Transports à Londres

Comme partout ailleurs, il y a plusieurs façons de circuler à Londres  : en métro, en bus, en vélo (ou roller ou monocycle), en voiture/taxi, et bien évidemment, à pied. Et à cheval aussi, mais c’est réservé aux VIP.

A Londres, il y en a deux qu’il vous faut privilégier : le métro et vos pieds – autrement dit, le meilleur moyen d’arriver à destination dans une limite de temps raisonnable.
Voyons un peu chacun d’eux. Comme vous y allez essentiellement pour profiter de la ville et non travailler, nous allons nous concentrer sur les moyens de transports « publics ».

Le bus :

A utiliser si vous avez beaucoup de temps devant vous: les routes de Londres sont bondées. Un même trajet en bus peut vous prendre 30min comme 1h15, en fonction du jour, de l’heure, des divers évènements organisés en ville. Certes, le trajet ne coûte que 2£ (1£35 avec la Oyster Card) et dans la plupart des cas, le bus choisi vous emmènera directement là où vous voulez aller, sans avoir à faire des changements, et c’est vraiment beau de voir la ville « d’en haut », mais c’est long. Très long. Utilisez plutôt le bus à Cardiff ou Oxford. Si vous tenez à prendre le bus, faites-le en journée, quand tout le monde est au travail et que les principales voitures qui circulent sont les taxis, les livreurs et les bus. Ou alors le dimanche, quand la ligne de métro que vous souhaitiez emprunter est partiellement fermée pour cause de travaux.

bus
Entre Piccadilly Circus et Chinatown, un samedi matin. Personne dans la rue.

Le vélo :

Londres est truffée de pistes cyclables, surtout autour des parcs. Visiter en vélo est surtout pratique au printemps ou en été, quand il fait beau. C’est pratique aussi le soir ou très tôt le matin : les rues sont vides (et je ne vous parle pas du week-end !), il y a donc moins de risques de se faire renverser par une voiture.
Pour la location, c’est comme en France : il y a des bornes (Barclays Cycle Hire), il faut payer des frais de location (2£pour 24h, 10£ pour 7 jours etc) plus le trajet (gratuit pour 30min de vélo, 1£ pour 1h, puis 4£, 6£, 10£ – ça monte vite et haut !).  Si vous voulez un vélo pour beaucoup plus longtemps, mieux vaut passer par des agences spécialisées.

Le métro :

Vous entendrez tout et son contraire sur le métro londonien : il est compliqué à utiliser, toujours en retard, toujours en panne, toujours bondé… bref, il n’est pas fiable. Personnellement, j’aurais plus à me plaindre du métro parisien que du métro londonien… Mais là n’est pas le sujet. Le métro sera votre meilleur ami pendant votre séjour : il vous emmènera dans tous les coins de la ville moyennant une dizaine de livres et quelques (longues) correspondances. Voilà d’ailleurs où réside le soucis du tube : il a peu d’escaliers, mais de loooongs couloirs et de loooongs escalators. Vous perdez parfois plus de temps dans les couloirs pour faire votre correspondance ou sortir du métro que dans le trajet en lui-même.  Votre destination peut-être à 4 stations de métro de votre point de départ, mais il suffit que vous deviez changer à London Bridge pour rajouter l’équivalent de trois stations de métro (ma comparaison est-elle compréhensible ?). Bref, voilà pourquoi je conseille de sortir toujours avec 10 min d’avance : pour marcher dans les couloirs.

Ce détail mis à part, le métro londonien est l’un des plus faciles à utiliser : tout est indiqué partout ! Que ce soit la destination, les problèmes rencontrés sur les différentes lignes, les monuments qui se trouvent à telle ou telle station, la plateforme qui vous emmènera au nord, au sud, à l’est ou à l’ouest de Londres…  Et si vous allez dans un coin touristique c’est encore plus simple : pensez au nom des lignes ! Par exemple, sachez que la Piccadilly Line passe par Piccadilly Circus, la Victoria Line par Victoria, la Circle Line fait le tour de Londres, la Bakerloo Line passe par Baker Street (Sherlock’s Home). Retenez bien l’adresse de votre destination (ou de votre hôtel plutôt) et ayez toujours un plan du métro avec vous : il vous sera alors impossible de vous perdre dans la ville.

métro

Tickets ou Oyster Card ?

Pour le métro et le bus vous avez deux solutions : le ticket et la Oyster Card. Pour savoir ce qui est le plus avantageux pour vous, il faut vous demander si vous comptez beaucoup marcher ou pas.

Il y a deux sortes de tickets :

  • le ticket à l’unité, que vous pouvez acheter dans le métro ou dans le bus. Je le déconseille : cela vous coûtera 4£50 le trajet. Dans le bus, c’est 2£, ça reste raisonnable si un jour vous êtes en panne d’Oyster Card.
  • la travelcard : 1 jour ou 7 jours. Beaucoup plus intéressant :  vous payez le ticket entre £7.30 (tarif off-peak, à partir de 9h30) et £8.80 (tarif peak, si vous le prenez avant 9h30) et vous pouvez prendre le métro de façon illimitée pendant la journée ! Très pratique donc si vous savez que vous allez prendre le métro plusieurs fois dans la journée. Attention cependant : ce sont des tickets à la journée ! Ils ne sont pas valable 24h à partir du moment où vous les prenez, mais bien seulement le jour inscrit sur le ticket. Cela ne sert donc à rien d’en prendre un à 20h, utilisez plutôt votre Oyster Card.

La Oyster Card :

Elle coûte entre £2 et £5, en fonction de là où vous l’achetez : dans l’Eurostar, elle coûte 18€, mais elle vient déjà chargée avec 15€. Dans le métro, elle coûte £5 et vient soit chargée avec £3 (si vous la prenez dans une des rares bornes), soit pas chargée du tout (si vous la prenez au guichet). A choisir, je vous conseillerai plutôt de la prendre dans l’Eurostar, vous éviterez ainsi la file au guichet et gagnerez un temps précieux à l’arrivée.

La Oyster Card est très intéressante et très avantageuse si vous prenez rarement le métro, le système « pay as you go », vous permettant de ne payer qu’en fonction de vos trajets. Vous pouvez recharger une Oyster Card à tout moment et avec le montant que vous voulez : veillez cependant à toujours avoir au minimum £2.20 (le prix d’un trajet) sur votre carte, autrement vous ne pourrez pas valider en sortant et il vous faudra alors passer la recharger aux bornes avant de pouvoir quitter le souterrain.

Mais si jamais votre planning change et que vous vous retrouvez à devoir prendre souvent le métro dans la journée, pas besoin d’acheter une travelcard : grâce au « daily price capping », dès que le prix de vos trajets sera équivalent au prix d’une travelcard, plus rien n’est décompté de votre carte. Faites cependant bien attention à la valider chaque fois que vous entrez ou sortez du métro pour être sûrs d’avoir le bon tarif (si par exemple vous sortez à Covent Garden sans valider, même si les portiques sont ouverts, vous risquez de payer trois fois plus que prévu à la prochaine station où vous validerez). D’où l’intérêt du ticket si vous prenez beaucoup les transports : vous n’avez pas à vérifier combien il vous reste sur votre carte à tout moment – vous sortez votre ticket, et c’est parti !

Le principal avantage de la Oyster Card, c’est que vous pouvez la garder indéfiniment. Si jamais vous l’avez rechargée avant de rentrer, et qu’il reste pas mal de pounds dessus, sachez qu’elles ne seront pas perdues : vous pouvez donc la réutiliser lors d’un prochain séjour, voire la prêter/donner à un ami qui va traverser la Manche.

Autre avantage de la Oyster Card : vous pourrez la glisser dans les merveilleuses pochettes prévues à cet effet et qu’on trouve un peu partout !

oyster

Ze site :

TFL.GOV.UK, le site des transports londoniens est particulièrement bien fait : clair, pratique, vous y trouverez la réponse à toutes vos questions – que ce soit sur l’état du trafic, les travaux prévus, le prix des tickets, à quelle heure arrivera le prochain bus à votre arrêt, comment aller à Londres depuis tel aéroport… Vous pouvez y consulter le plan des lignes, préparer votre itinéraire, et même recharger votre Oyster Card. Le site à consulter avant chaque départ  !

You may also like

2 commentaires

  1. (Tu as changé la déco, ça rend super !)
    Ce fut un plaisir de t’avoir pour guide de vive voix, et j’espère que j’en aurai à nouveau l’occasion. Et j’espère la prochaine fois rester plus longtemps et faire l’acquisition d’une Oyster Card !

    1. (1 mois plus tard : oui j’ai changé ! La couleur des liens me gêne un peu, mais sinon j’aime beaucoup cette déco aussi !)
      Ce sera avec grand plaisir ! Et oui, la prochaine fois, on jouera un peu moins les touristes et plus les Londoniennes : moins de marche à pied, plus d’Oyster Card !

Laisser un commentaire