Cabaret – Le Musical [Théâtre Marigny]

Cab1.jpg

Pour bien commencer 2012, j’ai passé le 1er jour de l’année au Théâtre Marigny, pour assister au spectacle Cabaret. Pourquoi ? C’est tout simple : parce c’est Cabaret, c’est Christopher Isherwood et surtout c’est Emmanuel Moire en Emcee. Et moi, Emmanuel Moire, je l’aime. Beaucoup. Imaginez donc ma surprise en découvrant qu’il allait jouer les maîtres de cérémonie !

Et quel maître de cérémonie…

Cabaret, je ne connais que d’après le film du même nom et le recueil Adieu à Berlin de Christopher Isherwood, que j’ai lu et adoré ! Aussi je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre avec cette version « live »…

Verdict : c’était encore plus magnifique que ce que j’aurais pu imaginer !

854-0468__prop_643x413.jpg

Le Théâtre Marigny ne permettant pas de transformer la salle en night club avec tables et serveurs, il a fallu faire avec les moyens du bord : pas de tables donc, mais des artistes déjà sur scène quand on arrive dans la salle, qui répètent et qui discutent avec les premiers rangs pendant que les autres spectateurs continuent à s’installer.

Quand tout le monde est installé, tout s’éteint et c’est parti pour 2h20 de show très chaud ! Au bout de  trois minutes, c’est bon, j’étais foutue : en maître de cérémonie, Emmanuel Moire ouvre le bal et présente le club, les Cabaret Girls et Cabaret Boys. Et je peux vous dire qu’il assure grave ! J’ai beau l’avoir vu pendant 2 ans en Louis XIV à aucun moment je n’ai repensé au Roi Soleil. Il est vraiment à fond dans le rôle. Il EST Emcee. Il se lâche, il chante, il danse, il joue la comédie, il s’éclate.

Et nous on s’éclate avec lui. Et on s’émeut avec lui. Parce que il joue peut-être un maitre de cérémonie « drôle et cynique », il sait aussi parfaitement donner la chair de poule lors de moments plus dramatiques (je ne me remets pas de la scène finale, si troublante et inattendue) Cabaret a beau être inspiré de la nouvelle Sally Bowles, pour ce qui est du musical, pour moi c’est vraiment Emcee le héros principal. Il a quand même réussi à me faire aimer la version française de Money !

854-1183__prop_643x413.jpg

Mais bien évidemment les autres ne sont pas en reste ! Pour Sally, nous avons eu Amélie Munier, la doublure de Claire Pérot pour le rôle et elle est vraiment épatante. Je crois même que niveau chant, je la préfère à Claire Pérot ! Sa Sally est telle que je me l’imaginais à ma lecture : totalement insouciante, provocante à souhait mais toujours glamour. Et surtout, très mesurée : j’avais peur que son côté excentrique soit exagéré mais pas du tout !

Cliff Bradshaw est tel que je me le représentais aussi et Geoffrey Guerrier a la classe américaine et la naïveté qui conviennent au rôle. Fraulein Schneider et Herr Schultz sont mignons tout plein mais, je l’avoue, ne m’ont pas touchés plus que ça. J’ai par contre beaucoup aimé la Fraulein Kost de Delphine Grandsart et le Ernest de Patrice Mazet. Là encore, épatants chacun dans leurs rôles ! Quant au reste de la troupe, ils sont phénoménaux : ils chantent, ils dansent et en plus jouent tous d’un instrument.

854-0430__prop_643x413.jpg

Pour ce qui est de la mise en scène, c’est comme à Broadway donc c’est génial. Les numéros époustouflants de simplicité et le peu de décors rendent à la perfection l’atmosphère lourde et malsaine du Berlin du début des années 30, la montée des idées libertines et « libertaires » de Cliff s’opposant avec brio à la montée du nazisme.

J’ai vu le film il y a bien longtemps, aussi j’avais surtout en tête le livre de Christopher Isherwood, mais aussi le film Christopher and His Kind qui avait été diffusé il y a quelques mois sur Artec’était étrange et merveilleux de voir tous ces événements se dérouler devant mes yeux !

Cab2.jpg

Cabaret c’est MAGNIFIQUE ! C’est rythmé, c’est provocant, c’est trash (la chanson Deux ladies !), c’est kitsch mais c’est un pur moment de bonheur et de bonne humeur. On ne voit pas le temps passer et quand on sent la fin approcher, on pense déjà à la prochaine fois…

A voir d’urgence ! Et pour ceux qui auraient des craintes quant à la version française… et bien, à part deux chansons (Un ananas et Marié), le tout est tellement bien adapté qu’on dirait presque que c’est la version originale, surtout que, pour ne rien gâcher, ils ont gardés certains passages en allemand. Et ça, c’est magnifique.

(Crédit PHOTOS : BRINKHOFF / MÖGENBURG)

Quoi : Cabaret
Où : Théâtre Marigny
Jusqu’à quand : le 8 janvier 2012, puis tournée à partir du 13 janvier.
Avec qui : Claire Pérot (Sally Bowles), Geoffrey Guerrier (Cliff Bradshaw), Emmanuel Moire (Emcee), Catherine Arditi (Fraülein Schneider) et des tas d’autres que vous pouvez retrouver sur le site.

Le pitch : L’action de Cabaret se déroule dans les années trente à Berlin où la crise économique fait rage. Au cours d’un voyage dans la capitale allemande, le jeune écrivain américain Cliff Bradshaw découvre le Kit Kat Klub, une boîte de nuit décadente où se produit la chanteuse Sally Bowles dont il tombe amoureux. La logeuse de ces derniers, Fraulein Schneider, projette de se marier avec l’épicier juif Herr Schultz, mais tout se complique dans cette ville menacée par les nazis qui s’activent à mettre sur pied le troisième Reich. Pendant ce temps, au Kit Kat Klub, Cliff Bradshaw, en quête d’inspiration pour son prochain roman, découvre les idées libertaires, le métissage social et culturel et les moeurs sans tabou qui animent le monde de la nuit berlinoise. Sally Bowles et le Maître de Cérémonie du club, drôle et cynique, offrent un divertissement extravagant et provocant aux spectateurs venus profiter d’une soirée pour un instant hors de la réalité.

You may also like

Laisser un commentaire