Sherlock – (BBC 2010)

Ce n’est un scoop pour personne, j’aime les séries britanniques car je ne suis jamais déçue. Ne me demandez pas pourquoi, mais il suffit qu’une série ait le label “britannique” pour être sure que la qualité sera au rendez-vous.  Alors oui bien sur, il y a des ratés des fois, mais c’est rare. Et sinon, même dans ces ratés, on arrive à trouver du bon.

Mais là, c’est une réussite. Car nous parlons de Sherlock Holmes ! Et de Steven Moffat et Mark Gattis, à qui nous devons une partie de Doctor Who – rien qu’avec ça, on sait d’ores et déjà qu’on a affaire à du lourd. Ajoutez à cela des acteurs brillants, et une transposition moderne de la vie du célèbre détective, et vous voila face à une série quasi-parfaite (car chacun le sait, rien ne peut vraiment être parfait)

tumblr_l8d2l01iDZ1qa7kauo1_500.gif

Venons-en aux faits : en août dernier, la BBC a diffusé une nouvelle série en 3 épisodes, de 1h30 chacun. Sherlock que ça s’appelle. Avec Benedict Cumberbatch dans le rôle du brillant détective, et Martin Freeman dans celui de son fidèle ami et associé John Watson. L’idée n’était pas de faire une énième adaptation des aventures du héros de Conan Doyle, mais plutôt de faire dans la nouveauté et donc de faire revivre ce détective deux siècles plus tard, au XXIème siècle.

Tous les personnages importants sont là : Sherlock et Watson bien sur, mais aussi l’inspecteur Lestrade, Moriarty, Mycroft Holmes, Mrs Hudson, les “irregulars“, et j’en passe. Et leurs principales charactériques sont là elles aussi : Sherlock est toujours ce sociopathe égocentrique et brillant, attentif aux détails, fan de violon, détestés de ses congénères mais respecté de tous et toujours aussi ignorant des relations humaines. Watson lui est bien ce médecin de guerre, revenu blessé, patient mais pas trop, fidèle ami apportant la part d’humanité qui manque tant à Sherlock. La différence est que nous sommes au XXIème siècle maintenant – de nos jours, Watson raconte ses exploits et ceux de son ami sur son blog, tandis que Sherlock lance des énigmes sur son site, est totalement accro aux sms et a remplacé la pipe par les patchs de nicotine et le chapeau par l’écharpe.

tumblr_l7zzgc7jKK1qd68kdo1_500.jpg

L’intérêt aussi en transposant Sherlock au XXIème c’est qu’on peut aller beaucoup plus loin grâce aux nouvelles technologies. Surtout sur le plan de la mise en scène – et c’est d’ailleurs ça qui, pour moi, rend cette série aussi magistrale. Et dès les premières minutes on est servis : une conférence de presse, tous les présents recoivent un sms en même temps, personne ne le lit à voix-haute… mais nous savons quand même ce qu’il est écrit car le texte apparait à l’écran. Un autre passage qui m’a fait crier au génie est lorsque nos deux héros se lancent à la poursuite d’un criminel… là nous entrons carrément dans la tête de Sherlock : il a mémorisé dans sa tête tout le plan de Londres, et pendant la poursuite nous suivons ses pas, nous savons où ils sont et où est le fugitif. Magistral vous dis-je ! 

tumblr_l8ivxxCyp21qa7kauo1_500.gif

Sur le point du scénario, là encore rien à redire. Mais venant de Moffat et Gatiss, deux fans de l’original, c’était à prévoir. Les crimes en eux-mêmes ne sont pas forcément des plus originaux il faut l’avouer, mais le mobile des criminels oui. Surtout dans l’épisode 1, A Study In Pink, et le 3, The great GameDe plus, l’humour omni-présent et la mise en scène plutôt dynamique nous font passer une très agréable heure et demi à chaque épisode – même si il est à noter que l’épisode 2 lui comporte quelques longueurs.

Concernant l’interprétation, et bien, tous les acteurs sont anglais, ce qui veut déjà tout dire ! Choisir des acteurs connus mais pas trop, fut une excellente idée. Benedict Cumberbatch est absolument bluffant en Sherlock Holmes – il a su parfaitement retranscrire toute la singularité de ce personnage haut en couleurs, ignorant des choses les plus simples de la vie, mais toujours à l’affût du moindre détail. Martin Freeman lui nous interprète un John Watson à l’esprit torturé, blessé physiquement et mentalement par la guerre, et qui au contact de Sherlock va petit à petit s’ouvrir aux autres et reprendre confiance en lui. (j’aime Watson)

tumblr_l8fwe8kGtN1qd68kdo1_500.jpg

Voila un autre point fort de cette série : la relation Holmes/Watson. Même sans connaître l’histoire originale, on sent dès le départ que ces deux-là sont fait pour s’entendre, et ce même si Sherlock vit dans son monde, tandis que John vit dans le monde réel. Ce qui au départ n’était qu’une simple colocation (difficile en ce qui concerne Watson parce qu’il faut en avoir de la patience pour vivre avec Sherlock), va vite se transformer en une grande amitié, et ces deux-là vont apprendre à s’apprécier, se soutenir, et surtout à compter l’un sur l’autre… Les scènes entre eux sont tantôt comiques, tantôt dramatiques, mais toujours savoureuses (oui je sais, ma phrase ne veut pas dire grand chose, mais vous avez saisit l’essentiel) – je suis tout particulièrement fan de leur discussion au restaurant dans le premier épisode.

Vous l’aurez compris, Sherlock est LA série du moment, pour ne pas dire de l’année. LA série à ne pas rater. LA série qui vous donnera envie de relire tous les Conan Doyle. LA série qui vous poussera à faire attention aux moindres détails. Mais surtout LA série que vous regretterez d’avoir regardé parce qu’après il vous faudra attendre 1 an pour avoir la saison 2 – et avec un tel final, croyez-moi, l’attente va être longue…

PS : J’ai volontairement omis de mentionner Moriarty. Et un conseil : si vous ne connaissez pas Andrew Scott, et bien ne cherchez pas à le connaître; ni à savoir à quoi il ressemble avant d’avoir regardé la série, vous n’en serez que plus surpris(e) !

Continue Reading

Ou comment faire un bond télévisuel de 10 ans en arrière.

Je me baladais sur Tumblr a la recherche d’éléments à reblogger sur Roswell, quand je suis tombée sur cette vidéo…

C’est une vidéo promo pour les séries diffusées par la chaine WB en 2000. (c’est marqué 1999, mais la personne s’est trompée)

Et là, je me suis d’un coup retrouvée 10 ans en arrière ! Car ces séries – Buffy, Popular, Roswell, Charmed, Dawson, Felicity, Sabrina… – je les ai toutes regardées. Mais vraiment toutes ! Certaines jusqu’à la fin, d’autres non.

Et elles me manquent ces séries, surtout Popular et Roswell.
De toutes les séries présentées, c’était vraiment mes préférées. Je me souviens que Popular passait le samedi matin sur Téva, et Roswell c’était sur Série Club (avant de passer sur M6) mais je sais plus si c’était le mardi ou le mercredi… Je sais juste que ma soeur et moi on la regardait moi sur le canapé, elle sur le fauteuil, un oreiller entre les bras, et souvent dans le noir.

n31430115332_3518387_46.jpg

J’adorais vraiment ces deux séries. Roswell pour son originalité, ses personnages, ses intrigues, la musique, sa capacité à se renouveler et s’améliorer d’épisodes en épisodes. Popular, c’était essentiellement pour ses personnages que je l’adorais – surtout Harrison et Sam. Et les autres aussi : Mary Cherry était à mourir de rire, Josh et Lily étaient adorable quand ils se sont mis ensemble et les répliques de la prof “Bobbi” étaient juste inoubliables !

Malheureusement ces deux séries se sont arrêtées du jour au lendemain, sans réelle fin pour aucune des deux. Et pire encore pour Popular qui s’est finie sur un cliffhanger de la_mort_qui_tue – c’est le cas de le dire d’ailleurs, car jamais nous ne saurons si Brooke a survécu ou pas à son accident de voiture. Ni qui Harrison a choisi entre Sam et Brooke…

popular.jpg

C’est terrible quand même les chaines télés. Ils ont vraiment aucune considération pour les pauvres téléspectateurs accros à leur séries qui attendent avec impatience de découvrir un nouvel épisode la semaine suivante pour savoir ce qui va se passe et qui au final apprennent que la série n’aura jamais de suite et tant pis pour les questions sans réponses. Et les pétitions n’y changent rien. Je me souviens encore du nombre de bouteilles de Tabasco que les fans avaient envoyées au siège de WB après l’annonce de l’annulation de Roswell, malheureusement, ça n’a été d’aucun secours à la série…

Ca fait bizarre de se dire qu’ils ont tous plus de 30 ans maintenant. D’ailleurs, ça m’a fait un choc quand j’ai appris que Shiri Appleby (Liz dans Roswell) allait jouer les mères d’une adolescente dans Life Unexpected. Parce que pour moi, elle reste Liz, la lycéene de 16 ans morte et sauvée par Max, l’alien à visage humaine. Mais une chose est sure : ça fait toujours plaisir de voir l’un d’entre eux au générique d’une série 10 ans plus tard ^^

 

Et vous, il y a 10 ans, c’étaient lesquelles vos préférées ?

Continue Reading

Once upon a time…

10004

… a vampire, a werewolf and a ghost shared a house in Bristol : voila le point de départ de Being Human.

A ce jour, deux saisons ont été diffusées et la 3ème est en tournage (à Cardiff même!) Le pire dans l’histoire, c’est que la série a failli ne pas aller plus loin que l’épisode pilote.

Je resitue : en février 2008, la BBC 3 a lancé un programme de pilotes, l’idée étant de diffuser 5 pilotes de séries, chacune sur un sujet différent, et en fonction de l’engouement des téléspectateurs pour l’une ou l’autre série, par la suite, de commander (ou pas) une saison complète. Being Human a fait partie des grandes gagnantes (me demandez pas s’il y en a eu d’autres, je ne saurais vous répondre) !

Donc, après le succès du pilote six autres épisodes ont été commandés. Le soucis c’est qu’entre la diffusion du pilote, et la décision finale de faire une saison complète, 99% des acteurs se sont lancés dans d’autres projets. Du pilote d’origine, seul Russell Tovey est resté.

Le changement d’acteur a aussi entraîné un changement de “ton” dans la série. Le pilote est essentiellement placé sous le signe de l’humour, avec George et Mitchell, l’un loup-garou, l’autre vampire, qui sur une idée de Mitchell décident d’emménager ensemble. S’ensuivent alors la recherche de l’appart idéal, les quiproquos dûs au fait qu’ils vont cohabiter, les achats pour la déco, la mise en place de leurs relations maintenant qu’ils se cotoyent tous les jours – et surtout, la ‘découverte’ d’une troisième locataire dans la maison : Annie, l’ancienne propriétaire qui est morte dans la maison, mais n’a pu se résigner à partir, et qui depuis hante chaque nouveau locataire. Mais c’était sans compter sur Michell et George qui grâce à leur “facultés surnaturelles” peuvent voir les fantômes.

being-human.jpg
(Episode pilote : Andrea Riseborough // Russell Tovey // Guy Flanagan)

Guy Flanagan joue un Mitchell débraillé, un brin emo, qui fait le ménage un magazine à la main, et se repose dans les baignoires. Andrea Riseborough, elle, nous présente une Annie quelque peu délurée, un peu effrayée par la vie hors des murs de sa maison, fan de Colin Firth mais surtout ravie de découvrir que ses nouveaux locataires peuvent la voir !

La série finale perd un peu de son ton humoristique au profit d’une ambiance plus sombre, plus dramatique. Le ton n’est plus aussi enjoué, même si les personnages nous offrent certains scènes bien sympathiques. La Annie de Lenora Crichlow est aussi délurée que celle de Andrea, mais elle est aussi beaucoup plus sujette aux larmes – c’est là le principal défaut que je lui trouve. Quant au Mitchell de Aidan Turner, il est beaucoup plus torturé, mais sur certains points ne s’éloigne pas trop de son prédécesseur donc tout va bien.

La saison 1, bien que ne comportant que 6 épisodes, est assez inégale. Les épisodes alternent entre les passages prenants et d’autres plus creux, certains allant même jusqu’à trainer un peu en longueur. (chaque épisode dure près d’1h, ce qui est beaucoup plus long que les 43min habituelles) Le tout s’accélère cependant en fin de saison. Souvent, les premières saisons sont essentiellement faites pour poser les bases d’une série. Celle de Being Human ne fait pas exception à la règle. Au fil des épisodes, nous découvrons les personnages, comment ils ont été “transformés”, comment ils l’ont vécu, comment ils l’ont accepté… ou pas. On suit le quotidien de ces 3 êtres paranormaux, à l’opposé les uns des autres, mais qui aspirent à la même chose : se sentir humains, à défaut de l’être vraiment.

BH1deleted_0072.jpg

La saison 2, de 8 épisodes cette fois, repousse les limites et devient beaucoup plus sanglante. La fin de la saison précédente a laissé nos trois colocataires dans un état lamentable – émotionnellement, et physiquement parlant, mais ils aspirent toujours autant à vivre le plus humainement possible : Annie  se trouve un travail, et George une nouvelle petite copine tout ce qu’il y a de plus normale. Mitchell se retrouve malgré lui à la tête des vampires de la ville, mais va profiter de son nouveau statut pour ré-écrire les règles et surtout les remettre sur le “droit chemin”. Nos héros ne sont cependant pas au bout de leurs peines avec l’arrivée de nouveaux personnages, et la mort d’autres (personnellement, j’adore Ivan et Daisy, même si elle est un peu cinglée !) Les épisodes sont dans cette saison beaucoup plus prenants, les évènements chaque fois plus dramatiques et le tout nous mène à une fin de saison des plus éprouvantes.

BH1x01_0130.jpg

Being Human se distingue des autres séries traitant du même sujet – la différence, la recherche d’identité et d’humanité – grâce au fait que ici, tout est bien qui fini mal et les situations sont plus crédibles. Les effets spéciaux ne sont pas des plus spéciaux, ni explosifs, mais toujours efficaces. Les vampires ont vraiment des pulsions sanguinaires, et on sent que se transformer en loup-garou n’est pas une partie de plaisir. D’ailleurs sur ce point, je suis totalement soufflée à chacune des transformations par le jeu de Russell Tovey – même tranquillement assise dans mon fauteuil, j’arrive à ressentir sa douleur, quand ses os, ses organes, ses entrailles se transforment… il m’est même arrivé de couper le son pour ne plus entendre ses cris, c’est dire !

La série est diffusée à partir de ce soir 20H35, sur France 4. Cependant, d’après ce que j’ai compris l’épisode pilote lui n’est pas diffusé. Cela ne pose pas de problème pour apprécier la série, par contre, si vous avez le moyen de le voir, n’hésitez pas car le premier épisode de la saison 1 reprend là où s’était fini le pilote. C’est à dire que la saison commence en pleine action, avec Annie, Mitchell et George qui habitent déjà ensemble, sans réelle explication de comment ils en sont arrivés là. De plus, il est fait à des moments référence à des évènements de l’épisode, donc je ne pourrais que trop vous encourager à le voir.

bb172781
(Série finale :  Russell Tovey // Lenora Crichlow // Aidan Turner )

J’ai beau avoir vu la série il y quelques mois de ça, je serai fidèle au rendez-vous – espérons juste que la VF ne sera pas aussi atroce que le titre choisi: Being Human – La confrérie de l’étrange

Continue Reading

Real Vampires Don’t Sparkle !

J’avais prévu de vous faire un billet super sérieux sur la fac et les examens, mais je ne résiste pas à vous faire partager ce petit dialogue tiré de la série The Vampire Diaries. Petit dialogue qui m’a bien fait rigoler, et surtout fait penser aux copines ^^

La série en elle-même ne vaut pas le détour. Trop politiquement correcte, trop fade, trop éloignée de l’histoire originale, trop niaise… mais il y a certains passages qui relèvent le niveau. Bizarrement c’est toujours des scènes avec Damon (joué par…Ian Somerhalder ^^)(et croyez-moi, je suis objective là !). Mais bon, je n’en suis qu’à l’épisode 4, donc wait & see avant de donner un avis définitif ! Qui sait ? Peut-être que Elena va finir par mourir, et qu’enfin, l’ordre des choses se rétablira *fingers crossed*

Je disais donc : dialogue !!!

Je vous situe le passage : Damon est un vampire. Caroline sa “copine” (du moment). Elle s’habille et lui passe le temps en feuilletant un livre. Vous comprendrez vite lequel 😛

00472.jpg

Damon :  What’s so special about this Bella girl? Edward’s so whipped !
Caroline : You gotta read the first book first. It won’t make sense if you don’t.
Damon : Ah, I miss Anne Rice. She was so on it.
Caroline : How come you don’t sparkle? (BTW, Caroline est blonde si ça peut aider à comprendre xD)
Damon : Because I live in the real world, where vampires burn in the sun.
Caroline : Yeah, but you go in the sun.
Damon : I have a ring. It protects me. Long story.
Caroline : Will these bites turn me into a vampire?
Damon : It’s more complicated than that. You’d have to feed on my blood, then die, then feed on a human’s, whole ordeal. This book, by the way has it all wrong !

 

J’ai déjà dit que Damon était mon perso préféré ? *_* (Même si dans la série ils ont décidé qu’il serait le vil c*nnard de l’histoire alors qu’en fait il est pas du tout comme ça mon Damon =( !! )

Enfin voila ! C’était l’instant dédicace du jour ^^

 

 

Continue Reading

Party Animals [BBC]

uk-party-animals-jungle-pouvoir-glamour-and-p-L-2.jpeg

Sex, Drugs & Politics : voila comment on pourrait résumer Party Animals en quelques mots…

Dans la lignée de State of PlayParty Animals nous plonge dans les coulisses de Westminster où pouvoir et manigances sont les maitres mots. On y suit avec plaisir le quotidien de ceux qui font la politique d’aujourd’hui, qu’ils soient membres du Parlement, simples assistants, journalistes ou lobbyists.

Party Animals nous entraîne dans le quotidien mouvementé de deux membres du Parlement et de leur assistants.
Pour le Labour Party on a Joanne Porter, mère de famille qui a souvent bien du mal à gérer vie politique et vie familiale. Heureusement que ses assistants sont là : Kirsty Mackenzie – interne et future assistante qui n’a qu’un but dans la vie : monter vite dans l’échelle politique – et Daniel Foster – assistant de Jo depuis sa sortie de la fac, excellent dans son travail, et surtout loyal à jamais !
Pour le côté adverse, le Conservative Party, on a James Northcote – Tory jusqu’au bout des ongles, et qui trompe sa femme sans aucun scrupule, entouré de ses assistants Matt Baker, gay et fière de l’être, et Ashika Chandiramani, maîtresse malmenée de James mais surtout jeune femme ambitieuse qui va vite prendre son envol.

jo.jpg kirsty.jpgdanny.jpgjames.jpgmatt.jpgashika.jpg

Tout ce petit monde gravite autour de Daniel et Scott Foster, frères qui baignent dans la politique depuis leur naissance – leur père ayant été lui-même membre du Parlement. Danny est devenu assistant tandis que son frère a été plus attiré par le monde subversif du lobbying.

PAep1caps-00084.png

Chacun le sait, le monde politique est cruel et sans pitié, et Party Animals nous le montre bien. Dès le premier quart d’heure le ton est lancé : la victoire avant tout, peu importe les conséquences sur les autres. Mais le monde politique est aussi bien versatile, et les retournements de situations se produisent en continu : le gagnant d’un jour peut très vite devenir le perdant du lendemain…

Party Animals a beau être une série dite “politique” on se rend vite compte qu’au final ce n’est pas tant le système politique le sujet principal de la série, mais bien les personnes qui le font et surtout ce qui en résulte sur leur vie personnelle.
Mensonges, trahison, coup bas, sont le quotidien de ces jeunes gens. Certains le supportent et arrivent à passer outre, d’autres pas et noient alors leur mal-être dans l’alcool, le sexe et autres substances illicites. Et oui, travailleurs de Westminster ou pas, ils sont avant tout des être humains, avec leurs qualités et surtout leurs défauts… Voila où réside tout l’intérêt de la série – trop de politique aurait vite lassé, et je pense que ceux n’ayant pas quelques bases auraient vite été perdus (donc un conseil, révisez un peu le système politique anglais avant de vous lancer dans la série ^^).

PAep1caps-00435.png

Côté casting, rien à dire ! On sent la forte alchimie entre les acteurs, et c’est alors d’autant plus facile de s’attacher aux personnages. Les acteurs sont tous excellents et on se sent qu’ils se sont investis. Mais il faut tout de même noter Andrew Buchanen lobbyiste invertueux qui va tout remettre en question après un funeste évènement ainsi que Raquel Cassidy, sidérante en membre du Parlement qui voit tout s’effondrer autour d’elle. Andrea Riseborough quant à elle confirme tout le bien que je pense d’elle – elle était déjà remarquable dans The Devil’s Whore, elle l’est tout autant ici en petite peste carriériste et manipulatrice qui va vite apprendre à ses dépends que dans la vie on a pas toujours tout ce qu’on veut. Sans oublier bien évidemment celui pour qui j’ai regardé la sérié, Matt Smith, parfaitement crédible dans la peau de ce jeune assistant, maladroit en amour mais extrêmement compétent dans son travail et optimiste sans failles.

party_animals4_r_1.jpg 300buchan_conn.jpg

Si vous avez aimé State of Play et que vous chercher une série dans la même veine mais avec un ton plus “frivole” alors Party Animals est pour vous ! 8 épisodes remplis de “power & glamour” (pour citer la jaquette), où coeur et politique se mêlent pour nous offrir une série des plus atypiques, mais surtout des plus sympathiques et divertissantes !

Continue Reading