Monroe [ITV]

tumblr_lpqsez8qfQ1r1ui74o1_1280_zps2d957de0.jpg

La raison pour laquelle j’ai commencé à regarder cette série tiens en deux mots : Tom. Riley.

Oui, je suis faible, il m’en faut peu pour me motiver. Surtout qu’à la base, je ne suis pas une grande adepte des séries médicales : je n’ai jamais regardé Urgences, Grey’s Anatomy, je ne suis pas allée au bout de Mercy Hospital et j’ai dû regarder 3 saisons de Dr House avant de m’en lasser.

D’ailleurs, au vu des premières minutes, j’ai eu peur de tomber sur un nouveau House : un chirurgien totalement non-affecté par les patients, qui se retrouve face à des cas compliqués et qui ne parle que pour lancer des piques cinglantes. Au final, bonne surprise : rien de tout ça. Monroe est justement trop proche de ses patients – contrairement à sa collègue Jenny.

Michelle-Asante-Luke-Alle-007_zps973ec65a.jpg

La série s’appelle Monroe, mais les personnages ont tout autant d’importance les uns que les autres – ce sont d’ailleurs eux qui font tout l’intérêt de la série : Gabriel Monroe bien sûr, mais aussi Jenny Bremner, chirurgien cardiaque qui ne semble avoir de sentiments que pour une personne (et non, ce n’est pas Monroe!); Lawrence Shepherd, anesthésiste et meilleur ami de Monroe (et grand amateur de toasts!); Sally Fortune, infirmière; Lee Bradley, ambulancier et bookmaker a ses heures perdues… Et bien sûr les stagiaires : Daniel Springer et Kitty Wilson en neuro-chirurgie, Andrew Mullery et Sarah Witney en chirurgie cardiaque. Et puis aussi la future ex-femme de Monroe, et son fils, futur étudiant en philosophie qui laisse la voiture en ville quand il a trop bu (Good boy).

tumblr_m1clwmyEzO1qbcoo4o2_500_zps205cfdf8.gif
(C’est bon les toasts *o*)

Tout ce petit monde se croise dans les couloirs de l’hôpital, dans la salle de repos pour boire un café et manger de toasts ou chez Monroe, autour d’un partie de poker. Ils sont drôles et attachants, agaçants parfois, suprenants aussi, et avec tellement de défauts – Andrew Mullery et Kitty Wilson sont encore ceux qui ont le moins de choses à se reprocher. On sent que les acteurs ont pris beaucoup de plaisir à tourner et surtout qu’ils ont bien étudié leur sujet : on croirait presque qu’ils comprennent parfaitement tout ce dont ils parlent ! (et qui sait, c’est peut-être le cas !)

Je ne sais pas si la série se veut réaliste, mais en tout cas elle est divertissante et touchante. Et même si en temps normal je suis plutôt du genre à aimer les « tout est bien qui finit mal », là j’avoue que les « tout est bien qui finit bien » me ravissent. Au fond, dans Monroe, ce n’est pas l’acte chirurgical qui compte le plus, mais bien la réaction des proches, le comportement des gens face à la maladie, à l’opération, la relation entre patient et médecin – les médecins essayent de faire comprendre le plus possible les risques aux familles, mais quand les choses se passent mal, ça retombe toujours sur eux. Si Bremner arrive à se détacher quelque peu de tout cela, c’est bien plus compliqué pour Monroe : il n’a pu sauver sa fille, et s’en voudra toute sa vie.

tumblr_lprz2mxZrA1r1ui74o1_1280_zpsf29d0f7a.jpg

La série doit aussi beaucoup a sa réalisation. Certains risquent de vite se lasser de ces plans accélérés, de ces fondus enchainés, de ces gros plans sur le grille-pain et les écrans ou de les voir déambuler dans les couloirs de l’hôpital, voire de cette omni-présence de la musique. Personnellement, je trouve que c’est là d’une des qualités : c’est toujours en mouvement, on ne s’ennuie pas. Pour ce qui est de la musique, j’approuve cette omni-présence. Il me plait ce neurochirurgien qui se crée des playlists en fonction des opérations à faire. Ça change des séries (médicales) où la musique n’apparait qu’aux moments larmoyants.

tumblr_m2q709kzfc1qgapqso2_1280_zpsecf94dab.jpg
(Choupi Mullery)

Voilà d’ailleurs un autre bon point : malgré son sujet, la série ne sombre jamais dans le pathos (ni dans le soap malgré les états d’âmes de certains personnages). Bien au contraire, elle se veut positive : tout est clair et lumineux, les opérations se font dans la bonne humeur malgré les risques, il n’y a pas d’animosité entre eux, ils ne se tirent pas dans les pattes et ne cherchent pas à montrer par dessus tout que l’un est plus fort que l’autre. La série cherche à divertir plus qu’à montrer la réalité du milieu, et sur ce point, c’est réussi : elle a un côté optimiste qui la rend captivante.

Arte diffuse la saison 1 à partir de demain, 20h45 – je vous conseille vivement de la découvrir. (mais si vous la ratez, pas de panique : les épisodes seront disponibles sur Arte +7 !)

You may also like

Laisser un commentaire