La vérité nue

J’ai vu dans le programme télé que le film “La vérité nue” serait diffusé le dimanche 1 février à 22h25 sur France 2, et je me suis dit alors que c’était le bon moment pour en parler.la-verite-nue.jpg

Fiche d’identité :

Titre : La vérité nue ( Where the truth lies en VO)
Année : 2005
Durée : 1h45
Réalisé par : Atom Egoyan. 
Avec : Kevin Bacon (Lanny Morris), Colin Firth (Vince Collins), Alison Lohman (Karen O’Connor), Sonja Bennett (Bonnie Trout).

Résumé : En 1959, Lanny Morris et Vince Collins font partie des comiques les plus célèbres des Etats-Unis. Les deux hommes de spectacle présentent un téléthon en direct de Miami à la télévision. Mais, le lendemain de l’émission, le corps d’une certaine Maureen est retrouvé dans leur chambre d’hôtel. L’enquête de la police n’aboutit à rien, mais le soupçon de culpabilité qui pèse sur les deux hommes va mettre un terme à leur célèbre duo. Quinze ans plus tard, Karen O’Connor, journaliste, fait par hasard la connaissance de Lanny Morris lors d’un voyage en avion. Ils ont une courte aventure, mais Karen, admiratrice du duo, décide d’en savoir plus sur les deux hommes. Elle enquête sur cette fameuse nuit de 1959…

Au départ, j’ai vu ce film essentiellement parce que Alison Lohman était au casting. J’aime beaucoup cette actrice et je n’avais rien de prévu l’après-midi où il a été diffusé.

18425671_w434_h_q80.jpgLe film est très “particulier”. Il y a certains passages très “hot” comme on dit.. On ne s’attend pas du tout à ça en lisant le synopsis! J’en étais gênée à des moments, surtout que ma mère le regardait aussi. Je me rends compte maintenant que si j’avais regardé la bande-annonce avant, j’aurais evité de le voir avec ma moman…
Je m’attendais à un thriller policier, dans le genre de “Le Dahlia noir” je me suis bien trompée. Mais tout de même, je ne regrette pas de l’avoir 18425670_w434_h_q80.jpgregardé. Surtout qu’il m’a permit de redécouvrir un acteur…

J’ai vu le film pour Alison Lohman, mais à la fin, ce n’est pas elle qui a retenu mon attention. Je l’avais deja vu dans plusieurs films aux genres bien différents et donc son rôle ne m’a ni choqué ni étonné. Par contre, Colin Firth, c’est une autre histoire…

Quand on le voit dans “Pride and Prejudice” et quand on le voit là… il n’a plus du tout l’allure d’un gentleman ! J’ai passé la moitié du film à me dire “Purée, Colin Firth c’est un bon, un grand acteur” Il ose tout ! Il n’a pas peur de casser son image de “dandy”.

J’aime les acteurs qui n’ont peur ni des défis, ni de choquer. Colin Firth en fait partie et son rôle dans “La vérité nue” le prouve.

la_verite_nue_where_the_truth_lies_2005_reference.jpg

Je n’arrive toujours pas à dire si j’ai aimé ou pas ce film. Ce dont je suis sûre, c’est qu’il vaut la peine d’être vu, ne serait-ce que pour la performance d’acteur de Colin Firth !

Continue Reading

Mr Darcy est une Rock Star !

Okay, alors ne me demandez pas pourquoi, mais pendant que j’écrivais l’article précédent sur The Jane Austen Book Club, j’ai pensé à Colin Firth dans What a girl wants (Ce dont rêvent les filles en VF)… et plus précisement à la scène où il se rappelle sa jeunesse… avec pantalon de cuir et danse devant le miroir… Mon poteau Youtube m’a trouvé cette scène…

 

Continue Reading

The Jane Austen Book Club

« All Jane Austen, All the time ». Le film montre très bien l’omniprésence de Jane Austen dans nos vies. jane austen book club.jpgOn ne s’en rend pas toujours compte, mais on a toutes/tous une Jane Austen en nous… et quand on la découvre, ça peut changer notre vie.

Voila la morale de The Jane Austen Book Club.

 

Résumé : Berdanette décide de créer un club de lecture centré sur les 6 romans de Jane Austen. Elle réunit alors autour d’elle 5 personnes avec qui discuter de l’oeuvre austenienne. Il y a Jocelyn, amoureuse des chiens, Sylvia qui vient de vivre un divorce difficile, Allegra, jeune lesbienne qui laisse souvent la passion l’emporter, Prudie, jeune professeur de français dont le couple bat de l’aile, et Grigg, seul homme du groupe, fan de SF mais qui s’est embarqué dans l’aventure pour les beaux yeux d’une fille, et puis Berdanette, créatrice du club et divorcée 6 fois!
1 roman, 1 membre : chaque mois, le groupe se rencontre chez l’un ou l’autre pour discuter (ou pas) du livre. Ils vont vite se rendre compte que ce club va quelque peu changer leur vie… surtout affective.

 

Avant d’avoir vu le film, j’ai lu le livre dont il est adapté. J’ai moyennement aimé le livre. J’ai trouvé certains passages mal construits, d’autres longs, les passages vraiment intéressants étaient ceux des discussions autour des romans de Jane Austen.

Le film par contre était bien, mais pas exceptionnel. Il a beaucoup de qualités (surtout comparé au livre), mais des défauts aussi. A commencer par le fait qu’il est trop rapide. Les scènes s’enchaînent, parfois de façon plutôt abrupte, surtout celles avec Allegra. C’est un défaut, mais aussi une qualité : au moins, on ne s’ennuie pas, et on ne peut dire d’aucun des passages qu’il traîne en longueur.

Les scènes de discussions autour des romans sont parfois expédiées (surtout celles au sujet de Northanger Abbey) et c’est bien dommage ! C’est le Club de lecture qui m’a donné envie de voir le film. Sur ce point, le livre est mieux. Karen Joy Fowler a réussi à parler autant des romans de Jane Austen que de la vie privée des personnages.

Le film lui se focalise plus sur les personnages, et concernant Jane Austen, il va directement à l’essentiel. Et ce n’est pas plus mal. Au moins on sait tout de suite pourquoi chaque personnage à choisi tel livre en particulier. Et quelqu’un qui n’a pas lu les livres prendra beaucoup de plaisir à regarder le film car comprendra plus facilement le lien entre les livres et leurs vies. Même si ce lien n’est fait qu’à la fin, avec Persuasion.

 

promo08.jpg

Les acteurs ont particulièrement été bien choisis. Ils n’en font jamais trop, ils sont bien entrés dans leur rôles. Surtout Prudie. La gentille et prude professeur de français qui n’est jamais allée à Paris et qui tombe amoureuse d’un élève… Je n’aimais pas son personnage dans le livre, mais dans le film si ! Même si des fois, elle mériterait bien des claques ! On voit à quel point le club de lecture et le fait de rencontrer de nouvelles personnes l’a aidé a s’épanouir.

 

Je suis du genre à faire attention aux détails, et je pourrais chipoter sur nombre d’entre eux, mais ce n’est pas le but de cet article. Mon but n’est pas de vous enlever toute envie de voir le film, mais plutôt de vous donner envie !

Si vraiment vous voulez apprécier ce film à sa juste valeur, ne lisez pas le livre !! Ma sœur n’a jamais lu le livre, et (je crois) que grâce à ça, elle a pu facilement apprécier le film !



The Jane Austen Book Club
est un très bon film pour les fans de Jane Austen, autant que pour les non fans ! Après l’avoir vu, vous aurez envie de vous plonger ou replonger dans les romans austeniens et de découvrir la « Jane » qui est en vous.

Continue Reading

Becoming Jane

Je me suis enfin décidée à faire un article sur le film “Becoming Jane”, pour le lire, il vous suffit de cliquer sur l’image.

Becoming Jane

Un petit conseil tout de même : n’achetez pas le DVD français du film ! Vous payerez 26€ pour un DVD sans aucun bonus intéressant !! J’ai refusé d’acheter le DVD directement lors de sa sortie en France justement à cause de ce manque de bonus… Je l’ai fait venir des USA. J’ai payé moins cher, et j’ai les bonus. Et pour les plus réticents, ne vous en faites pas, les sous-titres sont en français 😉

 

Continue Reading

Wanted

Wanted : Que dire si ce n’est « On retourne le voir ? » 

Ca faisait 3 mois que j’attendais sa sortie… et j’ai pas été déçue. Je n’ai pas lu les comics, donc je l’ai vu comme un film tout simplement.

Fiche d’identité :

Titre : Wanted

Réalisé par : Timur Bekmambetov

Avec : James Mc Avoy, Morgan Freeman, Angelina Jolie, Terrence Stamp…

Résumé : Wesley Gibson est expert comptable. C’est un type banal, qui mène une vie ennuyeuse, tellement ennuyeuse qu’il en fait des crises d’angoisse. Un soir, dans un supermarché, une demoiselle l’accoste. Elle a connu son père. Il est mort la veille sur le toit d’un building. Bizarre. Son père l’a abandonné quand il avait 1 semaine. Elle lui apprend que son père faisait partie de la Confrérie (The Fraternity) et qu’il était l’un des meilleurs tueurs à gages. Elle en rajoute en lui disant que maintenant, c’est à lui, le banal expert-comptable Wesley Gibson, de prendre la relève et de le venger. Il en a tellement marre de sa vie d’expert-comptable, qu’il envoit tout balader. Le voila embarqué dans une Confrérie de tueurs à gages qui reçoivent leurs ordres d’un métier à tisser le Destin.
Qu’ils soient gentils ou méchants, si le nom d’une personne est donné par le métier à tisser, elle doit être éliminée : « la mort d’une personne peut en sauver des centaines d’autres ».
Wesley va s’en prendre plein la banane… mais il va faire en sorte que les autres s’en prenne tout autant (et plus si affinités.)

Commençons par le commencement : le film en lui-même. D’aucun dirons que le “scénario” était mauvais, je ne peux pas donner mon avis sur le sujet car je ne base pas mes appréciations sur ça.
Cependant, je peux dire que l’histoire est originale bien que difficile à croire, et que le film est bourré d’effets spéciaux. Mais bon, ce n’est pas un film à but didactique mais plutôt “divertissant” et dans “divertissant”, il y a “divertir” !

Les effets spéciaux étaient plus qu’à la hauteur ! Sur ce point, chapeau bas l’artiste ! Mon coup de cœur va pour le moment où Wesley passe au dessus de la voiture pour tirer sur le type à travers le toit ouvrant !
Et puis, c’était bien pensé cette histoire d’adrénaline qui décuple l’acuité visuelle, et la cire qui affole les globules blancs et accélère la guérison. Oh, le coup des touches qui sautent du clavier est pas mal aussi. Enfin bref.

Ensuite les acteurs, ou plutôt « l’acteur ».
Plus je vois les films de James Mc Avoy, plus je l’admire. Il est « fantastic ». Je l’ai découvert dans « Narnia », aimé dans « Becoming Jane », adoré dans « Pénélope », et adulé dans « Wanted ». Je sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que les acteurs britanniques sont les plus « brilliant » Ils arrivent à jouer tout et de tout avec toujours autant de talent. 

James Mc Avoy a fait un pas de plus dans la cour des grands acteurs. Il n’était pas jusqu’à présent un acteur de films d’actions. Comme il le dit lui-même, » [il] ne mesure pas 2 mètres et ne ressemble pas au héros musclé type ». C’est pour ça que quand le rôle lui a été proposé, il a été séduit… et nous aussi. Son jeu était tout simplement parfait, sur ce point, je n’ai rien de négatif. Il est rentré à fond dans le personnage, et ses réactions ont l’air spontannées et naturelles. Le point négatif que je vois ne le concerne pas directement : la voix française qu’on lui a choisie est atrocement horrible. Elle ne colle pas au personnage. Et en plus, sa vraie voix est beaucoup plus grave. Ah, rien de mieux que la VO.

Après les autres acteurs je les ai trouvés bof. Morgan Freeman en Sloan c’était moyen… Il n’avait pas assez de « classe ». Angelina Jolie en Fox ça passe. Ce n’était pas trop éloigné de Mrs Smith. A choisir, j’ai préféré Le Réparateur (Marc Warren). Lui il avait la classe (peut-être parce que lui aussi est britannique…) !

C’est une chose important je trouve. Jouer dans un film d’action, tirer sur tout ce qui bouge à tout vitesse, et garder la classe, c’est pas donné à tout le monde. Je comprends ce que les gens veulent dire quand ils parlent de la « classe » britannique… (Quoique Matt Damon s’en sort vraiment pas mal dans les Jason Bourne !)

Wanted, c’est un peu comme Matrix. Un film d’action en apparence, mais avec une réflexion psychologique en fond. Il suffit de voir le titre (français) : « Choisis ton destin ».  Ces 3 petits mots résument cette reflexion. C’est aussi présent dans la bande-annonce, et dans le film : « You want to be the sheep, or the wolf ? »  C’est à lui de choisir s’il veut continuer à être un expert comptable avec un copine hystérique, un clavier ergonomique, un traitement à vie pour calmer ses angoisses… ou alors s’il prend sa vie en main, et décide d’être maitre de son destin. C’est de ça que parle le film derrière ses courses-poursuites et ses fusillades : nous sommes maîtres de notre vie, c’est à nous de choisir comment le destin sera.

Ecrit le 21 juillet 2008

Continue Reading