[Interlude musical] Umbrella – The Baseballs

C’est fou comme quand on est en vacances, on a encore moins de temps/de motivation pour faire les choses… Je vous dis pas le nombre de billets qui attendent que je les termine (en vrac : sur City Hunter, sur Kaleb de Myra Eljundir, sur The Crimson Petal and the White, sur des mangas…) mais je n’arrive tout simplement pas à m’y mettre… Ca viendra. Un jour. Mais pas demain, parce que demain je vais à OXFORD !! J’ai plein de choses à voir, à faire, à manger…

En attendant, je vous laisse avec ma découverte d’hier soir (merci Pandat adoré) : The Baseballs !

Et The Baseballs c’est quoi ? Un groupe de trois allemands spécialisé dans les reprises version « Rockabilly » ! Autrement dit : ils prennent des chansons hyper connues et en font un « Back to the Fifties » !!!!

Et ça marche nickel. Je suis FAN !

Ils ont fait pas mal de reprises déjà, mais je vous en mets une seule, plutôt d’actualité…


S
ite Officiel
| Chaine Youtube

Bon, en fait, je ne résiste pas à l’envie de vous en mettre une autre !

[Interlude musical] Wild Place & My Ghost – GlassPear

Parce que je suis sûre que vous avez déjà entendu une de ses chansons dans une série. Et qu’un artiste, qui plus est gallois, qui propose de télécharger gratuitement ses chansons mérite d’être connu.

Alors voilà, je vous présente Glass Pear (nom de scène de Yestyn Griffiths)

Wild Place

My Ghost

 

Je mets Wild Place et My Ghost, mais j’aurais pu mettre n’importe quelle autre chanson car elles sont toutes bien. Vous pouvez les écouter sur son site ou sur LastFm et les télécharger sur Bandcamp, ou alors regarder les vidéos sur Youtube Vous pouvez aussi lui dire que vous l’aimez sur Facebook ou discuter avec lui sur Twitter. 

[Interlude musical] Gunfight – Laurence Fox

J’hésitais entre faire mon billet sur Tout ce qui brille de Anna Godbersen ou vous présenter Tom, l’abeille que j’ai adopté. Sauf qu’au moment où j’allais m’y mettre, je suis tombée sur ça :

 

Laurence Fox (dont j’ai déjà parlé ici de mon amour pour lui) qui chante (très bien) et joue de la guitare (encore mieux).

Et après on se demande pourquoi j’aime les acteurs britanniques… ils excellent en tout.

Vous pouvez écouter d’autres de ses compositions sur Soundcloud !

 

Lady Linn & Her Magnificent Seven

L’autre jour en rentrant chez moi (je dis l’autre jour mais je devrais plutôt dire le mois dernier étant donné le temps que ce billet traine), une enveloppe m’attendait sur mon bureau.  Dans cette enveloppe se trouvait donc un CD : No Goodbye At All de Lady Linn & Her Magnificent Seven. (J’aime le nom)

IMG_20120204_184227.jpg

Je vous recopie le petit speech officiel de présentation :

Pop rétro, cuivres étincelants, mélodies pop tourbillonnantes, le tout couronné par une voix émouvante : c’est Lady Linn ! Influencée par Duke Ellington, Dinah Washington ou Ella Fitzgerald, mais également par la pop des années 60 et par la bossa nova, Lady Linn avec sa frange à la Betty Page et son sourire radieux, débarque en France après un succès confirmé en Belgique. Lady Linn accompagnée de ses Magnificent Seven sortira au printemps prochain l’album No Goodbye At All produit par Renaud Létang.

Je ne connaissais absolument pas cette petite belge et ses 7 magnifiques avant cette écoute et sincèrement, j’ai bien accroché dès la première écoute !

C’est pop, ça swingue, ça donne envie de danser. En écoutant, j’ai envie de sortir ma robe courte, mon manteau ’60s et d’aller sur les plateaux télé des émissions style Hairspray pour danser avec Link. Un retour au temps où la télé en couleur faisait son apparition, où porter des robes/jupes courtes n’était pas considéré comme vulgaire, où on passait son temps libre au diner du coin à boire un Coca ou un milkshake servis par une fille en rollers ou à regarder des films au drive-in

Seul soucis : les mélodies sont plutôt répétitives et une écoute quotidienne peut vite lasser. A écouter avec modération donc !

No Goodbye At All sortira le 19 mars prochain. Il sera composé de 12 chansons :

  1. Cry Baby
  2. Anything For You
  3. Little Bird
  4. Over
  5. Good Morning – une de mes préférées
  6. Good Old Sunday Blues – celle qui me donne envie de « swinguer »
  7. Love Song
  8. Nina
  9. Didn’t know what to say
  10. Always Shine
  11. First Snow
  12. No Goodbye At All

Pour en savoir (et écouter) plus :

Site officiel
Lady Linn & Her Magnificent Seven sur Deezer
Twitter(où je comprends pas toujours ce qu’elle écrit ^^)
Page Facebook(tout pareil)

En attendant, voici le clip du premier extrait, Cry Baby, très « pop » et coloré !

Et aussi « Over » (attention, clip très… euh… différent)


Merci à Attitude-Net pour l’écoute.

o8/o2/12 : Julien LOko [La Dame de Canton]

Je vous avais parlé il y a quelques semaines, au détour d’un billet, de Julien LOko, artiste français pas trop connu (quoique) et dont le Monde de Ronces est des plus intrigants et envoutants.

Et donc Julien était en concert avant-hier soir à La Dame de Canton. Une péniche jonque ! Ca tanguait… 

Et alors ce concert ?? C’était fantastique et surtout trop court ! Mais fantastique quand même.

IMG_20120209_234017.png

Le concert commençait à 20h30, avec Violaine on est donc arrivées vers 20h15. Normal.

On s’installe tranquillement près du bar (comment ça, ça ne vous étonne pas ?) car c’était le meilleur endroit : en haut des petites marches, on était surélevées par rapport aux autres ce qui fait qu’on voyait extrêmement bien la scène. Et Julien nous voyait très bien lui aussi.

Et là, le concert commence. C’est parti pour un peu moins de 2h de chansons joyeusement tristes aux mélodies alternant entre rock et balades. Ne me demandez pas la setlist, je ne la connais pas. Je peux seulement vous dire que sur la quinzaine de chansons, nous avons eu droit à Dans un bocal, extraite de l’album Destino (que vous pouvez écouter ICI ou acheter LA), La Dernière Danse (extraite du spectacle Dracula)(et dont on se serait bien passées); Désert, une reprise de Emilie Simon et bien évidemment, Hallelujah pour clore le concert. Le reste c’était des compositions originales, inédites et qui figureront dans le prochain album qui sortira après Dracula (viiiiite que ça se termine!!)

Pour l’accompagner, Julien avait autour de lui Julien Lamassonne, Aymeric Ribot (Van HelSwing de Dracula) et deux autres super amis, Guillaume Glain et Laurent Lepage (si ma mémoire ne me fait pas défaut). Nous avons aussi eu droit à un joli duo avec Alias Hilsum (danseuse sur Dracula aux multiples talents et qui porte des chaussures hautement compensées).

SAM_2517.png

Par contre, comme je disais, on se serait bien passées de La Dernière Danse. Alors oui, j’aime cette chanson, – énormément – et Julien la chante terriblement bien, mais voilà, on est venues voir un concert de LOko, pas un showcase de Dracula. Ok, sans Dracula, le concert n’aurait pas fait péniche comble en 3 semaines. Ok ça faisait plaisir de voir enfin le public se bouger vraiment. N’empêche que… Donc oui, les trois pauvres filles qui ont applaudit quand il a dit que « c’était pas du tout ça » qu’il allait chanter, c’était nous ! Fausse joie.

(Et tant qu’on est dans les coups de gueule, j’ai failli balancer ma botte sur les deux idiots qui ont crié ‘Je t’aime Julien’ pendant Hallelujah)(oui désolée, mais amis ou pas de Julien, j’ai trouvé ça très irrespectueux de leur part – surtout sur cette chanson)(déjà qu’ils arrêtaient pas de discuter et rigoler)(et j’ai failli balancer mon autre botte aux deux gamines qui ont passé cette même chanson dos à la scène parce que franchement, quel intérêt d’écouter Julien quand Gregory Deck, Lola Ces, Sebastien Agius, Fanny Fourquez, Florent Torres, Aymeric Ribot & cie sont de l’autre côté ?)

Julien était vraiment comme un poisson dans l’eau, mais hors de son bocal (j’assume le jeu de mots pourri). Très proche du public, il nous faisait participer à chaque chanson (mais certains étaient très peu réceptifs à des moments). Même ceux qui étaient dans le fond. En hauteur. Ouais, je crois qu’avec Celine, on s’est faites griller dès le début. (J’ai toujours dit que c’était important d’être la dernière personne à applaudir !).

Il était heureux et ça se sentait dans toute la jonque ! Il nous sortait des petites blagues pourries dès qu’il en avait l’occasion (le genre de blagues que je pourrais faire quoi) et faisait des pauses syndicales imposées par Aymeric Ribot.

2SAM_2568.png

(Quand je vous disais qu’il nous avait grillées)
(Oui oui c’est moi qu’il regarde dans les yeux)
(Et non je ne me fais pas des films)

Bon par contre, cher Julien, si tu me lis : demander aux gens de sauter sur une JONQUE c’est vraiment une fausse bonne idée. Parce que la jonque elle tangue, alors si les gens sautent, elle tangue encore plus. Et j’ai jamais eu un très bon équilibre vois-tu. Encore moins quand je suis en équilibre sur une barrière.

Une excellente soirée de passée. Un concert magique, de la musique qui donne des frissons, des artistes heureux, une voix envoutante, un public charmé.

Il sera à Lille en avril prochain !
Moi aussi… 

[Vidéo] Dancing Through Life (et plus encore) *hiiiiiii*

J’ai posté cette vidéo sur the Face of Book et sur Twitter, mais il faut que je la poste ici aussi.

Parce que voila : Dancing Through Life + Lewis Bradley + vidéo relativement correcte + son génial = hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ♥ ♥ ♥ ♥


(Bon, en fait, c’est pas exactement la même : il manque le début, mais l’autre vidéo n’est pas intégrable)(mais vous pouvez la voir ICI sinon)

Pour ceux qui débarquent après la bataille, explication : Dancing Through Life est ma chanson préférée du spectacle musical Wicked (dont j’ai parlé LA), et la chanson qui a donné son nom au blog. Quand je suis allée voir le spectacle pour la première fois, Fiyero était joué par Lewis Bradleyet je l’ai trouvé vraiment formidable dans le rôle. La deuxième fois, j’ai vu Lee Mead en Fiyero, et bien que très bon acteur/chanteur, je n’ai pas trop aimé son Fiyero. Donc pour moi, Lewis Bradley sera toujours le parfait Fiyero.

Aussi, imaginez ma JOIE quand hier je suis tombée sur cette vidéo de TOUTE ma scène favorite, avec MON Fiyero (Lewis Bradley) et MA Elphaba (Rachel Tucker). Et qui plus est, une vidéo de relativement très bonne qualité – quelques tremblement ici et là et des soucis de cadrage – et avec un excellent son !

Voila. Maintenant, je peux partager visuellement mon amour pour cette chanson, et ce spectacle, et ce Fiyero.

Et parce que je suis trop gentille et passionnée je vous mets aussi la vidéo de No Good Deed parce que Rachel Tucker est la meilleure Elphaba qui soit, et que j’ai des frissons à chaque fois.

Oh et puis tiens, voila As Long As Your Mine aussi. (avec encore mon Fiyero )


Et voila comment Wicked est venu s’ajouter à Richard II, One Man, Two Guvnors et We Will Rock You

[EDIT]Ten & The Proclaimers…& The King and Queen of DW

Ou la raison pour laquelle David sera irremplaçable dans mon petit coeur, et l’ère RTD ma préférée…  

Quand David Tennant embarque tout le monde pour un tour de 500 miles, ça donne ça ! (Avouez que ça fait du bien une vidéo comme ça pour bien débuter la semaine ? ^^)

 

(Et d’un coup, The Proclaimers ont vu leurs ventes de CD augmenter magistralement en l’espace de quelques heures sans comprend pourquoi. Vive Doctor Who ^^)


EDIT : Et pendant la nuit, une nouvelle vidéo est sortie *o* C’est fou comme d’un coup j’ai envie de me refaire les 4 première saisons…

(David, épouse-moi)

[Interlude musical] Mumford and Sons – Little Lion Man

Un jour, je vous parlerai du groupe, Mumford and Sons – jusqu’à présent, seul groupe que j’arrive à écouter en toutes circonstances et sans me lasser.

En attendant, ça sera la vidéo d’une des mes chansons préférées : Little Lion Man

Je voulais vous mettre le clip officiel, mais après je suis tombée sur celle d’un de leur mini-concert… dans une librairie ! Rendez-vous compte ! Une librairie !! Je me devais donc de mettre celle-là ! Si vous voulez quand même voir le clip officiel, c’est LA !

 

Yellowcard – La Flèche d’Or o5/o9/11

Et donc, comme l’indique le titre, le 5 septembre dernier je suis allée au concert de Yellowcard à Paris, avec Violaine, ma coupinette de culture. La dernière fois qu’ils sont venus en France, c’était en 2006, autant vous dire que j’attendais leur retour avec impatience. Verdict : aucun regret ! (enfin si, mais aucun rapport avec eux)

Mais qu’est-ce donc qu’Yellowcard ?

yellowcard-logo-artwork-thumbnail.jpg

Yellowcard c’est un groupe de rock alternatif crée en 1997 en Floride. Mais 14 ans plus tard, c’est un peu les chaises musicales et beaucoup de membres du groupe sont partis, puis revenus, d’autres sont partis tout court, et ont été remplacés. Des 5 membres du groupe, seuls deux sont là depuis le début : Sean Mackin au violon, et Longineu « LP » Parsons III. Le chanteur Ryan Key est là depuis 2000, Ryan Mendez (première guitare) est arrivé en 2005 et l’année dernière, c’est le bassiste Sean O’Donnell qui a fait son entrée dans le groupe. (Je vous la fait courte, pour la version longue voir notre ami Wiki )

yellowcard_2011.jpg

( Ryan Mendez, Sean Mackin, Ryan Key, Longineu Parsons, Sean O’Donnell)

Moi, je les connais depuis 2004. Depuis la chanson Gifts and Curses composée spécialement pour la BO de Spiderman II pour être précise. Et je me souviens avoir aimé autant la musique que le groupe dès la première écoute. Parce qu’il y a quelque chose chez Yellowcard qu’il n’y a pas chez d’autres groupes du même genre : le violon. C’est d’ailleurs cette particularité et sa mise en avant sur Ocean Avenue qui fera tout le succès du groupe – ses chansons et ses membres aussi bien sûr – mais s’il est bien une chose qu’on remarque à la première écoute, c’est ce violon.

05092011111.jpg(Seule photo potable que j’ai réussi à prendre avec mon portable)
(oui, je suis tellement intelligente que j’ai laissé mon appareil photo chez moi..)

Et donc lundi soir avait lieu leur grand retour en France à l’occasion de la sortie de leur nouvel album When You’re Through Thinking, Say Yes. Bien sur ils nous ont chantés plein de chansons du nouvel album, mais surtout tout autant des précédents, et en particulier celui qui a fait leur succès, Ocean Avenue (2003) et ça, ça fait plaisir. Par contre, les vils mécréants m’ont fait attendre jusqu’à la toute fin du concert pour jouer l’une de mes préférées !

Côté setlist donc avons alors eu :

1. For You, And Your Denial (2011) // 2. Way Away (2003) // 3. Breathing (2003) // 4. Fighting (2007) // 5. Rough Landing, Holly (2006) // 6. Five Becomes Four (2007) // 7. With You Around (2011) // Life of Leaving Home (2011)  // 8. Empty Apartment (en acoustique) (2003) // 9. Sing for Me (2011) // 10. Light Up The Sky (2007) // 11. Life Of A Salesman (2003) // 12. Only One (2003) // 13. Lights and Sounds (avec solo de batterie de Longineu) (2006)

Rappels:
14. Hang You Up (2011) // 15. Believe (2003) // 16. Ocean Avenue (2003) (quand je disais que j’ai attendu jusqu’à la toute fin, je voulais vraiment dire la « toute fin » vu que c’était la dernière !)

Et avec cette setlist quasi-parfaite, qu’en est-il du concert ? Peu mieux faire. Oh ce n’est pas la faute au groupe, bien au contraire ! Non, le gros problème venait vraiment de la salle en elle-même : on se serait crus dans un sauna ! Je sais pas si vous situez La Flèche d’Or, mais en gros, c’est une petite salle avec une scène contre un mur, un mini-bar à l’autre bout, des portes d’entrées toujours fermées à gauche de la scène, et une verrière à droite. Avec Violaine, on a été intelligentes, on s’est mises directement du côté de la verrière : on était près de la scène, on voyait et entendait parfaitement, et au moins on était au frais. On ne peut pas en dire autant de ceux qui étaient dans la salle ! Le groupe était trempé, et Ryan Key et « LP » on finit le concert torse nu ! Et plus le concert avançait, et plus la verrière se remplissait. A la fin, on a même vus deux types essorer leur tee-shirt ! Un sauna vous dis-je !

Ceci excepté, c’était GENIAL ! La première partie était un groupe australien du nom de ME. C’était sympa, mais ils se prenaient un peu trop pour Muse voire Queen à des moments. Vers 22h, Yellowcard fait son entrée en scène. C’est partie pour près d’1H30 de concert !! Le groupe était à fond dedans, et la salle tout autant. Pendant tout le concert Sean Mackin est celui qui a intéragit le plus avec le public, n’hésitant pas à poser pour les photos et tout. Ryan Key, le chanteur était un peu moins à l’aise avec les mouvements de la foule (faut dire que c’est perturbant de voir ceux du premiers rangs presque sur la scène et un type tomber à vos pieds alors que vous essayez de finir votre chanson). Le public était bien présent, reprenant toutes les chansons – pour exemple, voila une vidéo de Only One (excusez les hystériques qui font mal aux oreilles)


On attendait leur retour depuis longtemps, et je pense que pour leur seul passage en France, ils n’ont pas été déçus de l’accueil reçu ! Pour ma part, ce fût une excellente soirée, et rendez-vous est déjà pris pour le prochain concert ! (en espérant que cette fois la salle sera plus grande, ou qu’au moins la ventilation marchera !)
PS : Pour voir plein de vidéos du concert et jugez de l’ambiance, c’est PAR LA !!