé par
: Burr Steers
Avec : Matthew Perry, Zac Efron, Leslie Mann, Michelle Trachenberg,Thomas Lennon…

Résumé (allociné) :
Mike O’Donnell, un homme de 37 ans, trouve sa vie ennuyante et pathétique. Il se sépare de sa femme et vit avec son meilleur ami. Ses enfants le considèrent comme un looser. « Si seulement on avait droit à une seconde chance ? » Et il ne croyait pas si bien dire ! Son voeu va être exaucé.Le lendemain matin, Mike découvre qu’il a à nouveau 17 ans! Bien décidé à réparer ses erreurs personnelles, il s’inscrit au lycée pour aider ses enfants. Mike s’aperçoit vite que sa fille est beaucoup moins sage qu’elle ne parait et que son fils, Alex, est le bouc-émissaire de l’athlète de l’école….


 
19076815.jpg

En voyant la bande-annonce, je ne m’attendais pas à un film bien exceptionnel. D’ailleurs c’est pour ça que j’ai profité des places gratuites pour aller le voir. La bande-annonce est bien trompeuse parce qu’au final, j’ai adoré! Même que je l’ai trouvé trop court à mon goût…

Ca change un peu des films avec des retours dans le passé ou des bonds dans le futur. Cette fois, il reste à la même époque, ce qui change c’est son apparence physique : il garde ses pensées de père de famille de 37 ans mais dans le corps d’un ado de 17 ans. Ce qui donne lieu à des scènes absolument hilarantes !
Autant pour OSS 117 j’ai à peine réussi à exquisser quelques sourires, autant là j’ai rigolé de bon coeur au point de presque faire pipi dans mon pantalon !

19076804.jpg

Mike pensait qu’en « revivant » sa dernière année de lycée, il pourrait modifier le cours des choses pour que la suite soit meilleure. Et bien non. Il s’est vite rendu compte que s’il avait de nouveau 17 ans, ce n’était pas tant pour améliorer les choses pour lui, mais pour les autres.
Après ça, la théorie du « toutélié » reprend ses droits et bien évidemment, pour lui aussi les choses sont bien meilleurs qu’auparavant.

19044516.jpg

Concernant les acteurs, gros coup de coeur pour Ned Gold, le meilleur ami (et à l’occasion père) de Mike. Ce type est excellent ! Du début à la fin il reste fidèle à lui-même, à ses délires, ses jeux vidéos, ses fantasmes de fantasy… et au final ça finit par payer ^^

Zac Efron était parfait très bien dans le rôle de Mike à 17 ans. Je l’ai trouvé très… naturel. A aucun moment il ne surjouait.  Et puis lors de la scène de la « lettre » il pleurait vraiment… il n’en était  que plus choupi-trognon Je ne sais pas comment définir son jeu dans le film autrement que par « naturel ».
J’aimerais bien le voir un jour dans un film autre qu’une comédie. Et plus précisement dans un film où il ne danse pas et où il ne joue pas au basket…. manquerait plus qu’il pousse la chansonnette et on aurait eu droit à HSM4.

Je me moque, je me moque, mais j’ai quand même beaucoup aimé!  Pas le film de l’année c’est sûr, mais c’est quand même un film à voir.
Ne serait-ce que pour la performance de Zac « réponse à toutes les questions » Efron que j’ai trouvé bon, même très bon… mais par contre qu’il garde son tee-shirt (ou sa chemise, peu importe. Tant qu’il est pas torse nu et en sueur, c’est bon!)

19076806.jpg

 

Continue Reading

Fast and Furious 4 – New model. Original parts.

Ma sœur m’a demandé de lui faire un « bel hommage » alors à peine je reviens du cinéma, tout de suite j’écris.

2001-2009 : 8 ans à attendre les retrouvailles entre Dom et Brian.
J’ai réalisé deux choses à la fin du film : j’avais 12 ans quand j’ai vu Fast and Furious 1, et nom d’un K9 ce que ça m’avait manqué !
J’arrive pas à dire pourquoi ça m’avait manqué. Comme je disais à ma sœur, c’est une histoire de « ressenti ».
Il faut voir pour comprendre et même comme ça, on ne ressent pas tous les choses de la même façon…

New Model. Original Parts : pour une fois, la tagline a été parfaitement bien choisie. Tout est résumé dans ces quelques mots. On retrouve les belles voitures, la vitesse, les explosions, les courses dans les rues de Los Angeles, l’humour teinté de sous-entendus mais surtout les 4 anti-héros : Brian, Dom, Mia et Letty.

Continue Reading

Where’s Fluffy ?

NickAndNorahsInfinite.jpgFiche d’identité :
Titre : Une Nuit à New-York ( Nick and Norah’s Infinite Playlist en VO)
Année : 2009
Réalisé par : Peter Sollett
Avec : Michael Cera, Kat Dennings, Alexis Dziena…
Résumé (allociné) : Nick, qui est membre d’un obscur groupe de rock indépendant, vient de vivre une rupture difficile. De son côté, Norah a du mal à donner un sens à sa vie et à sa relation épisodique avec un musicien trop égoïste.
Les deux jeunes gens n’ont rien en commun, sauf leurs goûts musicaux. Leur rencontre fortuite va les entraîner toute une nuit à New-York vers le lieu mystérieux où doit se produire leur groupe préféré. Au cours de cette nuit de surprises et d’aventures, ils vont découvrir qu’ils ont peut-être plus en commun que leur seul amour de la musique…

C’est le Printemps du cinéma, alors avec ma soeur on a décidé que cette fois, on en profiterait. Côté films, on avait le choix entre Watchmen, Une nuit à NY et L’Enquête… La séance qui nous convenait le mieux et le film intéressant ma soeurette, nous voila décidées pour Une nuit à NY !
Et on a bien fait.

J’aime les films où l’histoire est due au hasard. Et j’ai été servie avec Une nuit à NY ! Tout commence avec une annonce : le groupe Where’s Fluffy ? va donner un concert secret, dans un lieu secret, à une heure secrète. Et voila la jeunesse branchée (et dorée) de NY qui se lance à la recherche de ce lieu mystérieux !
Nick et Norah ne se connaissaient pas, ils avaient entendus parler l’un de l’autre, mais jamais ils ne s’étaient vus. Le destin les a fait se rencontrer. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire : entre Caroline, la copine de Norah totalement ivre, les copains gays de Nick et les ex (avec bonus ou pas) qui reviennent, Nick et Norah vont passer une nuit qu’ils ne risquent pas d’oublier de sitôt…

nick%20and%20norah%204%20car.jpgnick-and-norah_1249514c.jpg

Ce n’est pas tant l’histoire entre Nick et Norah que l’on retiendra en sortant de la salle mais plutôt les personnages : Nick, le type coincé mais pas tant que ça qui ne peut oublier sa garce d’ex ; Norah, la fille de, qui aimerait qu’on s’intéresse à elle pour ce qu’elle est et non pas pour qui est son père ou encore Caroline, la copine qui ne peut passer une soirée sans se saouler et qui aime vomir aux mêmes endroits, mais surtout les copains de Nick, gays et fiers de l’être, adorables et toujours prêts à aider leur ami (aaah, je veux les mêmes!!!). Ils sont tous aux antipodes les uns des autres, mais une seule et même chose les réunis : la musique et plus précisément Fluffy !

Nick-and-Norah-s-Infinite-Playlist-michael-cera-2487286-2560-1708.jpg

J’ai vraiment eu un coup de coeur pour ce petit film « sans prétention » pour reprendre Trillian. On passe un très bon moment avec ces new-yorkais qui se mettent dans les pires situations sans jamais le vouloir. En une nuit, ils en ont plus appris sur eux, sur les autres, sur la vie, qu’en 17 années d’existence… Ils sont sortis de chez eux totalement démoralisés, ils sont rentrés heureux.

Vous savez quel est le gros point fort du film ? Son côté « pas prise de tête ». On a juste à s’asseoir dans le fauteuil et se laisser entrainer dans leurs (més)aventures au son d’une superbe musique.

 

Continue Reading

My name is Harvey Milk,and I’m here to mobilize you !

harvey-milk_300.jpgFiche d’identité :

Titre : Harvey Milk ( Milk en VO)
Année : 2008
Réalisé par : Gus Van Sant
Avec : Sean Penn, Emile Hirsch, James Franco, Josh Brolin…

Résumé : Le film retrace les huit dernières années de la vie d’Harvey Milk. Dans les années 70, il fut le premier homme politique américain ouvertement gay à être élu à des fonctions officielles, à San Francisco en Californie. Son combat pour la tolérance et l’intégration des communautés homosexuelles lui coûta la vie. Son action a changé les mentalités, et son engagement a changé l’histoire.

Je n’ai jamais été très fan des films de Gus Van Sant (enfin à part Will Hunting, mais c’est parce que Matt Damon jouait dedans).  Je les ai toujours trouvés « particuliers ». Le dernier film que j’ai vu de lui c’était Paranoid Park (et encore c’est parce que j’avais eu des invitations!) et j’ai bien cru que j’allais m’endormir… Il durait 1h40 environ, mais j’ai eu l’impression que ça avait été le double !

Mais là, j’étais bluffée ! Par les acteurs, la réalisation, le sujet… tout quoi !
Dès les premières minutes on entre dans le vif du sujet. Et dès les premières minutes on s’attache à ce petit gars qui le jour de ses 40 ans se rend compte qu’il n’a rien fait de sa vie, et qui décide du jour au lendemain de tout plaquer pour partir vivre à San Francisco avec son amoureux.
Mais être homosexuel, dans les années 70 c’est un crime. Entre les descentes dans les bars qui leur étaient réservés et les passages à tabac qu’ils subissaient, ils ont énormément souffert. Certains en sont morts. Leur crime ? Ne pas aimer de la même façon que nous.

Harvey Milk est tombé dans la politique bien par hasard. Au début, c’était plus pour s’amuser qu’autre chose (enfin c’est ce que j’ai ressenti). Mais, avec ses amis, il s’est vite rendu compte que beaucoup de personnes les soutenaient. Et à partir de là, tout s’est enchaîné. Chaque année il se présentait aux élections municipales et à chaque fois il perdait de quelques points.
Jusqu’au jour où…
Ce jour là peut se résumer en une célèbre phrase : « Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité« .

18937551.jpg

Gus Van Sant a eu la brillante idée de mêler film et images d’archives. Et grâce à ça, on adhère encore plus rapidement à leur cause. J’ai été choquée de voir ce que les homosexuels de l’époque subissaient. Encore aujourd’hui j’ai du mal à comprendre toute cette haine envers eux. Ils ne s’en sont jamais pris aux hétérosexuels, pourquoi faire le contraire alors ?! Que ce soit à l’époque ou de nos jours, ils n’embêtent personne. « Nous sommes tous nés libres et égaux en dignité et en droits »  

Les acteurs sont époustouflants. Que ce soit Sean Penn, Emile Hirsch ou encore Bouffon Vert Junior James Franco. J’admire les acteurs qui osent jouer des rôles d’homosexuels – surtout quand ils ne le sont pas eux-mêmes…

Sean Penn est grand. Sean Penn est génialissime. Sean Penn est Harvey Milk. Son Oscar est plus qu’amplement mérité ! Il est littéralement entré dans la peau de ce militant gay dont la vie changea l’histoire. Militant qui mérite d’être plus connu. J’avoue qu’avant la sortie du film, je n’avais jamais entendu parler de lui…  L’autre jour au Salon du livre je suis passée 4 fois devant une de ses biographies… et j’ai réussi à résister à la tentation de l’acheter *fière de moi je suis* mais je vais me pencher un peu plus sur son histoire!

Vous savez ce qui m’a le plus horrifié dans l’histoire de Harvey Milk ? Son assassinat.
Il n’a pas été assassiné parce qu’il était gay.
Ni parce qu’il était politicien.
Non. Il a été assassiné parce que le conseiller municipal Daniel White était jaloux que les gens l’aiment bien. Et parce que Daniel White souffrait d’une mauvaise alimentation…

harvey-milk-2-photo-sho.jpg
Plaque commémorative à San Francisco
Cliquez pour agrandir.

PS : Chinchilla et Trillian aussi l’ont vu :o)

 

Continue Reading