The Conquest of the South Pole – Arcola Theatre

IMG_20120517_124153_Hagrid_Nolariod.jpg

Dirigée par Stephen Unwin et mettant en scène de jeunes acteurs peu connus mais très talentueux, The Conquest of the South Pole de Manfred Karge est une pièce à l’atmosphère mélancolique qui vous fera rire et frissonner. 

On est en 1987. Manfred Karge nous emmène à la rencontre de cinq amis, tous paumés, qui comblent le vide de leur existence de chômeurs en buvant du schnaps et en jouant au flipper.

La pièce s’ouvre sur 3 types qui parlent de chameau à bicyclette, d’un rideau qui n’était pas présent la veille et d’un élan cravaté derrière ce rideau. Ou comment rendre le tragique drôle: l’élan cravaté, c’est Seiffert, qui a décidé de se pendre. Heureusement ses amis sont arrivés à temps et lui font entendre raison : comment peut-il songer à se tuer alors qu’il n’a donné aucune explication au spectateur ? Le spectateur mérite un dernier discours, il mérite d’avoir la morale de l’histoire !

Et voilà comment on se retrouve à écouter l’élan cravaté, sur son tabouret, parler de caviar, de Français et de spleen – des choses qu’il a lu dans un livre. D’ailleurs, Slupianek aussi a lu dans un livre : il a lu l’histoire de ces quatre norvégiens qui sont partis explorer le pôle Sud. Personne n’y croyait et pourtant ils l’ont fait. Un conte de fées, voilà ce que c’est, pense Buscher.

Oui certes, mais ils y sont arrivés ! Et d’ailleurs, pourquoi ne le ferions pas nous aussi ? se dit alors Slupianek.

4f185b12ca70bf5f2e000d36-02011fe24fe028832dc16ab58b9a578d.jpg
(De gauche à droite : Chris Ashby, Mark Field, Sam Crane, O-T Fagbenie, Andrew Gower)

Armés du récit d’Admunsen et de leur imagination débordante, et accompagnés de Frankieboy dans le rôle du fidèle compagnon à quatre pattes, les voilà partis à la conquête du pôle Sud (ou plus précisément, à la conquête des draps blancs qui sèchent dans la pièce et qui font figure de glaciers) ! Mais attention, sans bouger de chez eux : « one London footstep for every polar kilometre« .

The Conquest of the South Pole c’est une histoire d’amitié (la réplique de Buscher dans l’avant dernière scène en est une bonne image), d’espoirs et de désillusions : ces quatre amis se lancent dans une expédition imaginaire dans le simple but d’échapper à leur vie faite d’une suite de défaites. Cette expédition va les rapprocher tout autant que les séparer : Slupianek continuera à vivre dans son monde tandis que, poussés par Louise, la copine de Braukmann (dite La Braukmann), Braukmann et les autres essayeront de reprendre une vie normale.

The Conquest of the South Pole est une pièce pleine de fougue – ça bouge dans tous les sens, ça crie, ça chahute… Bien plus poétique et émouvante qu’il n’y parait (quelle belle histoire d’amitié!), elle est aussi emplie d’une réflexion psychologique à travers ces cinq amis à qui la vie n’a pas fait de cadeaux et qui cherchent, en vain, quelque chose à quoi se raccrocher.

4f185b12ca70bf5f2e000d36-08968eac669a65e5079a0ba592b80549.jpg

Il n’y a que 8 acteurs dans cette pièce, dont 2 n’apparaissent qu’à la fin, et ils sont tous PARFAITS. Andrew Gower bien sûr, en Seiffert, « l’élan cravaté » aux tendances suicidaires, drôle et touchant à la fois, grand amateur de meringue et qui ne comprend pas toujours ce qu’il se passe autour de lui.

Et puis O-T Fagbenie, en Slupianek, celui par qui tout à commencer, grand orateur, poignant de sincérité, limite bipolaire. Mais aussi Sam Crane en Braukmann, le type un peu perdu mais qui garde le plus les pieds sur terre – en grande partie grâce à sa copine, Louise (jouée par Emma Cunniffe, excellente elle aussi !). Ou encore Mark Field alias Buscher, le gros dur au coeur tendre qui a une profonde affection pour Frankieboy.

Parlons-en de Frankieboy : son interprète, Chris Ashby est stupéfiant! Sincèrement, avec Freia, on était soufflées. Car il faut savoir que Frankieboy est autiste et Chris Ashby a la gestuelle parfaite de l’autiste ! Vraiment fascinant ! Il ira loin ce petit gars, c’est moi qui vous le dit.

4f185b12ca70bf5f2e000d36-a3e8371ce730931cbf1708fa33fa7d6d.jpg

Pour ne rien gâcher, l’Arcola Theatre est un petit théâtre intimiste, d’une centaine de place seulement et où le public est assis en U autour de la scène, sur des chaises bien confortables. La scène à est à quelques centimètres, on est avec eux dans cette petite mansarde – il arrive même que le public soit directement pris à parti ! Peu de moyens, peu de décors, mais souvent un casting parfait et une merveilleux texte suffisent pour faire quelque chose de sensationnel.

Elle se joue jusqu’au 26 mai 2012 à l’Arcola Theatre (prendre l’Overground jusqu’à Dalston Junction) avant d’être transférée au Rose Theatre Kingston du 29 mai au 2 juin. Cela dure environ 1h30 et ne coûte que 18£ (12£ pour les étudiants)

Et n’hésitez pas à rester un peu à la fin, pour les féliciter – les acteurs sont très gentils et accessibles ! La pièce et les acteurs méritent bien toutes ces 4**** !

Crédit photos : Simon Annand

You may also like

Laisser un commentaire