Le Monde de Joan

Je ne sais pas pourquoi, mais depuis la semaine dernière, je suis en mode nostalgie. J’étais dans mes recopiages de cours quand j’ai eu une soudaine envie de revoir « Le Monde de Joan » Hop, ni une ni deux, je demande à mon meilleur ami Google de me trouver les épisodes.

Joan of Arcadia Raa, comme elle m’avait manqué cette série ! En 4 ans, j’avais oublié de nombreux détails ! Oubli vite oublié…
Certaines on peut-être eu la chance de voir la série soit lors de sa toute première diffusion sur 13ème Rue ou alors sur TF1 (avant que la chaîne n’arrête la série…), pour les autres, voila une petite présentation rapide : 

Le Monde de Joan (Joan of Arcadia en VO) raconte la vie pas tout à fait normal d’une jeune demoiselle de 16 ans, Joan Girardi. Elle vient de s’installer avec toute sa joyeuse famille à Arcadia, son père étant devenu le nouveau Chef de la Police locale. C’est aussi l’occasion pour la famille de passer à autre chose. En effet, un peu plus d’un an auparavant, le fils aîné Kevin a eu un accident de voiture, il est ressorti dans un fauteuil roulant.
Joan avait la vie d’une fille de son âge jusqu’à ce qu’un beau jour, elle rencontre dans le bus un garçon super mignon. Son nom : Dieu ! Non, elle n’a pas d’hallucinations ! Tout le monde peut voir et même parler à ce garçon super mignon, mais personne à part Joan ne sait qu’il est Dieu. A partir de là, sa vie va prendre un sacré tournant. Dieu va lui apparaître sous différentes formes pour lui demander de faire des choses : ça peut aller de faire la lessive, à construire un bateau en passant par s’inscrire à des cours avancés. Toutes ces actions vont avoir non seulement des répercussions sur elle, mais sur tout son entourage. Au début, elle était réticente, mais elle va vite comprendre tout ce que ses actions (jugées bizarres par sa famille) peuvent apporter autour d’elle.

Vous l’aurez compris, c’est un (gros) clin d’œil à Jeanne d’Arc (Joan of Arc en anglais) : Dieu, ses demandes, les répercussions…

Joan of Arcadia traite de sujets tels que la religion (évidemment !), le rôle de la justice, l’amitié, l’amour, le sexe, la vie après un accident, l’alcoolisme…  Des thèmes auxquels nous sommes encore tous confrontés aujourd’hui et qu’on retrouve dans de nombreuses autres séries, mais pas abordé de façon aussi originale. Partir de l’histoire de Jeanne D’Arc et la transposer dans un contexte moderne, c’était vraiment bien pensé !

On s’attache très vite aux personnages que ce soit à Luke, le petit génie scientifique ou alors à Grace, qui se cache derrière sa réputation de anti-tout et qui dit des tas de choses mais ne les pense pas toujours ou encore à Adam, ado dévasté par le décès de sa mère qui rêve de faire une carrière artistique ou même à Joan, qui ne rêve que d’une chose : avoir la vie normale d’une fille de son âge.

On rigole face aux conversations entre Joan et Dieu, on réfléchit quand des thèmes sérieux sont abordés, on pleure quand Joan pleure… et on se dit que les épreuves qu’elle traverse, on pourrait les subir aussi (l’accident de Kevin, la mort d’une amie…).
Et on aimerait des fois voir un type mignon dans le bus qui nous apprendrait qu’il est Dieu, qu’on a le pouvoir de changer les choses (sans pouvoirs magiques) et que notre vie va changer du tout au tout… 

Amber Tamblyn Le Monde de Joan a révélé Amber Tamblyn au grand public. Après l’arrêt de la série, elle s’était consacrée essentiellement au cinéma, vous avez notamment pu la voir dans 4 filles et un jean  ou encore dans The Grudge 2, et dans d’autres films mais qui ne sortiront sans doute jamais en France…Elle revient bientôt dans le rôle principal de la série « The Unusuals » (sera-t-elle diffusée en France, telle est la question !)

La série a été arrêtée à la fin de la saison 2, au moment où ça devenait encore plus intéressant : Joan découvrait que Dieu parlait à quelqu’un d’autre, Ryan (joué par Wentworth Miller !) mais que ce dernier refusait de suivre ses directives… Ryan incarnait la mal, et Joan le bien… la suite il faut donc l’imaginer vu que tout s’est arrêté…

Les gens ont dû trouver que c’était une série trop moralisatrice ou trop portée sur la religion… C’est dommage. Elle méritait d’être reconduite pour encore 1 saison, ou au moins de finir avec un dernier épisode digne de ce nom…

Si la série vous intéresse et que vous êtes plutôt bon en anglais, les DVD des deux saisons sont disponibles sur amazon.com, sinon, il est aussi possible de télécharger les épisodes sur internet et de trouver les sous-titres français au même endroit…

Ecrit le 5 décembre 2008

Continue Reading

Torchwood

De gauche à droite :
Gareth David-Lloyd (Ianto Jones)
Eve Myles (Gwen Cooper)
John Barrowman (Jack Harkness)
Naoko Mori (Toshiko Sato) 
Burn Gorman (Owen Harper)

 

Cette série, j’en suis addict !
C’est ma soeurette qui me l’a fait découvrir. En zappant elle est tombée dessus, et a laissé… au bout de 20 min, j’ai laissé tomber ce que je faisais sur l’ordi pour regarder tranquillement !

Sur quoi porte la série ? La Team Torchwood est chargée d’enquêter sur les phénomènes paranormaux qui ont lieu à Cardiff (Pays de Galles). En effet, Cardiff a été construite sur une faille spatio-temporelle, ce qui donne lieu à d’étranges évènements : des aliens débarquent dans la ville, ainsi que des gens venus d’une autre époque… et ce n’est qu’un début.

Qu’est-ce que la Team Torchwood ? Torchwood est une organisation (absolument pas) secrète, « indépendante du gouvernement et plus autonome que la police ». Il y a plusieurs agences, celle de Cardiff est Torchwood III.
Elle est composée de 5 « agents » :

  • Le « Patron », le Capitaine Jack Harkness, le plus énigmatique : il ne peut pas mourir, et on ne sait à peu près rien sur son passé (enfin, on en apprend un peu plus dans la saison 2),
  • le docteur Owen Harper, comme vous l’avez deviné, c’est le doc de l’équipe, chargé de guérir les blessés et d’autopsier les aliens morts,
  • Toshiko Sato, l’experte en informatique et gadgets en tous genres
  • Ianto Jones, le « secrétaire », disons que quand il n’est pas sur le terrain avec les autres, il est chargé de faire le salle boulot (paperasse, annoncer les mauvaises nouvelles aux familles, commander les pizza, faire le thé, nettoyer quand il le faut les traces laissées par Torchwood…).
  • Au départ, il y avait aussi Suzie, mais qui a été vite remplacée par Gwen Cooper (remplacée car s’est suicidée…), une jeune policière qui découvre l’agence par hasard. Elle a le statut de « chargée des relations humaines »,  car c’est elle qui a le plus d’empathie.

 
Dis comme ça, c’est pas très original n’est-ce pas ? Des aliens, des phénomènes paranormaux c’est du déjà-vu…
Alors qu’est-ce qui rend Torchwood différente des autres séries sur le même thème ? Son côté très adulte. Les réalisateurs ne lésinent pas sur les scènes de violence et de sang. Et côté relations amoureuses, ils sont très « libéraux »… j’irais même jusqu’à dire qu’ils sont tous bi-sexuels… chacun a droit à son petit moment…alors homophobes et fermés d’esprit s’abstenir !
Et puis, il ne faut pas oublier l’humour. Tout est fait et dit avec humour… parfois un humour très particulier, que tout le monde ne comprend pas (surtout dans la VF)… l’humour britannique en somme 🙂

Côté réalisation, il n’y a rien à dire. Les personnages sont « construits » dès le départ, et on sait où ils vont. La série ne tourne pas en rond, et il n’y a jamais d’impression de déjà-vu. Chaque épisode raconte une histoire différente, et chaque épisode va un peu plus en profondeur dans la psychologie des personnages. Et la saison 2 est encore meilleure car se concentre plus sur les personnages que sur les attaques aliens.

Ce que j’aime beaucoup dans la série, c’est que ça se passe à Cardiff (Pays de Galles), ça change des séries qui se passent en Angleterre, ou alors aux Etats-Unis. Ca me donne envie d’aller visiter le Pays de Galles 🙂
Et surtout, c’est des vrais épisodes : ils durent environ 50min, sans la pub (on ne peut pas en dire autant des séries américaines…)

En résumé, une série à voir et revoir (et de préférence en VOst)

Mais un avertissement : âmes sensibles et homophobes s’abstenir…

Ecrit le 28/05/08

Continue Reading