Captain America : Civil War – Joe et Anthony Russo

13064563_10209271258078808_106493653224367572_o

Ceux qui me suivent partout savent que j’ai eu la chance d’assister à la grande avant-première de Captain America : Civil War au Grand Rex le 18 avril dernier, en présence de la #TeamIronMan : Emily VanCamp, Don Cheadle et Robert Downey Jr. Et si j’étais ravie de les voir (10min tout au plus, Paris ce n’est pas Londres), j’y allais vraiment avant tout pour le film, parce que sincèrement, l’attente était de plus en plus difficile.

Lorsque j’ai su que Civil War allait servir de base au troisième Captain America j’étais surprise et curieuse et impatiente. Je me demandais ce qu’ils comptaient faire avec cette histoire. Allait-on vraiment avoir droit à une bataille épique entre des centaines de héros ? Cap allait-il vraiment diriger une résistance super-héroïque ? Steve Rogers allait-il vraiment finir par se rendre puis mourir sur les marches du tribunal ? Jusqu’où allaient-ils aller dans le conflit opposant les deux camps? 

Attention, gifs et citations et potentielles références à des événements à venir ! 

Au final, le Civil War du MCU ne reprend que le postulat de départ : le Registration Act – devenu ici The Sokovia Accords – qui encadre les missions des Avengers, leur interdisant d’intervenir sans l’accord préalable des Nations Unies, et de participer seulement aux missions que ces dernières leur assigneraient. Ils ne sont plus là pour protéger mais seulement servir. Leur première mission : arrêter le Winter Soldier – aka Bucky Barnes aka le meilleur ami de Steve Rogers aka la seule personne désormais qui le rattache à son passé, à sa vraie vie. Il l’a (littéralement)(#pasdrôle) laissé tomber une fois, pas deux. Quitte à se mettre l’Amérique – le monde ! – à dos.

Steve Rogers : This job… we try to save as many people as we can. Sometimes that doesn’t mean everybody, but you don’t give up.

Je ne remercierais jamais assez la #TeamCap – les frères Russos à la caméra, Christopher Markus et Stephen McFeely à l’écriture – pour l’amour et le respect qu’ils portent à ces personnages. Parce que plus que le costume, c’est vraiment les personnages qu’il y a sous le masque qui les intéressent. Pendant toute la promo, le cast ne cessait de qualifier CACW de love story. Et c’est exactement ça. Tout part de là : de l’amour d’une mère pour son fils, d’un mari et père pour sa famille, d’un fils pour ses parents, d’un fils pour son père, d’un ami pour son meilleur ami. Ils se sentent tous coupables, ils veulent tous venger quelqu’un qu’ils aimaient (Steve et Bucky mis à part, eux veulent simplement protéger les gens qu’ils aiment). 

tumblr_nycx0cj98j1smuabto1_500

CACW reprend après les événements de Age of Ultron mais fait très vite le lien avec The Winter Soldier. Je savais que Bucky aurait un rôle important mais pas qu’il serait aussi important. Bucky Barnes étant l’un de mes personnages préférés des comics – complexe, intéressant, dont l’histoire est l’une des plus passionnantes  – l’admiratrice qui est en moi ne pouvait qu’être subjuguée. Sebastian Stan est absolument remarquable dans le rôle. C’est fascinant cette capacité qu’il a à faire passer tout un tas d’émotions par le regard, c’était visible dans Winter Soldier, c’est encore plus frappant ici, il passe de Bucky au Winter Soldier avec une facilité déconcertante, en un claquement de doigts. Les flashback, la fuite à Bucarest, la bataille à Berlin, la révélation en Sibérie – tant de moments incroyables, tellement d’action et d’émotions de la part de chacun d’eux et notamment de Chris Evans et Sebastian Stan. Mon petit cœur de fangirl a eu du mal à tenir.

Steve : You’re a wanted man.
Bucky : I don’t do that anymore.
Steve : Well the people who think you did are coming right now, and they’re not planning on taking you alive.

1534637719231799366

Pour vous dire à quel point j’étais fascinée par toute l’action autour Bucky,  j’ai réussi à oublier que Spider-Man était dans le film. Mais alors vraiment. Oublié au point qu’il m’a fallu un temps pour comprendre de qui Tony parlait et pourquoi tout le Grand Rex criait. Parlons-en de Spider-Man. Sa présence ne fait que confirmer mon adhésion à la #TeamCap. Parce que même si Steve Rogers a des torts, il n’a poussé personne à le suivre, il n’est pas allé chercher un ado de 16 ans qui maîtrise à peine ses nouveaux pouvoirs, il ne lui a pas offert un nouveau costume en échange de son aide et surtout il ne l’a pas lâché sur le tarmac face à des adversaires entraînés et déterminés. Ce point mis à part, Tom Holland est vraiment excellent en Peter Parker – même si on se rend vite compte que sa présence sert essentiellement à faire plaisir aux fans. Et merci une fois de plus à la #TeamCap de nous avoir évité toute la genèse de Peter Parker.

L’autre grande attente de ce film était bien sûr l’arrivée de T’Challa, Prince de Wakanda le jour, Black Panther la nuit. Et il faut reconnaître que même si Tom Holland était le plus attendu, Chadwick Boseman lui vole littéralement la vedette ! Son T’Challa est tout en retenu, mais il exhale une force majestueuse de lui. On sent tout le poids de son statut princier, à quel point il sera un roi juste. Prêt à se venger certes, mais surtout prêt à protéger ceux qui doivent l’être. Prêt à reconnaître ses erreurs aussi et à s’amender. Cela ne présage que du bon pour Black Panther – et si l’on apprend d’ici-là que la première scène post-générique aura une incidence quelconque sur le film, l’attente risque d’être longue.

tumblr_o3u320ha9w1r7he25o1_540

CACW marque aussi les retrouvailles avec Sam Wilson, Wanda Maximoff, Clint Barton, Natasha Romanoff et Vision, et la rencontre tant attendue entre Steve Rogers et Scott Lang. J’ai vraiment un profond attachement pour ces personnages, et pour Sam Wilson en particulier, dans ce film. J’aime la facilité avec laquelle il comprend et accepte Bucky, il reste sur ses gardes, mais il sait qu’il peut lui faire confiance car ils ont un point commun : leur amitié et loyauté envers Steve. Et puis Sam a quand même les meilleures répliques du film (« So, you like cats ? »#NoChill).
Et puis n’oublions pas Daniel Bruhl, aka Helmut Zemo aka la raison pour laquelle tout le monde court après Bucky alors qu’il avait réussi à redevenir un peu lui-même. Beaucoup critiquent son personnage, moi je ferais remarquer que contrairement à d’autres, il a réussi à obtenir ce qu’il voulait.

CACW est aussi le moment où la relation entre Steve Rogers et Sharon Carter change de statut. Pour tout vous dire – et bien que je ne sache pas vraiment l’expliquer – je ne suis pas une des plus grandes fans de Sharon Carter donc je n’étais pas pressée qu’on en arrive à ce point de l’histoire. Et malheureusement, leur histoire est tellement mal amenée qu’il aurait mieux fallu qu’ils restent sur une relation platonique (sérieusement, ils viennent à peine d’enterrer Peggy !) Côté cœur, les lecteurs de comics, fans du couple Scarlet Witch/Vision vont être ravis.

giphy1

J’aurais encore tellement de choses à dire sur ce film et sur ces personnages, sur les petits détails auxquels on ne fait pas forcément attention mais qui se révèlent être d’une importante capitale pour la suite. 

CACW est à l’image des deux précédents : un thriller super-héroïque qui nous fait voyager à travers le monde avec des scènes d’actions visuellement époustouflantes mais qui privilégie avant tout la psychologie des personnages. Beaucoup d’action et d’émotion, de l’humour juste ce qu’il faut et surtout des personnages toujours aussi bien écrits et réfléchis (I’m watching you Joss Whedon).  

Anthony et Joe Russo reprendront du service avec Avengers : Infinity War. L’impatience se fait déjà sentir !

4 comments

  1. Sev says:

    Ahah! On vient de se faire un marathon Marvel pour aller voir ce film la semaine prochaine! il ne manque plus que Age of Ultron (pour ce soir) et on sera pret!
    En tout cas tu me mets l’eau a la bouche, car oui, Bucky <3

  2. trillian1 says:

    je ne suis pas fan de captain america, je n’ai que très moyennement apprécié les deux premiers volets. J’adore l’univers des super héros, Iron man, X men, mais je commence à ressentir une certaine lassitude, je n’ai pas non plus aimé les Avengers, j’avais bien apprécié le premier volet, mais pas le second! J’avais adoré Man of steel, mais j’ai été déçu de voir que la suite était un mélange étrange entre Superman et Batman, et la bande annonce m’a tellement fait rire, que je ne suis pas allée le voir! (c’est pas du marvel, mais ça reste du super héros). Je trouve que ces derniers temps, les scénaristes tirent trop sur la corde c’est dommage!

  3. Aunbrey says:

    Enfin vu ! J’ai beaucoup beaucoup aimé le film ~
    J’ai pas voulu lire ton article avant parce que spoilers = argh.

    Je suis d’accord avec tout ce qui a été dit dans l’article (bon, je ne lis pas les comics mais soit) et comme toi, j’étais #TeamCap et ce, dès le départ. Même pas la peine de réfléchir personnellement. J’aime bien Tony mais les trois quarts de ses décisions me font lever les yeux au ciel. Je suis ressortie de la salle de cinéma en étant toujours #TeamCap, le film ne m’a pas fait changer d’avis sur ce point.
    Spider-Man : complètement d’accord. Idée stupide de Stark. Je ne comprends même pas que quelqu’un ne lui ai pas dit que c’était débile d’aller chercher un gamin de 16 ans se battre pour quelque chose en quoi il ne croit probablement pas ou en tout cas, dont il ne connaît rien. Il est choupinou le nouveau Spider-Man mais je pense que le film aurait très bien pu fonctionner sans lui…
    Black Panther : mais il est merveilleux ce personnage ! Ultra charismatique et impressionnant. J’étais pas trop emballée par l’apparition d’un nouveau personnage mais il est tellement bien introduit, tellement bien présenté que j’ai complètement craqué. Et j’ai beaucoup aimé l’alchimie entre lui et Tasha. Sa compassion était très touchante.
    Rhodey : ooooh, Rhodey. Dey-dey. Pauvre Dey-dey. J’aime énormément ce personnage, je ne sais pas trop pourquoi mais j’y suis très attachée donc je suis vraiment contente qu’il soit vivant !
    Relation Vision/Wanda, je dis oui !!
    Sam : Sam is a unicorn. Magical and unique.
    Le baiser Sharon/Steve : hum mouais, bof quoi. Le seul truc bien, c’est la tronche de Sam et Bucky dans la voiture. En mode « atta boy! » Ce n’était pas nécessaire en fait. (et puis, ça m’agace cette manie de toujours vouloir incorporer une romance pour qu’un personnage féminin devienne crédible, erf’ –‘)
    Première scène post-credit : j’ai du mal à imaginer Bucky, se faire volontairement cryogéniser. Ça lui est arrivé de manière répétitive par le passé, j’ai du mal à le voir y retourner de son plein gré. C’est le seul truc qui m’ennuie vraiment. (ça et les 5 Super Soldiers qui sont morts dans leur sommeil… C’était un peu trop facile…)
    Daniel Brühl en méchant, gniaaaaah ~ J’a-do-re cet acteur !
    J’avais vraiment peur qu’avec autant de personnages à l’écran, on se retrouve avec des personnages sous-développés qui ne servent qu’à faire du remplissage mais les frères Russo ont construit un excellent scénario. Et comme tu l’as si bien mentionné, on voit réellement qu’ils tiennent aux personnages. Ils ont géré la fougère !
    Beaucoup aimé la musique aussi !

    (fin du pâté ^^’)

Laisser un commentaire