Top 8 : pièces de théâtre vues sur scène

West End poster wall

Si la lecture est désormais un passe-temps pour moi, le théâtre lui est une vraie passion. Une passion qui a un coût certes, mais tellement enrichissante sur bien des aspects.

Si j’en crois les programmes que je possède, j’ai vu 72 pièces ces dix dernières années, dont certaines deux fois – mais je sais que je n’ai pas toujours pris le programme donc il en manque. Si j’en ai aimé certaines bien plus que d’autres, dans l’ensemble je n’ai jamais été déçue. En l’honneur du Love Theatre Day que nous célébrons aujourd’hui, je reviens sur huit des pièces les plus marquantes.

1. Emperor and Galilean – National Theatre – Juillet 2011

La première pièce de théâtre que j’ai vu au National Theatre. Elle durait 3h et j’étais fatiguée après une longue journée à Brighton. Malgré tout, je n’ai pu détacher mes yeux de la scène. J’étais absolument fascinée par le jeu d’Andrew Scott, l’intelligence de la pièce et la modernité de la mise en scène. 

2. Macbeth – Trafalgar Studios – Février 2013

La première fois que j’ai vu et rencontré James McAvoy. La première production de Jamie Lloyd que j’ai vu aussi. Et pas la dernière. C’était sanglant et inattendu, tellement impressionnant et captivant aussi. J’ai vu de nombreuses autres productions de Jamie Lloyd depuis et à part Betrayal, je n’ai jamais été déçue.

3. Pride and Prejudice – Regent’s Park Open Air Theatre – Juin 2013

Pride & Prejudice - Open Air Theatre - David Oakes

La pièce qui m’aura réconciliée avec Pride & Prejudice. La mise en scène était tellement originale et dynamique, les acteurs si parfaits. J’ai rigolé, j’ai été émue, j’ai vraiment redécouvert Pride & Prejudice grâce à cette adaptation. Et 7 ans plus tard, David Oakes reste mon Mr Darcy préféré. 

4. The Collector – The Vaults – Août 2016 (x2)

Un huis-clos prenant et fascinant, un duo d’acteurs prodigieux, une mise en scène simple qui renforce l’atmosphère oppressante de l’histoire.

5. Hamlet – Almeida Theatre – Avril 2017 | Harold Pinter – Août 2017

Parce que j’étais fascinée par la mise en scène moderne, inventive et immersive de Robert Icke. Et émerveillée par le naturel de Jessica Brown-Findlay et Luke Thompson. Parce que je n’ai pas vu passer ces 3h45. Et parce que j’ai enfin trouvé mon Hamlet en la personne d’Andrew Scott.

6. Angels In America – National Theatre – Août 2017

Sans aucune doute la pièce la plus impressionnante de toutes. Deux parties, 3h pour l’une, 3h45 pour l’autre, soit près de 7h en tout. Une pièce longue et complexe qui traite de sujets forts et importants. Un cast magnifique, une mise en scène captivante, des décors monumentaux. Grandiose !

7. Rosmersholm – Duke of York’s – Mai et Juin 2019

rosmersholm play

Une pièce courte mais dense et intense. Un thriller politique mêlé à une histoire d’amour avec des personnages qui ont envie de changer les choses, en quête de vérité, de justice, d’égalité – et d’eux-mêmes. Hayley Atwell, Tom Burke et le reste du cast étaient vraiment impressionnants. Les décors et les costumes étaient somptueux. C’est une pièce écrite à la fin du 19e siècle et qui pourtant sonnait très actuelle.

8. Cyrano – Playhouse Theatre – Octobre 2019 / Février 2020

Ce Cyrano n’était absolument pas ce à quoi je m’attendais, mais clairement ce que je voulais et avais besoin de voir. Original, audacieux, intense. Un vrai coup de cœur !

Un petit mot aussi pour :

  • King Lear (Chichester – octobre 2017) qui m’en a mis plein les yeux avec son cast et sa mise en scène
  • Venus In Fur (Londres – octobre 2017) qui m’a beaucoup fait rire et a renforcé mon affection pour Natalie Dormer et David Oakes 
  • 31 Hours (The Bunker – août 2017) qui m’a fait pleurer toutes les larmes de corps avec les histoires de ces quatre hommes chargés de nettoyer les rails après « les accidents graves de voyageurs »
  • The Three Musketeers (Iris Theatre – août 2018) pour son originalité et sa mise en scène immersive et dynamique (et parce que j’ai dansé avec D’Artagnan)
  • Hamlet (Shakespeare’s Rose Theatre – York – août 2019 x2) parce que c’est ma version « classique » préférée de la pièce et que David Oakes est absolument parfait en Hamlet

You may also like

Un commentaire

Laisser un commentaire