Welcome to the Punch – Eran Creevy

welcome-to-the-punch-poster-banner_zps732c3596.jpg

J’ai été à Londres pendant le week-end de Pâques, avec Saru. Dimanche soir, après deux journées à marcher et se balader dans les rues de la capitale, on a eu envie de faire une pause. D’où notre plan pour la soirée : cinéma ! On hésitait entre aller voir James McAvoy ou James McAvoy. Au bout de 15min d’intense réflexion on s’est dit qu’on allait voir James. (Je vous la refais : on hésitait entre Trance et Welcome to the Punch, et James joue dans les deux)(même pas fait exprès).

Welcome to the Punch est un de ces films que l’on va voir pour une chose : son casting et que l’on aime pour deux choses : son casting et sa réalisation. On peut aussi l’aimer pour son réalisateur, mais n’ayant pas regardé Shifty, je ne l’inclus pas dans mes raisons initiales. L’histoire est des plus classiques : un gentil flic, un sale type à attraper, une affaire bien plus importante et complexe qu’ils ne l’avaient pensé et qui finira par bouleverser leur quotidien. Il y a des gentils, il y a des méchants et parfois des méchants qui sont en fait gentils. On se doute dès la moitié du film de qui est derrière tout ça, mais la réaction de Max et Jacob arrive malgré tout à nous surprendre (le fait de n’avoir rien vu d’autre que le trailer y est certainement pour quelque chose aussi).

Welcome-To-The-Punch_zps3772eebb.png

Il y a beaucoup de fusillades dans Welcome to the Punch, mais rien de plus que nécessaire quand on sait ce que chacun fait pour vivre. Il y a peu de dialogues : ils en disent bien plus avec un regard qu’avec un long discours. Et puis, il y a des scènes qui marquent : la scène d’ouverture déjà, où on comprend énormément de choses en simplement quelques minutes. Et puis la scène vers le milieu du film et à laquelle on ne s’attendait pas. Jusqu’au bout on y croit, on se dit que non, ce n’est pas possible, ils ne peuvent pas lui faire ça, mais en fait si ! Je n’en dirai pas plus, sachez juste que ça se passe dans un container et que l’acteur en question joue à la perfection ce face-à-face avec la mort. Il y a aussi cette scène dans la morgue, et dans le bar, et au bord de la Tamise, ou la scène finale dans les docks. Non, vraiment Londres la nuit, c’est magnifique.

WTTP_zps4a5227b9.png

Mais il ne faut pas se leurrer, l’atout majeur de Welcome to the Punch reste son casting étoilé. On a (dans le désordre), David Morrissey en chef de la police; Daniel Mayes en chef-adjoint (?); Mark Strong en némesis (?) de notre héros; Peter Mullan en bras droit et ami du précédent; Johnny Harris en tueur sans merci; Andrea Riseborough, la seule femme à bord, co-équipière ambitieuse et patiente de notre héros. Et bien sûr notre héros, Max Lewinsky – flic meurti et tourmenté mais aussi loyal et honnête, qui mange des toasts au bureau et qui n’a désormais qu’une seule obsession : arrêter Sternwood – campé par un James McAvoy qui délaisse le romantisme pour l’action – et ça lui réussit fort bien. Et il y a aussi Daniel Kaluuya, Jason Flemyng, Natasha Little

Et cela ne vous étonnera pas si je vous dis que chacun des acteurs est parfait dans son rôle. Pour ce qui est de David Morrissey et Mark Strong, cela ne change pas beaucoup de leurs habitudes. Mais est-ce bien grave ? Ils sont tellement excellents dans, réciproquement, des rôles d’hommes politiques pas toujours très honnêtes (State of Play guys) ou de méchants ambigüs. Cependant, mention toute particulière pour Johnny Harris et James McAvoy. Et pour Andrea Riseborough aussi, même si je regrette fortement que son personnage soit, au final, si effacé. C’est d’ailleurs le principal reproche que j’aurais à faire au film : il aurait mérité un meilleur traitement des personnages, plus d’approfondissement (notamment en ce qui concerne Sarah et Jacob, voire Max)

Welcome to the Punch est un petit film britannique (réalisateur anglais, acteurs britanniques et tournage exclusivement londonien) mais réalisé avec des moyens américains (Ridley Scott est l’un des producteurs)(certes il est anglais, mais vu le temps qu’il passe aux Etats-Unis, on l’oublie parfois). Eran Creevy a su s’entourer des bonnes personnes (aussi bien du côté des acteurs que de l’équipe technique) et nous offre là un action movie des plus réussis, à la fois psychologique et violent.

En France, le film sortira en août, sans passage par la case cinéma, ce sera directement en DVD. Sans doute que les distributeurs français n’ont pas trouvé le Charles Xavier du nouveau X-Men ou le Gouverneur de The Walking Dead assez bankables

Welcome to the Punch
Réalisé par : Eran Creevy
Avec : James McAvoy, Mark Strong, Andrea Riseborough, Peter Mullan, David Morrissey, Jason Flemyng, Daniel Mayes…

Synopsis : Je voulais le mettre mais en fait non, le synopsis rédigé sur les sites de cinéma raconte toute l’histoire. Faites comme moi, contentez-vous de la bande-annonce et de savoir que Max Lewinsky en veut énormément à Jacob Sternwood depuis trois ans et que le retour de ce dernier à Londres va lui permettre de régler ses comptes. 

You may also like

Laisser un commentaire