Le Songe d’Une Nuit d’été – Théâtre de la Porte Saint Martin

Il y a une dizaine de jours, je suis allée voir Le Songe d’une Nuit d’été avec les coupinettes au Théâtre de la Porte Saint Martin. Et dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment. Même si…

23112011142.jpg

Bon, parlons peu mais parlons bien : j’ai tout aimé dans la pièce SAUF deux choses ! Les décors déjà, que j’ai trouvé minimalistes vu les possibilités qu’offraient autant la pièce que le théâtre. Et surtout, le traitement des personnages. La chose qui m’a fait grincer des dents pendant toute la pièce… Mais nous y reviendrons un peu plus bas !

index-songe.jpg

Ce que j’ai aimé donc : la mise en scène déjà. Le Songe d’une Nuit d’été par Nicolas Briançon est une version moderne de la pièce de Shakespeare : on reste à Athènes, mais on part plutôt dans les années 60, avec style disco, cuir de toutes les couleurs et perruques de toutes les formes . Et comme pour Much Ado About Nothing à Londres (dont je vous parlerai un jour)(si si!), cette modernité prouve une fois encore l’intemporalité des pièces de Shakespeare : il a beau avoir écrit ses pièces au temps de la reine Elizabeth I, les intrigues et enjeux présentés dans ses textes se fondent très bien à l’époque moderne.

Et puis les costumes aussi. Très Sixties, avec le noir et blanc comme couleurs dominantes, robes courtes et bottes compensées pour les filles, pantalon pattes d’ep’ et chaussures à talon pour les garçons. Avec en bonus, mini-short noir pour Philostrate, torse nu pour Lysandre et chapeau melon et bottes de cuir pour Puck !

Et puis les acteurs bien évidemment (et je précise : les acteurs, on reviendra sur les personnages plus tard). Ils étaient tous très bons, chacun dans leurs rôles ! Avec une petite préférence pour Lorànt Deutsch (Puck), Marie-Julie Baup (Héléna), Davy Sardou (Demetrius) et le génial Thierry Lopez (Philostrate). Sans oublier toutes les membres de la troupe de théâtre dans la pièce : vraiment fabuleux !

110608LCO804.jpg

A part ça, j’ai vu le temps passer (on ne dirait pas comme ça, mais 2h30 sans entracte, c’est long)(je suis plus habituée moi depuis que je vois autant de pièces à Londres), et je me suis de nombreuses fois crispée sur mon siège. Pourquoi ? Parce que j’avais mal en voyant les personnages si mal traités. Le Songe d’une nuit d’été est une pièce sur l’amour, les quiproquos et leurs conséquences, les personnages aiment sans être aimés en retour, Helena souffre du rejet de Demetrius, Hermia du changement d’avis de Lysandre… C’est une pièce comique oui, mais aussi emplie de féerie et de mélancolie.

Malheureusement, on ne ressent rien de tout cela dans la pièce (enfin, le côté comique si): Hélèna est agaçante tout du long (même si sur la fin, ça va mieux), Lysandre, à partir du moment où il est envouté est vraiment insupportable et ne parlons pas de Titania qu’on aurait presque envie d’enfouir sous son lit rose pour la faire taire. Même Puck a des moments ont aurait bien aimé le calmer un peu. Le côté féérique aussi manque cruellement, et ceci rejoint mon avis sur les décors qui sont plutôt inexistants (j’ai aimé cependant l’arrivée de Titania dans sa « bulle »).

Lorant-Deutsch-et-Melanie-Doutey-font-un-carton-au-theatre-avec-Shakespeare.jpg

Au final, seules les présences de Demetrius, Hermia, Philostrate, Puck (selon les scènes) et Obéron sauvent la pièce. Ce sont vraiment les personnages les plus marquants et intéressants dans la mise en scène de Nicolas Briançon (dommage d’ailleurs que Philostrate soit si peu présent) Les autres sont vraiment trop extravagants, à la limite du supportable, et même ridicules. Car voila le principal problème de la pièce, celui qui m’aura fait l’apprécier que moyennement : le côté « farce » trop mis en avant…

Le Songe d’une nuit d’été version Nicolas Briançon tient plus de la « farce » que de la pièce comique avec tous ces personnages grotesques (Héléna et son épagneul par exemple), et carrément vulgaire des fois (non mais Lysandre quoi)(et même Puck des fois). Le tout est tellement exagéré, à l’humour si gras qu’on finit par ne plus y être sensible et ne plus du tout avoir envie de rigoler. En définitive, seule la pièce finale jouée par les artisans m’aura vraiment fait rire car c’était tellement « naturel » et bien joué qu’il était impossible de ne pas l’apprécier !

Capture.png

En résumé, des excellents acteurs et un choix de mise en scène intéressant. Une pièce qui part trop sur la farce et le vulgaire, mais un bon moment de passé tout de même (même si j’ai vu la fin arriver avec soulagement !)

Et je tiens aussi à remercier ma voisine de gauche qui m’aura inconsciemment aidé à tenir jusqu’à la fin tellement son enthousiasme était communicatif: elle ne connaissait rien à la pièce (ou alors elle le cachait bien) ! Aussi nous avons pu l’admirer faire des petits bonds sur son siège et lancer des petits cris choqués lorsque « Oh mon Dieu Puck, tu t’es trompé d’Athénien !!! ». Fabuleux.

Quoi : Le Songe D’une Nuit d’Ete
Où : Théâtre de la Porte Saint Martin
Quand : Du 10 septembre au  1 janvier 2012 Du mardi au vendredi à 20h, et le samedi à 16h45 et à 20h30 (durée : 2h sans entracte)

Par qui : Nicolas Briançon
Avec qui : Lorànt Deutsch (Puck), Mélanie Doutey (Hippolyte/Titania), Yves Pignot (Bottom), Marie-Julie Baup (Héléna), Davy Sardou (Demetrius) et Nicolas Briançon (Thésée/Obéron), Elsa Mollien (Hermia), Thibaut Lacour (Lysandre), Thierry Lopez (Philostrate) etc etc.

Cette pièce dans laquelle Shakespeare célèbre l’amour, le désir et le théâtre est la plus divertissante, passionnelle et charnelle de l’auteur. Lysandre veut épouser Hermia. Hermia veut épouser Lysandre… Donc tout va bien. Et bien non… car Egée, père d’Hermia, la destine à Démétrius, dont Héléna est amoureuse. Pour échapper à Egée, Lysandre et Hermia s’enfuient alors dans la forêt, poursuivis par Démétrius, lui-même poursuivi par Héléna. Pendant ce temps, dans la forêt, Obéron, roi des Elfes, a ordonné a son fidèle Puck de verser une potion magique sur les paupières de sa maîtresse Titania, pour la punir de sa désobéissance. Mais Puck se trompe et verse cette potion sur les paupières des jeunes amants. Ceux qui s’aimaient se détestent… et vice-versa. Ajoutons a cela une bande de comédiens amateurs, venus répéter leur piece dans la foret, s’en suit la confusion la plus totale. Puck va tout faire pour réparer son erreur et pour que tout rentre dans l’ordre. 

Laisser un commentaire