Theatre Round Up : Janvier – Mars

Theatreland_Londres

Aujourd’hui c’est le World Theatre Day ! Ça me semblait le jour idéal pour faire un petit point sur les pièces et comédies musicales vues en ce début d’année – et il y en a eu un bon nombre. J’ai pu voir ces trois derniers mois la moitié des productions qui étaient sur la liste que j’avais fait en janvier dernier, et j’ai même réussi à ajouter un concert et un musical qui n’étaient pas prévus à la base. 

Janvier :

Le mois de janvier a été le plus calme, je suis simplement retournée voir Hadestown avec ma soeur et Justine. J’avais déjà vu le spectacle en novembre dernier et j’avais été tellement émerveillée que je me devais d’y retourner et de partager cela avec quelqu’un. Nous étions tellement bien placées, c’était encore plus beau que la première fois. J’aurais voulu que ce spectacle ne se termine jamais. J’ai pleuré pendant quasiment toute la deuxième partie. Pas de tristesse mais parce que j’étais émue par tant de beauté. J’ai songé à aller à la dernière, mais la raison a fini par l’emporter et je me suis contentée de cette seconde et inoubliable fois. Le musical se joue désormais à Broadway et je suis à la fois jalouse et heureuse pour toutes ces personnes qui vont le découvrir pour la première fois.

Février :

MTFestUK

J’ai passé 10 jours à Londres et ces 10 jours se résument en deux mots : théâtre et MT Fest UK.
Paul Taylor Mills, producteur de génie à qui nous devons In The Heights, The Last Five Years et Heathers (entre beaucoup d’autres) a eu l’idée géniale de lancer le MT Fest UK. Paul aime prendre des risques, produire des spectacles différents, originaux, qui auront peut-être du mal à trouver un public, mais qui méritent un public. Il a donc décidé de lancer le MTFestUK. Au programme de ce festival d’un nouveau genre :

  • Taster Menu : 8 comédies musicales, présentées via des extraits de 45min.
  • Tea For Two : des entretiens avec des professionnels du milieu
  • BEAM Brunches : des discussions avec des nouveaux auteurs et compositeurs
  • Night Caps : une série de concerts et rencontres avec des musical theatre stars

Je reviendrai plus longuement sur le sujet dans un prochain article car il y a énormément à dire, mais pour résumer, mon MTFestUK c’est :

Mon top 3 :

  • Nerds : un musical sur la rivalité Steve Jobs et Bill Gates, vraiment drôle et plein de dérision. Kane Oliver Parry est une révélation, son Steve Jobs est fantastique ! Je comprends pourquoi Jonathan Groff n’a pas eu de mal à quitter Hamilton pour jouer dedans.
  • Killer Queen : un musical qui n’est sans rappeler Hamilton par son thème historique (on est au temps de Marie Antoinette) et son mélange des genres musicaux (rap, RnB, pop…). Je ne savais pas à quoi m’attendre et ça a vraiment été l’une des plus belles découvertes du festival ! Les musiques, le cast, l’histoire, les dialogues – du vrai art ! J’ai désormais trois nouvelles expressions préférées que je sors souvent mais que personne (à part Justine) ne comprend : Bastardos, Sacre bleu et Merde indeed.
  • Bloody, Bloody Jessica Fletcher : O.M.G. Je ne me souviens pas la dernière fois que j’ai autant rigolé. Moi qui d’habitude n’aime pas les parodies, j’ai trouvé l’exception qui confirme la règle. Ce musical est HILARANT ! Oui, ça mérite des majuscules. C’est tellement absurde, mais les chansons restent en tête (Angela Lansbury will never win an Emmy, she’s too old!) et le cast. LE CAST ! Ils s’éclataient et ça se sentait. Ils avaient beau savoir ce qui allait se passer, ils étaient aussi surpris et hilares que nous. Les voir aussi heureux n’a fait que rendre cette expérience déjà positive encore plus inoubliable.

J’espère vraiment qu’au moins l’un de ces new musicals (idéalement les trois) aura droit à une version longue, et de préférence avec le cast des workshops (Kane Oliver Parry est beaucoup trop parfait en Steve Jobs pour ne pas reprendre le rôle).

Je n’ai finalement assisté à aucun Tea For Two, ni BEAM Brunches car les thématiques ne me concernaient pas vraiment et ne m’auraient rien apporté professionnellement parlant (la seule qui aurait pu me servir – Marketing a new musical – était pile le jour où je ne pouvais pas y aller).

Entre deux workshops, j’ai quand même pris le temps d’aller voir deux pièces :

True West London

True West 

Doctor Faustus avait été une excellente surprise et j’étais donc d’autant plus curieuse et heureuse de revoir Kit Harrington sur scène. J’ai beaucoup aimé True West. Une histoire de rivalité et d’admiration fraternelle mutuelle menée tambour battant. C’est un huit clos prenant, avec une mise en scène dynamique. Il y a des scènes absurdes qui, bien que drôles, dépeignent à la perfection le sentiment de désespoir qui se dégage de la pièce.

All About Eve

Coup de coeur pour la mise en scène ! All About Eve fait un usage intéressant (à défaut d’original, Robert Icke étant passé par là avec son Hamlet) et pertinent de la vidéo. Gillian Anderson et Lily James sont excellentes, même si j’ai trouvé les acteurs et personnages secondaires beaucoup plus marquants, notamment Monica Dolan (Karen Richards) et Rhastan Stone (Lloyd Richards). La pièce dure deux heures, sans entracte, et on ne voit vraiment pas le temps passer. Même si j’ai passé une excellente soirée, j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose. Je m’attendais à une histoire plus sombre, à une atmosphère plus tendue. J’aurais peut-être dû voir le film avant.

Mars : 

Home I'm Darling West End London Ian McKellen On Stage

Home, I’m Darling

Laura Wade sait vraiment faire passer des messages forts sans porter de jugement. Judy (sublime Katherine Parkinson) et son mari Johnny sont passionnés par tout ce qui a trait aux années 50. Un jour, alors que la boite où travaille Judy encourage vivement certains de ses employés à partir, celle-ci décide de profiter de l’opportunité pour aller plus loin dans sa passion et vivre comme dans les années 50 : vêtements, mobilier, décoration, voiture – 100% vintage ! Judy devient rapidement et efficacement la parfaite ménagère des années 50. Ce qui au début n’était qu’une expérience temporaire de quelques mois va se transformer en années, et puis un jour, la réalité finit par les rattraper. C’est drôle, fort, intelligent, nécessaire. Bref, j’ai adoré ! 

Ian McKellen On Stage

Pour ses 80 ans, Ian McKellen s’est offert une tournée en solitaire dans les théâtres qui ont marqué sa vie. Pendant 2h, il nous raconte son parcours, ses rencontres, ses anecdotes, son amour pour Shakespeare. C’est fascinant, émouvant, inspirant. Si j’ai adoré le spectacle, je crois que ce que j’ai encore plus adoré c’est voir l’admiration et la joie sur le visage de Sandrine quand la musique du Seigneur des Anneaux s’est faite entendre et que Ian McKellen a commencé à lire un passage du livre.

Company 

 

De façon assez inattendue, je suis retournée voir Company une troisième fois. Justine avait envie de le revoir et Sandrine ne l’avait jamais vu. C’est toujours aussi drôle et absurde. Jonathan Bailey est toujours aussi incroyable en Jamie. Et si je suis toujours aussi peu touchée par l’histoire en elle-même, je continue à être fascinée par sa pertinence. Il faut savoir que Company a été créée en 1970 et qu’à la base Bobby est un homme. Marianne Elliot a eu l’idée géniale de changer tout ça : Bobby devient Bobbie et ses trois principales relations April, Marta et Kathy, deviennent respectivement Andy, PJ et Theo. Et elle va encore plus loin en transformant Amy, la fiancée de Paul, en Jamie pour ainsi être plus en phase avec la société d’aujourd’hui mais sans pour autant changer les dialogues (ce qui donne droit à cette merveilleuse remarque de Jamie : “People will think that I’m pregnant”). Et l’ensemble est tellement naturel qu’on a du mal à imaginer que Bobbie était en fait un homme et Jamie une femme. Il est trop tard pour aller voir le musical (il se termine samedi 30 mars), mais le cast recording est disponible sur Spotify (et ailleurs) et il est excellent !

Yank! In Concert

Yank! In Concert

En juillet 2017, je suis allée voir YANK! – A WWII Love Story. J’en ai parlé longuement dans un article et plus encore sur Twitter et Instagram. Je n’avais pas imaginé en prenant mon billet à quel point ce musical allait rester en moi. Au delà de son histoire, j’ai vraiment été marquée par le cast, leur talent bien sûr, mais surtout la passion et l’amour avec lesquels ils racontaient cette histoire. Depuis cet été j’ai espéré un retour sur scène, je voulais faire découvrir cette histoire à ma soeur, à mes amies, à toutes les personnes disposées à m’accompagner. Mon voeu a finalement été exaucé il y a quelques semaines : l’adorable Scott Hunter a annoncé qu’un reunion concert allait avoir lieu le 10 mars. J’étais supposée rentrer le 9 mars mais il ne m’a fallu que quelques secondes pour décider de modifier mes dates. Je ne pouvais pas rater ça. J’ai passé l’une des plus belles soirées de ma vie. J’ai un amour profond pour chacun des membres du cast. C’était tellement merveilleux de les voir tous de nouveau réunis, de faire la connaissance de Barnaby Hughes, qui jouait Mitch dans la production originale de Manchester, de discuter avec eux. Merci à Julie, et surtout Justine d’avoir partagé cela avec moi.

Waitress

waitress musical London

J’ai un avis mitigé sur ce musical. Je m’attendais à aimer. Avec une telle histoire et d’après les quelques chansons entendues, je m’attendais à sortir du théâtre en me disant “Wouaah c’est si beau, si génial, je dois y retourner”, comme pour YANK!, Heathers ou Hadestown. Mais non. Rien de tout ça. J’ai aimé l’histoire, évidemment, ainsi que la voix de Katharine McPhee (à défaut de son jeu). J’ai adoré David Hunter en Jim Pommater, Jack McBrayer est assez fantastique en Ogie et Olivia Moore est excellente en Dawn ! Mais je n’ai pas été enthousiasmée par le reste. Au niveau des chansons, il n’y a vraiment que She Used To Be Mine et Bad Idea qui m’ont fait un peu d’effet. Et même pas suffisamment pour me donner envie d’écouter le cast recording.

Everybody’s Taking About Jamie

Everybody's Talking About Jamie Musical West End

Le dernier musical du séjour, et quel musical ! J’avais envie de le voir depuis un moment, mais comme je savais qu’il était là pour durer, il n’était jamais au planning. Mais Sandrine et Eleanor avaient envie d’y aller, donc j’ai profité de l’occasion pour les accompagner. Comme je l’espérais, j’ai adoré ! Le musical est inspiré de l’histoire vraie de Jamie Campbell, un ado de Sheffield qui rêvait d’être Drag Queen. Layton Williams est le nouveau Jamie New et il est fabuleux. J’admire sa capacité à marcher, courir, danser avec de tels talons. C’est vraiment un musical inspirant et qui met de bonne humeur. J’ai eu And You Don’t Even Know It dans la tête pendant toute la soirée en sortant du théâtre (mixée à Barcelona de Company). 

Un premier trimestre théâtral riche en belles découvertes et avec une seule déception. Je suis un peu triste d’avoir raté Aspects of Love et Romeo & Juliet, mais c’est la vie, il faut faire des choix. Je n’ai aucun séjour londonien prévu en avril (mais un projet personnel encore plus enthousiasmant !), mais le mois de mai s’annonce mémorable. Rendez-vous dans trois mois pour un nouveau point ! En attendant, vous pouvez toujours suivre mes sorties au théâtre en temps réel sur Instagram !

You may also like

Laisser un commentaire